Alerte Témoin

Maladie de Lyme : 59 patients portent plainte et dénoncent des collusions

Publié le 16/02/2018 - 08:27
Mis à jour le 16/04/2019 - 10:51

Une soixantaine de personnes atteintes de la maladie de Lyme ont déposé une plainte ce jeudi 15 février 2018 à Paris, qui dénonce de possibles conflits d'intérêts entre les autorités sanitaires et les laboratoires, a-t-on appris auprès de leurs avocats et de source judiciaire.

tick_male_aka.jpg
Une tique adulte ©André Karwath aka Aka - CC BY-SA 2.5 - http://fr.wikipedia.org/wiki/Tique#/media/File:Tick_male_(aka).jpg
  • "59 plaignants sont déjà enregistrés sur 152 malades pour cette première vague", ont déclaré à l'AFP les avocats Julien Fouray et Catherine Faivre, qui ont déposé cette plainte contre X au pôle santé publique du parquet de Paris.

Selon leurs conseils, les plaignants et l'association Lyme Sans Frontière réclament une enquête visant notamment l'Agence du médicament (ANSM) et le Centre national de référence de Strasbourg, dont ils pointent le manque de vigilance face à des tests jugés non fiables.

Cette plainte, dont le projet avait été annoncé mi-décembre, dénonce de possibles faits de "conflits d'intérêts", "violation des règles d'indépendance en matière d'expertise", "trafic d'influence", "abus de biens sociaux et recel", "corruption" et "mise en danger de la vie d'autrui", ont détaillé Mes Fouray et Faivre.

Un manque de "fiabilité des tests de diagnostic"

Les avocats, qui comptent réunir à terme environ 300 plaignants, ont jusqu'ici entamé uniquement des procédures en responsabilité civile contre cinq laboratoires (DiaSorin, BioMérieux, Siemens, Euroimmun et Bio-Rad) afin d'obtenir des dommages et intérêts. Ils les accusent de ne pas avoir suffisamment informé le public sur le manque de fiabilité des tests de diagnostic qu'ils commercialisent.

Ces procédures, toujours en cours, "ont permis de réunir des éléments sur les possibles conflits d'intérêts et collusions entre des responsables des autorités sanitaires et les fabricants", a expliqué Me Faivre.

Cette plainte pénale vient s'ajouter à celle déposée à Paris en février 2017 par une malade résidant dans le Cantal. Défendue par un autre avocat, Philippe Meilhac, elle avait porté plainte, également à Paris, mais pour "tromperie aggravée". Sa plainte avait débouché sur une enquête préliminaire de ce pôle spécialisé du parquet de Paris. Elle est toujours en cours, selon une source proche du dossier.

La maladie de Lyme, infection transmise par les tiques, peut provoquer de nombreux troubles invalidants et douloureux. D'un diagnostic difficile, elle a longtemps été sous-estimée et le ministère de la Santé a relevé en 2016 son estimation du nombre de cas en France à 55.000, contre 33.000 l'année précédente.

Des associations de malades et certains professionnels de santé militent pour la reconnaissance de la forme chronique de cette maladie, une sensibilisation de la population et la modification du protocole officiel de diagnostic et de soins.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Affaire Narumi : le parquet chilien demande de durcir le contrôle judiciaire de Nicolas Zepeda

Le parquet chilien demande désormais un durcissement des mesures du contrôle judiciaire de Nicolas Zepeda, soupçonné d'avoir assassiné son ex-petite amie japonaise en décembre  2016 sur le campus de la Bouloie à Besançon, et dont l'extradition vers la France a été définitivement autorisée.  La France a deux mois pour aller chercher le suspect. Le procureur de Besançon a précisé être "dans l'attente de la reprise de vols directs entre Santiago du Chili et Paris."

Trois ans d’inéligibilité requis à l’encontre de Ian Boucard, le député LR du Territoire-de-Belfort

Trois ans d'inéligibilité ont été requis mercredi à l'encontre du député LR du Territoire-de-Belfort, Ian Boucard, jugé à Besançon pour "manoeuvre frauduleuse" après la diffusion de faux tracts dans le cadre de la campagne législative de 2017. Le tribunal correctionnel de Besançon rendra sa décision le 12 juin.

Un médecin du Jura meurt du Covid-19 : son épouse porte plainte

Médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier, Éric Loupiac, 60 ans, est décédé le 23 avril 2020 du  Covid-19 après plus d'un mois passé en réanimation à Marseille. Il était alors le 10e médecin à mourir du Coronavirus en France.  Son épouse, Claire Loupiac a décidé de porter plainte contre l'agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté, contre le ministre de la santé Olivier Véran, sa prédecesseure Agnes Buzin et contre la direction de l'hôpital jurassien.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.62
légère pluie
le 03/06 à 21h00
Vent
1.86 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
96 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune