Moscovici : Sarkozy "ne peut plus faire ce qu'il veut"

Publié le 26/09/2011 - 08:23
Mis à jour le 16/04/2019 - 13:37

Le député PS du Doubs, coordonnateur de la campagne primaire de François Hollande, a estimé lundi sur Europe 1 que Nicolas Sarkozy ne pouvait plus, au lendemain de la défaite de son camp aux sénatoriales,"faire ce qu'il veut".

"Aujourd'hui, le pouvoir n'a plus les mains libres, Nicolas Sarkozy ne peut plus faire ce qu'il veut", a lancé le député PS du Doubs. Il a cité en exemple l'examen du projet de loi de finances et du PLFSS
(Projet de loi de financement de la Sécurité sociale) "qui sera très difficile".

Comme on lui demandait si, forte de sa toute nouvelle majorité au Sénat, la gauche allait bloquer les réformes, il a objecté : "on est en fin de quinquennat, il n'y a plus de réformes, car Nicolas Sarkozy est un président à l'arrêt, qui ne pense qu'à sa campagne, qui n'est plus présent dans le pays, il est dans une séquence internationale qui l'éloigne des Francais. Il est seul dans son palais, ce président".

 "Mais en même temps, nous n'allons pas laisser faire de nouveaux coups durs", a averti M. Moscovici.
Pour le débat du budget et le "nouveau plan d'austérité qui arrive", "oui, nous ne laisserons pas faire", a-t-il insisté. 

 Nicolas Sarkozy "s'isole", il "est cerné par les affaires, il "ne sait pas faire face à la crise, c'est un président dont les Français manifestement ne veulent plus, il y a un désir d'alternance", a estimé l'ancien ministre qui a conclu: "Il y a une attente de gauche, à nous d'être à la hauteur".

 Par ailleurs, il mis en garde lundi sur Europe 1 contre "toute tentative" de "tripatouillages" qui aboutiraient à la réélection de l'UMP Gérard Larcher à la tête du Sénat, qui a basculé à gauche dimanche. 

 "Je veux dire une chose avec un peu de fermeté: la droite a perdu le Sénat hier (dimanche), la gauche a la majorité et toute tentative de troisième tour, de tripatouillages, serait indigne", a fait valoir M. Moscovici.
  Selon lui, "quand on a perdu une élection, on reconnaît sa défaite". "Je ne voudrais pas qu'on ait droit cette semaine a des manoeuvres de la IVe République, on est dans la Ve", a poursuivi le député PS du Doubs.  "La candidature de Gérard Larcher me paraît un peu mauvaise joueuse", a-t-il encore estimé.

M. Larcher est candidat à sa réélection face au socialiste Jean-Pierre Bel à la tête du Sénat samedi prochain.

Source AFP 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Départementales 2021 : qui sont les candidats dans le Doubs ?

DÉPARTEMENTALES • Les élections départementales se dérouleront le 20 et 27 juin 2021 en France, en même temps que les élections régionales. Dans le Doubs, les électeurs doivent  renouveler les 38 conseillers départementaux. Le dépôt des candidatures est désormais clos depuis ce 5 mai 2021 à 16h00. Voici les listes dans les 19 cantons du département.

RN57 et Les Vaîtes : Allenbach demande « un réferendum multi-questions » à Anne Vignot

Groupes de travail, concertations, études d'expert, commissions, conférences citoyennes… Depuis l'arrivée d'Anne Vignot aux manettes de la ville, nous lisons très régulièrement ce type de mots pour tenter d'avancer sur divers projets. Le président du Mouvement Franche-Comté, ex-candidat à la mairie de Besançon, demande à la maire d'organiser un référendum notamment sur les questions de la RN57 et des Vaîtes "pour simplifier les choses".

Marie-Guite Dufay veut « tout faire » pour barrer la route au Rassemblement National

RÉGIONALES 2021 • La présidente socialiste de région, candidate à sa réélection en Bourgogne-Franche-Comté, a présenté sa liste la liste "Notre Région par cœur" pour le département du Doubs. Bilan, enjeux de la campagne, contexte incertain et particulier : Marie-Guite Dufay, "femme de gauche" fait le point et déclare vouloir se battre "avec sincérité et ardeur pour ses idées" face au Rassemblement national.

Régionales : un « infiltré » sur la liste RN à Belfort renonce après un déferlement de haine

Tête de liste du Rassemblement National (RN) dans le Territoire-de-Belfort, Kamel Agag-Boudjahlat, qui affirme avoir voulu infiltrer le parti d'extrême droite, a annoncé lundi 3 mai 2021 qu'il retirait sa candidature après un déferlement d'insultes et de haine sur les réseaux sociaux.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.22
couvert
le 09/05 à 21h00
Vent
1.64 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
30 %

Sondage