Mineurs isolés à la rue : une association réquisitionne un logement de l'État à Besançon

Publié le 13/04/2021 - 09:42
Mis à jour le 13/04/2021 - 09:42

Suite à l’absence de réponse à la demande d’aide à l’État, au Département du Doubs et à la municipalité de Besançon pour héberger des jeunes mineurs isolés à la rue, l’association Solmiré (Solidarité, Migrants Réfugiés) a décidé d’investir un logement bisontin appartenant à l’État depuis début avril 2021.

Dans un communiqué de fin mars 2021, Solmiré tirait la sonnette d'alarme pour interpeller les pouvoirs publics sur la situation de plusieurs mineurs isolés sans abris à Besançon. Malgré ce appel, l'État, le Département du Doubs et la municipalité de Besançon "ont répondu à l'unisson par un silence assourdissant" selon l'association, "par leur surdité, les autorités ne nous ont pas laissé d'autre choix que de réquisitionner un logement vacant afin d'offrir à ces enfants le toit auquel ils ont droit."

Depuis quelques jours, Solmiré investit un logement bisontin appartenant à l'État et inhabité depuis plusieurs années. "De taille modeste, cet appartement nous permet d'y accueillir quelques adolescents", précise l'association, mais "cette solution n’est ni souhaitable ni pérenne".

"Il n’est pas décent de les maintenir plus longtemps encore à la rue"

Elle demande à l’État à ce qu’il "respecte ses obligations en matière d’hébergement d’urgence". Elle demande au Département à ce qu’il "cesse de faire peser sur la minorité de ces jeunes un soupçon systématique". Enfin, Solmiré demande à la municipalité de Besançon "qu’à l’instar d’autres villes de France, elle fasse preuve de volontarisme sur cette question et crée une structure de prise en charge adaptée aux besoins de ces jeunes."

L'association rappelle une fois encore "que ces enfants existent, que c’est aux pouvoirs publics qu’il appartient de les accueillir, et qu’il n’est pas décent de les maintenir plus longtemps encore à la rue."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Renouvellement de congé de présence parentale : les règles s’assouplissent

Pour les salariés du secteur privé comme pour les agents de la fonction publique, titulaires ou non, il est désormais plus simple de renouveler, avant son terme, un congé de présence parentale ainsi que le droit de bénéficier de l'allocation journalière de présence parentale (AJPP). Cela fait suite à un décret publié au Journal officiel le 4 février 2024, annonce service-public.fr.

Guerre à Gaza : un rassemblement pour boycotter Carrefour à Ecole-Valentin

Une dizaine de personnes se sont rassemblées devant Carrefour à Ecole-Valentin samedi 17 février 2024 vers 10h00 à l’occasion de la "journée nationale d’action #BoycottCarrefour" lancée par la campagne BDS (Boycott désinvestissement sanctions) en France. L’enseigne est accusée d’être "complice et bénéficiaire de la colonisation illégale de la Palestine".

La confédération paysanne appelle à poursuivre la mobilisation

Faute de réponse sur le revenu paysan, le syndicat de la confédération paysanne de Bourgogne-Franche-Comté appelle à une poursuite de la mobilisation, apprend-on vendredi 2 février 2024. Pour rappel, les syndicats majoritaires FNSEA et Jeunes agriculteurs ont, eux, appelés jeudi à suspendre les blocages suite aux annonces du Premier ministre.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.74
légère pluie
le 23/02 à 21h00
Vent
3.88 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
91 %