Nouvelle envolée du pétrole, les sanctions pèsent déjà sur les exportations russes

Publié le 02/03/2022 - 06:45
Mis à jour le 02/03/2022 - 07:55

Les deux références mondiales du prix du pétrole se sont installées bien au-dessus de 100 dollars mardi, les sanctions liées à l’invasion de l’Ukraine commençant déjà à peser sur les exportations de brut russe.

 © © ResoneTIC  CC0
© © ResoneTIC CC0

Rien n'a pu arrêter la folle ascension des cours de l'or noir, pas même l'annonce, par l'Agence internationale de l'énergie, de la mise sur le marché de 60 millions de barils tirés des réserves de ses pays membres, pour tenter de stabiliser le marché. La décision a été présentée par l'Agence comme "un message uni et fort aux marchés pétroliers mondiaux sur le fait qu'il n'y aura pas de pénurie d'offre résultant de l'invasion russe en Ukraine".

"Tant que la situation s'intensifie en Ukraine, les prix vont continuer à grimper, parce que cela augmente la probabilité que les exportations russes seront sanctionnées et inaccessibles au marché", a commenté John Kilduff, de la firme de conseil en investissement Again Capital.

La Russie est le deuxième plus grand exportateur de pétrole brut au monde et représente plus de 40 % des importations annuelles de gaz naturel de l'Union européenne. "La question des sanctions directes sur les exportations de pétrole et de gaz de la Russie est une question de temps et non de probabilité", a estimé Neil Wilson, analyste pour Markets.com.

Isoler Moscou

Selon plusieurs opérateurs, les exportations de pétrole russe sont déjà sous pression. "Certains des négociants avec qui je traite essayent d'écouler (du pétrole russe) à prix cassés, mais personne n'en veut", a expliqué John Kilduff.

  • Le géant britannique des hydrocarbures Shell a annoncé lundi se séparer de ses parts dans plusieurs projets communs avec le groupe russe Gazprom en Russie, en raison de l'invasion russe en Ukraine, suivant l'exemple de son compatriote BP qui se désengage du géant russe Rosneft.
  • Le français TotalEnergies a quant à lui annoncé mardi qu'"il n'apportera plus de capital à de nouveaux projets en Russie".
  • L'armateur français CMA CGM a annoncé la suspension des nouvelles commandes en provenance et à destination des ports russes, emboîtant le pas à ses principaux concurrents Maersk et MSC.

De quoi engendrer "une perturbation des expéditions en provenance de Russie avec des annulations de réservations de cargaisons", avec pour conséquence une augmentation des prix de l'énergie "à court terme, sans que la Russie ne ferme les robinets", ajoute Mme Streeter.

Les pays occidentaux ont également décidé d'exclure de grandes banques russes de la plateforme interbancaire Swift, rouage essentiel de la finance mondiale. Une proportion considérable du transport de pétrole en mer est ordinairement financée à crédit, et selon un dirigeant d'une compagnie de transport maritime, sous couvert d'anonymat, il devient de plus en plus difficile pour les donneurs d'ordre de trouver un établissement prêteur.

Selon les analystes de JPMorgan, même les banques chinoises ont commencé à se désengager.

Moscou prépare, de son côté, un décret pour tenter d'enrayer l'hémorragie d'investissements étrangers qui a commencé depuis l'annonce des sanctions contre Moscou, selon le Premier ministre Mikhaïl Michoustine. "Les craintes que la Russie ne riposte en utilisant ses exportations d'énergie comme une arme, maintiennent les prix du pétrole et du gaz à un niveau élevé", assure Mme Streeter.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Les aides à l’achat d’un vélo prolongées jusqu’en 2027

Vélo classique, à assistance électrique ou encore cargo… Tous sont éligibles au bonus vélo dont la prolongation vient d'être étendue jusqu'en 2027 par le gouvernement. Alors qu'il ne concernait jusque-là que les vélos neufs, le bonus vélo s’ouvre à présent aussi aux vélos d’occasion. On fait le point avec le site du service-public sur les aides disponibles pour l’achat d’un vélo électrique.

Nouveau sursis pour les Galeries Lafayette de Besançon et Belfort

C’est un petit ouf de soulagement pour les 26 magasins Galeries Lafayette, dont ceux de Besançon et Belfort, exploités par l’homme d’affaires Michel Ohayon. Le plan de continuation d'activité des points de vente a reçu le soutien de son principal créancier, qui n’est autre que le groupe Galeries Lafayette, juste avant son examen final au tribunal de commerce de Bordeaux, indique l’AFP ce mercredi 21 février. La décision du tribunal de commerce de Bordeaux a été mise en délibéré au 20 mars 2024.

J’ai testé pour vous le soin personnalisé signé LB Beauty à Besançon

Alors que la fraîcheur de l'hiver est de retour, je me suis rendue à l'institut LB Beauty ouvert depuis 4 ans dans le quartier des Chaprais à Besançon mardi 20 février 2024, pour un instant de bien-être, relaxant et pour prendre soin de ma peau. J'ai testé pour vous le "soin personnalisé" signé Ludivine Bonnet.

Nouvelle action coup de poing des éleveurs laitiers haut-saônois contre Lactalis

Une action d’interception d’un camion de lait Lactalis a eu lieu mardi soir en Haute-Saône près de Vesoul. Les éleveurs s’estimant "floué" par la société, demandent "une rémunération décente des producteurs". Le lait du camion devant initialement servir à la fabrication de fromage a été repris et sera utiliser pour l’alimentation des veaux. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.16
peu nuageux
le 28/02 à 6h00
Vent
1.84 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
92 %