Moscovici : le projet anti-européen de Marine Le Pen est un "crime politique"

Publié le 24/02/2017 - 13:25
Mis à jour le 24/02/2017 - 14:48

Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a qualifié, ce vendredi 24 février 2017, le projet anti-européen de la candidate à l’élection présidentielle Marine Le Pen de « crime politique« , mettant en garde les électeurs français contre une « euthanasie de l’Europe« .

 ©
©

"Une seule candidate, Marine Le Pen, propose tout simplement d'achever l'Europe plutôt que de la guérir. J'appelle cela un crime politique !", écrit l'ancien ministre français de l'Économie, dans une tribune publiée dans le quotidien Le Monde.

"L'Europe a besoin de médecins, pas de charlatans. Nous devons la soigner, et non l'achever", tandis que "le remède qu'elle (Marine Le Pen, ndlr) propose est pire que le mal : c'est l'euthanasie de l'Europe", a-t-il ajouté, n'hésitant pas à s'inviter directement dans la campagne électorale.

"Voter Le Pen c'est quitter l'euro et donc retrouver une monnaie nationale dévaluée, et perdre du pouvoir d'achat. Il faut le dire et combattre cette folie mortifère", a prévenu le responsable, se disant indigné par "l'imposture politique" du parti d'extrême droite qui "ment aux plus fragiles".

"L'Europe, c'est notre avenir et notre protection. Y renoncer, c'est aussi blesser à mort la France", a martelé l'ancien ministre qui s'était déclaré prêt, en septembre 2016, à combattre les candidats qui "tirent sur le pianiste bruxellois".

Il a fait valoir que "les États affaiblis finissent généralement dans l'orbite d'un protecteur puissant". "Quel serait donc ce protecteur de la France bleue marine ? La Russie poutinienne ou l'Amérique de Donald Trump ?", s'interroge-t-il.

Une percée de la présidente du Front national, donnée par les sondeurs en tête du premier tour pour la présidentielle d'avril-mai 2017, constitue "un sujet d'incompréhension à Bruxelles" mais "il faut prendre cette hypothèse au sérieux", avait auparavant estimé M. Moscovici interrogé sur l'antenne de iTELE.

Mais il a dit avoir l'"intuition, qu'il ne se trouvera pas en France, grâce à notre mode de scrutin, 50% de Français pour être assez fous pour voter Marine Le Pen et du coup mettre fin au projet européen".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.93
couvert
le 17/06 à 0h00
Vent
1.18 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
95 %