OncoDoubs : la socio-esthétique, une parenthèse bien-être pour les patients...

Publié le 05/01/2019 - 07:19
Mis à jour le 05/01/2019 - 10:01

Sophie Coulardot Paquelier, socio esthéticienne en Franche-Comté, nous parle se son métier, au plus près des personnes fragilisées par des traitements de chimiothérapie.

Sophie Coulardot Paquelier, socio esthéticienne en Franche-Comté ©DR ©
Sophie Coulardot Paquelier, socio esthéticienne en Franche-Comté ©DR ©

Association créée en 2009 par le Pr Xavier Pivot, directeur médical de l'Institut régional fédératif du cancer et reconnue d'utilité générale en avril 2013, OncoDoubs a pour objectifs de permettre aux patients de bénéficier gratuitement de soins socio-esthétiques pendant leurs traitements de chimiothérapie.

Ces soins vont au-delà d'apprendre à ajuster une perruque ou protéger sa peau et ses ongles. OncoDoubs propose aussi de l'activité physique adaptée dont les effets améliorent la condition physique, limitent la fatigue, facilitent le sommeil tout en réduisant l'anxiété et les risques de récidives.

Témoignage : Sophie, socio-esthéticienne pour OncoDoubs

Sophie Coulardot Paquelier est socio-esthéticienne et intervient au centre hospitalier de Pontarlier et au CHRU de Besançon avec l'association OncoDoubs.

Après une expérience de 15 ans en comptabilité, Sophie Coulardot Paquelier décide de se reconvertir en socio esthétique. "J'ai d'abord passé un diplôme d'état en esthétique, tout en suivant en parallèle une formation d'accompagnement de fin de vie (JALMALV) puis je me suis spécialisée grâce à un Diplôme universitaire esthétique en milieu médico-social à l'université de Médecine Pierre et Marie Curie à Paris", précise-t-elle. Ce diplôme lui permet de prodiguer des soins esthétiques auprès de personnes fragilisées par une atteinte à son intégrité physique, psychique ou sociale.

"Renouer avec l'étincelle qui se trouve en eux"

Pour Sophie, "le métier de socio esthéticienne est un métier à part entière". Elle explique que "le patient est pris en compte dans sa globalité et mon travail s'intègre de façon pluridisciplinaire avec les oncologues, équipe soignante, autres acteurs des soins de support."

Le rôle de la socio esthéticienne est d'une part, "pallier aux effets secondaires des traitements de chimiothérapie qui altèrent la peau, les ongles, etc. par des conseils et produits adaptés". Et d'autre part, elle aide les patients à "renouer avec l'étincelle qui se trouve en eux pour conserver/restaurer l'estime de soi" et accompagne "à se réconcilier avec leur corps et à reprendre confiance en eux, apporter une parenthèse de mieux-être pendant des traitements lourds", décrit Sophie.

Des soins, de la tête au pied

Sophie propose des soins esthétiques dédiés au visage pour "l'hydrater et l'apaiser", des massages détente "pour diminuer les angoisses", des manucures et poses de vernis spécifique "pour protéger et réparer les ongles", et du maquillage correcteur "pour réhabiliter son image, sa mise en valeur". Les soins esthétiques sont à destination des hommes comme des femmes.

"Ce métier de socio esthéticienne correspond à mes valeurs et aspirations, la richesse de la valeur humaine, il donne du sens à ma vie. Chaque jour, j'essaie d'apporter du baume au corps... et au cœur grâce à l'association Oncodoubs", nous confie la socio esthéticienne.

Ces soins sont gratuits pour le patient. L'association Oncodoubs finance les prestations des socio esthéticiennes grâce aux dons et ventes sur les manifestations.

Infos +

  • Aujourd'hui, près de 400 personnes adhèrent à l'association OncoDoubs qui intervient au CHRU de Besançon, aux CHI de Lons-le-Saunier, de Dole et de Pontarlier, à la maison des familles, à la fondation Arc-en-Ciel à Besançon et à Orchamps-Vennes avec dernièrement l'ouverture d'un centre d'activité physique adaptée dans une salle mise à disposition par la municipalité. Cette année, l'association étend son champ d'action avec deux autres centres à Belleherbe et à Marnay.

Infos pratiques

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

La salle multimodale de radiologie interventionnelle du CHU de Besançon prochainement inaugurée

Équipement à la pointe de l’innovation en termes d’imagerie opératoire, la nouvelle salle multimodale de radiologie interventionnelle du CHU de Besançon sera inaugurée le 14 février prochain en présence de la présidente de région Marie-Guite Duffay et le directeur général du CHU Thierry Gamond-Rius.

Hôpital Nord Franche-Comté : des élus “pleinement mobilisés sur ce sujet d’une importance capitale”

Dans la continuité de leur saisine de la ministre de la Santé sur la situation de saturation du service des urgences de l’Hôpital Nord Franche-Comté, Ian Boucard, député du Territoire de Belfort et Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, se sont rendus sur site ce lundi 5 février 2024.

Zoom sur la médiation animale au CHU de Besançon

Tous les vendredis matin de 10h à 12h depuis le mois d’octobre 2023, le service de pédiatrie du CHU de Besançon reçoit de nouveaux visiteurs pour le moins originaux… Vendredi 2 février 2024, nous sommes parties à leur rencontre lors d’un atelier animé par Emilie Hienne, zoothérapeute et experte en médiation animale. Des lapins, un cochons-d’Inde, et même une poule étaient de la partie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.34
couvert
le 21/02 à 6h00
Vent
1.1 m/s
Pression
1027 hPa
Humidité
88 %