Moins de jeunes en apprentissage : le coup de gueule du chef étoilé Jacques Barnachon

Publié le 23/06/2020 - 11:58
Mis à jour le 23/06/2020 - 12:04

Vidéo devenue virale (+ de 80.000 vues...) •

C’en est trop pour Jacques Barnachon, chef du restaurant gastronomique de l'Etang du Moulin à Bonnétage. Dans une vidéo tournée le 15 juin 2020, il laisse entendre son incompréhension sur la difficulté de recruter des jeunes en apprentissage.

jacquesbarnachon006.jpg
© Hélène Loget

Après avoir fait découvrir aux internautes les coulisses du restaurant "L'Etang du Moulin" (chambre froide, cuisine, salle des arrivages), Jacques Barnachon laisse entendre sa colère : "Nous sommes à la recherche d'apprentis cuisinier(e)s, serveurs(e), sommeliers(ères), pâtissiers(ères) et je suis fâché, car je croise des parents et des élèves qui nous disent que l'Éducation nationale ne conseille pas d'aller en apprentissage, car c'est dur et il faut travailler ! Je ne suis pas content, car l'apprentissage c'est la voie de l'excellence, c'est le respect", explique le chef qui demande aux jeunes de venir "dans les métiers de l'artisanat, quel que soit le métier".

Jacques Barnachon s'adresse aussi aux parents : "Faites-leur faire de l'apprentissage, on peut aller plus haut que le bac. L'apprentissage , c'est la réussite d'un pays".

Nous avions rencontré le chef le temps d'un portrait en août 2017 (voir notre article), il nous confiait qu'il avait fait ses premiers lors d'un stage à l'hôtel de France à Villers le Lac où il a réellement découvert ce qu'était la cuisine : "j'ai vu qu'il y avait un chef de cuisine, une équipe, des produits, on peut faire des sauces, des gâteaux… Yves Droz Bartholet était mon maître d'apprentissage, il m'emmenait en dégustation de vin, voir des produits, cueillir des genévriers dans les champs au Bizot". Avec un CAP de cuisine, le chef est ensuite parti à Paris en 1989, puis a effectué un voyage en Thaïlande qui lui "a montré une autre culture" puis s'est rendu en Bourgogne en 1990 où il rencontre les chefs Jean-Pierre Silva et Jean Crotet, deux étoiles au guide Michelin.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Concurrence déloyale : les maires de Besançon, Pontarlier et Montbéliard prêts à prendre un arrêté si rien n’est fait…

APPEL LANCÉ AU GOUVERNEMENT • Lors d’une visioconférence donnée ce 31 octobre 2020 devant la presse, plusieurs maires (Besançon, Montbéliard et Pontarlier) se sont unis afin d'affirmer leur soutien aux commerces* qui sont fermés suite au confinement. Ils dénoncent une concurrence déloyale...

Confinement : des maires bravent l’interdiction de fermeture des commerces

Mise à jour ce 31 octobre •

Les maires de Perpignan ou de villes plus petites, comme Brive (Corrèze), Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ou Aubusson (Creuse), ont pris ce vendredi 30 octobre 2020 des arrêtés autorisant l'ouverture des commerces non alimentaires de leur ville, en contradiction avec les mesures gouvernementales de confinement.

Confinement #2 : un aperçu de Besançon ce vendredi matin…

D’habitude, le vendredi matin, entre 08h30 et 09h00, la ville de Besançon est particulièrement vivante la veille du week-end. Les arrêts de bus et de tram sont pleins, ça grouille de voitures qui se suivent de très près dans des files de feux tricolores... mais ce vendredi 30 octobre, c’était différent, très différent, en cette première matinée de confinement.

A Nice, Macron dénonce « une attaque terroriste islamiste » contre la France

L'opération Sentinelle de 3.000 à 7.000 militaires •

"Très clairement c'est la France qui est attaquée"Emmanuel Macron a dénoncé jeudi depuis Nice "une attaque terroriste islamiste" dans la basilique Notre-Dame qui a fait trois morts, et annoncé le passage de 3.000 à 7.000 soldats pour l'opération Sentinelle pour protéger les lieux de culte et les écoles.

Confinement : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du Premier ministre

Ce jeudi 29 octobre, à quelques heures du début du deuxième confinement en France, le Premier ministre Jean Castex entouré de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, Elisabeth Borne ministre du Travail, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et Olivier Véran, ministre de la Santé, a détaillé la feuille de route.

Besançon : réaction d’Anne Vignot suite au confinement annoncé par le président de la République

La forte dégradation de la situation sanitaire a conduit le président de la République à annoncer un confinement à compter de ce jeudi 29 octobre à minuit. Anne Vignot, maire de Besançon, présidente de Grand Besançon Métropole, prend acte de cette décision, "nécessaire au regard de la crise sanitaire".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.25
nuageux
le 01/11 à 0h00
Vent
2.29 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
89 %

Sondage