Maire agressé à l'Haÿ-les-Roses : "Ce qui nous unit, c'est sauver la République"

Publié le 03/07/2023 - 12:13
Mis à jour le 04/07/2023 - 14:40

Dans le quartier pavillonnaire des Blondeaux à L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), une commune de 30.000 habitants à la réputation tranquille, habitants et passants sont scandalisés par l'attaque qui a visé le domicile du maire dans la nuit de samedi à dimanche. Un appel à la mobilisation a été lancé devant toutes les mairies de France pour 12h00 ce 3 juillet 2023. 

Les élus se sont rassemblés ce lundi à 12h00 devant la mairie de Besançon.

Jean-François Colombet, préfet du Doubs, s'est rendu à la mairie de Montbéliard à 12h00 en soutien aux élus. Il a ensuite rendu hommage aux forces de l'ordre.

"Aujourd'hui, ce qui nous unit, c'est sauver la République. En sauvant la France, on sauve le monde", a annoncé Anne Vignot, la maire de Besançon en citant Victor Hugo sur l'esplanade des Droits de l'Homme. 

"Ce sont des événements isolés mais qui dépassent les frontières des villes, des régions et des frontières nationales", a-t-elle ajouté en incitant les citoyens à aller à la rencontre des élus.

Plusieurs élus ont fait le déplacement en soutien au maire agressé : Jacques Grosperrin, sénateur du Doubs, Éric Alauzet, député du Doubs, Christine Bouquin, présidente du Département du Doubs, Ludovic Fagaut, chef de file de l'opposition et vice-président du Département.

Rappel des faits

Une voiture-bélier destinée à s'enflammer a enfoncé le portail du domicile du maire LR Vincent Jeanbrun, où se trouvaient ses enfants et son épouse, blessée sérieusement en tentant de s'enfuir. L'agression a suscité la condamnation unanime du gouvernement et de la classe politique.

Une enquête ouverte

Une enquête a été ouverte pour tentative d'assassinat, a annoncé le procureur de Créteil Stéphane Hardouin, qui l'a confiée au service départemental de police judiciaire.

Dimanche matin, la rue du domicile de l'élu est bloquée par la police: journalistes français et étrangers se pressent au carrefour, au milieu des joggueurs et des habitants qui vont acheter leur pain à la boulangerie voisine.

Certains s'arrêtent et prennent des photos. D'autres vont aux nouvelles, surpris de l'attroupement inhabituel qui s'est constitué dans ce quartier résidentiel d'où l'on aperçoit les tours de la cité voisine.

Johanna et ses trois enfants habitent la maison à l'angle de la rue. Cette nuit, elle a senti de la fumée et entendu "des bruits de pétards": "Je n'ai pas oser ouvrir la fenêtre, j'avais peur".

A l'arrivée de la police, cette enseignante de 42 ans qui a requis l'anonymat s'est aventurée sur son balcon pour filmer la scène. Les images qui défilent sur l'écran de son téléphone portable, que l'AFP a pu voir, montrent un important incendie devant une habitation. "Cela fait peur", insiste-t-elle.

"Le monde à l'envers !"

"C'est incompréhensible", élabore Johanna sur le pas de sa porte. "Il y a eu un drame" avec la mort de Nahel, cet adolescent de 17 ans tué mardi par un policier lors d'un contrôle routier à Nanterre, à l'origine de cinq nuits de violentes émeutes dans de nombreuses villes du pays. "Mais le policier est mis en examen (et écroué, ndlr), je ne comprends pas que ça continue", déplore-t-elle.

Frédéric Goulet, un directeur financier de 50 ans, passe en courant par les petites rues arborées du quartier. C'est l'heure de son footing dominical. Il s'est arrêté au carrefour et prend quelques photos.

"Ce n'est pas normal, c'est le monde à l'envers !", lâche-t-il, "j'espère qu'ils (les auteurs) seront attrapés". Brigitte Saillard, 65 ans, est venue garder ses petites-filles et se désole des destructions. Pour elle aussi il est "inadmissible" de "s'en prendre aux maisons, aux voitures: est-ce nécessaire ?", interroge cette retraitée de Vitry.

"On est tous choqués par la mort" de Nahel, "mais brûler des marchés, des bibliothèques, ce n'est pas la solution", abonde non loin de là Taoufik Aayay, 49 ans.

Lui habite dans une rue adjacente et cette nuit, il a entendu "des sirènes et des explosions". Il a appris ce qui s'était passé "à la télévision" au matin et il est depuis "en colère contre les gens qui ont fait ça".

"Ce sont des actes de violence inacceptables", renchérit Olivier Lafaye, élu de l'opposition (Renaissance) au conseil municipal. "Quand vous êtes élus, c'est un engagement citoyen envers tout le monde", poursuit-il, "vous n'avez qu'une envie: que la ville progresse et que tout le monde vive ensemble".

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Effondrement rue de Vesoul : une période charnière commence…

Les études, investigations et travaux menés jusqu’ici permettent de dire que la période actuelle est une période charnière, selon le dernier communiqué du Département du Doubs en date du 12 avril 2024 : les travaux restant à effectuer et leurs délais de réalisation pour le rétablissement de la route départementale 572 demeurent de plus en plus concrets.

La maire de Besançon harcelée en ligne après sa plainte contre les pancartes anti-migrants

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé vendredi 12 avril 2024 porter plainte après avoir été la cible d'un cyber-harcèlement "d'une extrême violence" faisant suite à une première plainte de l'élue contre des pancartes anti-migrants brandies dimanche lors du carnaval de sa ville.
 

Problèmes de stationnement du personnel du CHU : un syndicat ouvre le parking de la direction à tous

À 6 heures du matin mercredi 10 avril 2024, des membres du syndicat Sud Santé Sociaux du CHU de Besançon ont ouvert les parkings de la direction entourant le bâtiment blanc à tous les personnels de l’établissement hospitalier. ”Se garer au CHU, c’est dur pout tout le monde, les privilèges, ça suffit !” selon le syndicat.

Pancartes et affiche anti-migrants : ”Le moment est grave pour toutes les femmes françaises” selon le collectif Némésis

Suite au dépôt de plainte et pendant a garde à vue de l’une de ses militantes ayant brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors" et installé une affiche sur une façade, le collectif Némésis a publié un communiqué le 9 avril 2024 dans lequel il parle de ”véritable persécution”.

Recette du week-end : Brochettes de poulet à l’asiatique et au morbier

Pour ce week-end des 6 et 7 avril 2024, puisque la météo est au beau fixe, on vous propose de sortir dès à présent le barbecue ou presque ! On vous propose une recette de saison donc mais avec une touche locale bien sûr, pour cette recette de brochettes de poulet à l'asiatique et au morbier aop. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.08
légère pluie
le 15/04 à 15h00
Vent
8.03 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
61 %