Maroquinerie: Hermès interpellé sur les conditions d'abattage des autruches par Peta

Publié le 01/06/2016 - 10:59
Mis à jour le 01/06/2016 - 10:59

L’association de défense des animaux Peta a interpellé mardi 31 mai 2016 la marque Hermès sur les conditions d’abattage des autruches, dont la peau est destinée à de la maroquinerie de luxe, le groupe français affirmant respecter les législations internationales.

Lors de l'assemblée générale annuelle d'Hermès à Paris, la porte-parole de Peta France, Isabelle Goetz, a fait état d'une vidéo tournée en Afrique du sud par Peta USA dans une ferme d'élevage d'autruches, qui est, selon Peta, "un fournisseur exclusif d'Hermès" et où "de jeunes autruches sont massacrées pour des sacs".

"La souffrance endurée par ces animaux pour des sacs"

Mme Goetz, qui avait acheté une action Hermès pour pouvoir assister à l'assemblée générale, a dénoncé devant plusieurs centaines d'actionnaires les conditions dans lesquelles les autruches sont plumées et "la souffrance endurée par ces animaux pour ces sacs", selon ses propos.

"Est-ce que Hermès va un jour cesser d'utiliser des peaux exotiques?", a-t-elle demandé aux membres de la direction du groupe.

"Il faut rester dans le véridique, Hermès n'a aucun fournisseur exclusif d'autruches. Nous assumons pleinement notre responsabilité dans nos partenariats avec les fermes avec lesquelles nous travaillons pour nos approvisionnements", lui a répondu depuis la tribune le patron du groupe, Axel Dumas. "Nous avons la volonté de faire appliquer les meilleures pratiques. Nous demandons à tous nos partenaires de respecter non seulement la législation internationale, voire même les règles d'Hermès qui sont beaucoup plus strictes", a-t-il ajouté.

"Tous les fournisseurs d'Hermès font l'objet de contrôles permanents et vigilants"

En février, lors de la publication de cette vidéo sur internet, Hermès avait adressé à quelques médias une réaction : "Contrairement à ce que veut laisser croire cette vidéo, les fermes d'élevage présentes n'appartiennent pas à Hermès et les faibles quantités de cuir d'autruche utilisées par Hermès proviennent non de fermes mais de tanneries qui, comme tous les fournisseurs d'Hermès, font l'objet de contrôles permanents et vigilants", a indiqué le groupe.

Il a ajouté "condamner la volonté manifeste de Peta de porter atteinte à sa réputation à travers un acharnement qui méconnaît la réalité des faits et la force de l'engagement éthique et responsable d'Hermès en matière de lutte contre la souffrance animale".

La vidéo met également en cause la maison italienne Prada, l'élevage d'autruches mis en cause lui fournissant également des peaux, selon Peta.

Les sacs en crocodile, déjà débaptisés du nom de Jane Birkin

L'ONG avait déjà publié en 2015 des images tournées dans des élevages de crocodiles et d'alligators fournissant, selon elle, des peaux à Hermès, dénonçant "des pratiques cruelles au cours de leur abattage".

Ces images avaient poussé l'actrice Jane Birkin à demander à Hermès que les sacs en crocodile à son nom soient débaptisés. Le sellier-maroquinier avait alors indiqué qu'une enquête était en cours et que "tout manquement avéré serait corrigé", rappelant qu'il imposait à ses partenaires "les plus hauts standards dans le traitement éthique des crocodiles". L'actrice et Hermès ont depuis réglé leur différend.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Ancienne maternité La Mère et l’Enfant à Besançon : des architectes s’élèvent contre sa démolition

Alors que l’anciennne maternité La mère et l’enfant située sur le site de l'hôpital Saint-Jacques à Besançon va être démoli à partir du 25 mai 2024, des architectes et membres de la Maison de l’architecture de Franche-Comté s’élèvent contre sa disparition dans un communiqué du vendredi 24 mai. Il considère que ce bâtiment comme remarquable.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.77
partiellement nuageux
le 25/05 à 9h00
Vent
2.15 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
84 %