OncoDoubs : la socio-esthétique, une parenthèse bien-être pour les patients...

Publié le 05/01/2019 - 07:19
Mis à jour le 05/01/2019 - 10:01

Sophie Coulardot Paquelier, socio esthéticienne en Franche-Comté, nous parle se son métier, au plus près des personnes fragilisées par des traitements de chimiothérapie.

Sophie Coulardot Paquelier, socio esthéticienne en Franche-Comté ©DR ©
Sophie Coulardot Paquelier, socio esthéticienne en Franche-Comté ©DR ©

Association créée en 2009 par le Pr Xavier Pivot, directeur médical de l'Institut régional fédératif du cancer et reconnue d'utilité générale en avril 2013, OncoDoubs a pour objectifs de permettre aux patients de bénéficier gratuitement de soins socio-esthétiques pendant leurs traitements de chimiothérapie.

Ces soins vont au-delà d'apprendre à ajuster une perruque ou protéger sa peau et ses ongles. OncoDoubs propose aussi de l'activité physique adaptée dont les effets améliorent la condition physique, limitent la fatigue, facilitent le sommeil tout en réduisant l'anxiété et les risques de récidives.

Témoignage : Sophie, socio-esthéticienne pour OncoDoubs

Sophie Coulardot Paquelier est socio-esthéticienne et intervient au centre hospitalier de Pontarlier et au CHRU de Besançon avec l'association OncoDoubs.

Après une expérience de 15 ans en comptabilité, Sophie Coulardot Paquelier décide de se reconvertir en socio esthétique. "J'ai d'abord passé un diplôme d'état en esthétique, tout en suivant en parallèle une formation d'accompagnement de fin de vie (JALMALV) puis je me suis spécialisée grâce à un Diplôme universitaire esthétique en milieu médico-social à l'université de Médecine Pierre et Marie Curie à Paris", précise-t-elle. Ce diplôme lui permet de prodiguer des soins esthétiques auprès de personnes fragilisées par une atteinte à son intégrité physique, psychique ou sociale.

"Renouer avec l'étincelle qui se trouve en eux"

Pour Sophie, "le métier de socio esthéticienne est un métier à part entière". Elle explique que "le patient est pris en compte dans sa globalité et mon travail s'intègre de façon pluridisciplinaire avec les oncologues, équipe soignante, autres acteurs des soins de support."

Le rôle de la socio esthéticienne est d'une part, "pallier aux effets secondaires des traitements de chimiothérapie qui altèrent la peau, les ongles, etc. par des conseils et produits adaptés". Et d'autre part, elle aide les patients à "renouer avec l'étincelle qui se trouve en eux pour conserver/restaurer l'estime de soi" et accompagne "à se réconcilier avec leur corps et à reprendre confiance en eux, apporter une parenthèse de mieux-être pendant des traitements lourds", décrit Sophie.

Des soins, de la tête au pied

Sophie propose des soins esthétiques dédiés au visage pour "l'hydrater et l'apaiser", des massages détente "pour diminuer les angoisses", des manucures et poses de vernis spécifique "pour protéger et réparer les ongles", et du maquillage correcteur "pour réhabiliter son image, sa mise en valeur". Les soins esthétiques sont à destination des hommes comme des femmes.

"Ce métier de socio esthéticienne correspond à mes valeurs et aspirations, la richesse de la valeur humaine, il donne du sens à ma vie. Chaque jour, j'essaie d'apporter du baume au corps... et au cœur grâce à l'association Oncodoubs", nous confie la socio esthéticienne.

Ces soins sont gratuits pour le patient. L'association Oncodoubs finance les prestations des socio esthéticiennes grâce aux dons et ventes sur les manifestations.

Infos +

  • Aujourd'hui, près de 400 personnes adhèrent à l'association OncoDoubs qui intervient au CHRU de Besançon, aux CHI de Lons-le-Saunier, de Dole et de Pontarlier, à la maison des familles, à la fondation Arc-en-Ciel à Besançon et à Orchamps-Vennes avec dernièrement l'ouverture d'un centre d'activité physique adaptée dans une salle mise à disposition par la municipalité. Cette année, l'association étend son champ d'action avec deux autres centres à Belleherbe et à Marnay.

Infos pratiques

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Huit cas possibles au variant Omicron en France. Les ministres de la Santé du G7 se réunissent à Londres

Alors qu'en France huit cas possibles au variant Omicron du Coronavirus ont été détectés, les ministres de la Santé du G7 sont attendus en urgence à Londres ce lundi 29 novembre, face à l’inquiétude suscitée par ce nouveau variant. Une mutation qui continue à se propager à travers le monde malgré les fermetures de frontières. Les ministres de la Santé de la France, des États-Unis, du Canada, d’Allemagne, d’Italie, du Japon et du Royaume-Uni se retrouvent pour discuter de l’évolution de la situation sur Omicron, lors d’une réunion d’urgence.

Ce n’est pas parce qu’on en parle plus que la grippe a disparu : la CPAM du Doubs vous invite à vous faire vacciner

PUBLI-INFO • La vaccination contre la grippe saisonnière se déroule jusqu'au 31 janvier 2022 dans un contexte encore marqué par la crise sanitaire de la Covid-19. La vaccination contre la grippe est possible en ville depuis le 22 octobre, en Ehpad et établissements de santé depuis le 18 octobre afin de saisir toutes les opportunités de vaccination et d’optimiser les deux campagnes de vaccination, grippe et rappel Covid-19, et dans l’objectif d’un haut niveau de protection des plus fragiles.

Large oui des Suisses au pass Covid

En pleine cinquième vague et alors qu'un cas probable du variant omicron aurait été détecté, une large majorité de Suisses ont approuvé dimanche la loi ayant permis d'instaurer le pass Covid, lors d'un vote marqué par une Alors que la police craignait des manifestations, seuls quelques dizaines d'opposants à la loi Covid se sont rassemblés devant le siège du gouvernement et du parlement à Berne, placé sous haute sécurité et entouré d'une clôture grillagée. au terme d'une campagne électorale houleuse.

Covid-19 : "hausse brutale" de la circulation du virus en Bourgogne Franche-Comté

Le taux d'incidence a doublé en une semaine en Bourgogne-Franche-Comté et dépasse les 200 cas pour 100.000 habitants. Le taux de positivité des tests est à 5,5 %. La circulation du virus est plus active dans le Jura (326 cas pour 100.000 habitants), le Territoire de Belfort et le Doubs (228). Si on dénombre une centaine d' hospitalisations supplémentaires en une semaine dans la région, le nombre de patients en réanimation reste stable.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.41
couvert
le 30/11 à 21h00
Vent
5.11 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
100 %

Sondage