Notre-Dame de Paris : la Cour des comptes réclame une meilleure gestion des dons

Publié le 30/09/2020 - 14:02
Mis à jour le 30/09/2020 - 14:02

Les dons pour la reconstruction de Notre-Dame doivent aller intégralement au chantier et ne plus financer le fonctionnement de l’Etablissement public, a réclamé mercredi 30 septembre 2020 la Cour des comptes, qui a demandé aussi une enquête administrative sur les dysfonctionnements avant l’incendie.

Après la publication d'un rapport sur le chantier de Notre-Dame, le président de la Cour des comptes Pierre Moscovici a exhorté le ministère de la Culture à attribuer l'intégralité des 825 millions d'euros de dons et promesses de dons aux travaux de restauration. La loi de juillet 2019, a-t-il rappelé, prévoit que les dons sont uniquement destinés à cette restauration. Or, une petite partie, de l'ordre de 5 millions d'euros, est utilisée pour divers frais de fonctionnement comme la communication, a-t-il expliqué.

"Nous ne comprenons pas que le ministère de la Culture n'ait pas engagé une enquête administrative"

"Nous recommandons que soit apportée à l'établissement public une subvention annuelle" à hauteur de ce montant, a dit M. Moscovici. Il s'agit de corriger "une anomalie de gestion. Ce n'est pas une somme considérable et elle est facile à dégager". "La crise du Covid pourrait fragiliser" certains donateurs qui pourraient se rétracter, a fait valoir M. Moscovici. Sur les 825 millions d'euros collectés, 640 sont encore au stade des promesses.

Il a aussi réclamé une enquête administrative "maintenant", afin de démêler les "responsabilités enchevêtrées" entre l'Etat, le Centre des monuments nationaux et l'évêché sur la cathédrale, qui ont pu contribuer à ce que le bâtiment n'ait pas été mieux sécurisé. "L'éclatement (des responsabilités) qui tient au double statut de Notre-Dame (monument public et église) a pu contribuer à la mauvaise anticipation", a estimé M. Moscovici.

"Nous ne comprenons pas que le ministère de la Culture n'ait pas engagé une enquête administrative" pour étudier les raisons des dysfonctionnements dans les années avant l'incendie : "insuffisante vigilance" et "défaillance" éventuelle dans l'entretien de l'édifice, qui faisait alors l'objet d'une restauration de sa flèche. "Des procédures et des marchés n'étaient pas très clairs, avec des moyens assez faibles", a expliqué l'ancien ministre sur France Inter. Et "vous découvrez que les travaux de restauration sont confiés aux mêmes entreprises après et avant l'incendie".

L'enjeu est pour l'avenir, pour "éviter que ça se reproduise" dans les 96 autres cathédrales propriétés de l'Etat. "Nous avons donc besoin d'une clarification, d'une mise à plat, sans attendre la réouverture" de l'édifice en 2024, a-t-il ajouté.

Selon de premiers résultats révélés à l'été 2019 de l'enquête judiciaire encore en cours pour déterminer les causes de l'incendie, celui-ci ne serait vraisemblablement pas d'origine criminelle mais accidentelle: court-circuit, mégot laissé sur le chantier. Mais un mauvais entretien des installations électriques et une série de dysfonctionnements le soir du sinistre ont certainement contribué à rendre l'incendie plus grave qu'il aurait dû être.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Les musiciennes appelées à se faire connaître jusqu’au 9 février 2023

Musiciennes à Besançon (MAB) est un temps fort autour de la création féminine à Besançon mais aussi en Bourgogne Franche-Comté. À travers ce projet, Le Bastion, la Rodia et Mazette ! ont pour objectif de participer à l’accès en égalité à la pratique musicale, mettre en valeur la création féminine et dynamiser le territoire autour de ces préoccupations. L’appel à candidature est ouvert jusqu’au 9 février 2023.

Nouveau resto, nouveaux dinos… Le Dino Zoo entre dans une nouvelle ère

Après une saison 2022 record avec 134.200 visiteurs, le parc Dino-Zoo à Étalans et ses célèbres dinosaures vont faire écaille neuve en 2023. Un chantier d’envergure et des investissements conséquents qui vont permettre au célèbre parc du Doubs, d’entrer dans une nouvelle ère et de rivaliser avec les grands sites touristiques nationaux…

J-1 avant l’ouverture du festival Drôlement… avec le fondateur Hamid Asseila

À partir de jeudi 19 janvier 2023, un tout nouveau festival arrive dans le paysage bisontin pour le plus grand bonheur des zygomatiques des habitants. Créé par la société NG Productions, le festival Drôlement Bien, qui affiche avant même de commencer sa première édition, "complet" pour tous ses spectacles, propose d’autres évènements à mourir de rire… Sans oublier une fibre sociale très importante pour Hamid Asseila, fondateur du festival.

58e Concours de jeunes chefs d’orchestre de Besançon : les inscriptions sont ouvertes

Depuis mercredi 18 janvier, les candidat(e)s peuvent s’inscrire en ligne pour participer aux épreuves de présélection du 58e Concours international de jeunes chefs d’orchestre de Besançon. Il est le seul concours de direction au monde ne faisant pas de sélection sur dossier (papier ou vidéo), mais lors d’auditions live, qui se dérouleront cette année à Besançon, Paris, Berlin, Montréal et Tokyo.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.12
partiellement nuageux
le 27/01 à 12h00
Vent
5.13 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
78 %