Nièvre : un fils et sa mère mis en examen après l'assassinat du compagnon de celle-ci

Publié le 14/06/2018 - 09:24
Mis à jour le 14/06/2018 - 09:24

Un jeune homme de 18 ans et sa mère de 39 ans ont été mis en examen et écroués mercredi, après l'assassinat du compagnon de cette dernière à Nevers à coups de couteau, a-t-on appris auprès du parquet de Bourges, où se déroule l'instruction. 

PUBLICITÉ

Le fils, auteur des coups mortels, et sa mère sont soupçonnés respectivement d'assassinat et de complicité d'assassinat, a précisé à l'AFP le procureur de la République de Bourges, Joël Garrigue. "Ce qu'on reproche à la mère, c'est une complicité par instigation, ou par instruction", c'est-à-dire d'en avoir eu l'idée, a-t-il expliqué, précisant que celle-ci avait été placée en détention provisoire à Bourges et son fils à Nevers. 

La femme avait prévenu la police lundi matin "de la découverte, à son domicile (...), du corps sans vie de son compagnon, un homme de 50 ans", a pour sa part indiqué la procureure de la République de Nevers, Alexa Carpentier, dans un communiqué. 

Le jeune homme s'est présenté "quelques minutes plus tard"au commissariat, "affirmant avoir tué le compagnon de sa mère, à coups de couteau", ajoute le communiqué. La cause de la mort est "une hémorragie massive liée à des blessures par arme blanche"

Mère et fils avaient été placés en garde à vue avant d'être présentés mercredi à un juge du pôle de l'instruction de Bourges, "compétent s'agissant de faits de nature criminelle", a expliqué le parquet de Nevers. "Le couple s'était disputé auparavant, comme il aurait l'habitude de le faire, selon les témoignages", poursuit la même source. "Le jeune homme aurait poignardé le compagnon de sa mère durant la nuit, dans la chambre de ce dernier, tandis que la mère dormait dans une autre pièce de la maison".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Arrêté anti-pesticide : « Plus de 100 personnes mobilisées » en soutien à Emmanuel Cretin à Besançon

Emmanuel Cretin, maire de Nans-Sous-Saint-Anne avait pris (avec le vote favorable du conseil municipal) un arrêté anti-pesticide en octobre dernier. Convoqué ce 14 novembre 2019 suite à la saisine du tribunal administratif par le Préfet du Doubs, ce dernier estime que la mobilisation ce jeudi à Besançon est une "victoire".

Affaire Maëlys : l’avocat de N. Lelandais souhaite faire annuler le témoignage d’un ex co-détenu

Me Alain Jabubowicz a demandé jeudi 24 octobre 2019 aux magistrats de la cour d'appel de Grenoble d'annuler les déclarations d'un ex co-détenu de Nordahl Lelandais à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) selon les informations de RTL et du Parisien. L'ancien militaire lui aurait avoué avoir violé et battu à mort la petite Maëlys.

Suppression des juges selon les scores LREM : Belfort s’indigne

Dans un article paru ce mercredi 23 octobre 2019, Le Canard Enchaîné prétend qu'avec la réforme de la justice, certains postes de juges d'instruction sont menacés d'être supprimés dans plusieurs villes... Des villes où le parti de la majorité, LREM, n'a pas des bons scores, comme à Belfort. Dans la ville du Lion, on s'indigne...

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.94
légère pluie
le 15/11 à 9h00
Vent
5.09 m/s
Pression
1001 hPa
Humidité
96 %

Sondage