Parkéon : "la dette financière n'a rien à voir avec l'activité opérationnelle de l'entreprise..."

Publié le 30/11/2012 - 17:17
Mis à jour le 01/12/2012 - 09:45

« Parkeon, le Florange de Pierre Moscovici« . Ce titre du réputé site Challenges a affolé le petit monde économique de Besançon où l’entreprise emploie 600 salariés sur le millier d’emplois du groupe. « Ce titre ne correspond pas à la réalité et il est anxiogène pour nos salariés  » note Stéphane Roques, le directeur de la communication de Parkéon…

 ©
©

Sans confirmer le montant de 200 millions d'euros de dette, Stéphane Roques reconnait qu' en raison de "mensualités élevées", le groupe renégocie actuellement avec ses créanciers la dette contractée en 2007  lors de l'acquisition de Parkéon par Barclays Private Equity (aujourd'hui Equistone). Mais il précise que "cette dette financière n'a rien à voir avec l'activité opérationnelle de l'entreprise...". Aucun commentaire en revanche sur les négociations en cours avec les banques créancières ni sur le suivi du dossier par Bercy. De son côté, le ministre des Finances Pierre Moscovici précise que s'il suit le dossier Parkéon c'est pour faciliter les négociations financières avec les banques.  

Parkéon est un des leaders mondiaux dans les solutions de gestion du stationnement (horodateurs) et de solutions billettiques dans les transports publics. La société est présente dans 3 000 villes dans 50 pays différents et affiche un chiffre d'affaires de 176 millions d'euros(2011). "70 % de nos employés sont en France et nous travaillons à 75 % à l'export. Aujourd'hui nous renforçons notre offre de services pour remporter de nouveaux marchés."

CFDT  : "Challenge fait du sensationnel" 

Côté syndicat, la CFDT a immédiatement réagi (voir ici) "Non, Parkeon n'est pas au bord de la cessation de paiement. C'est une entreprise solide qui a toujours été bénéficiaire depuis les 10 dernières années avec un chiffre d'affaires en  2011 parmi les plus hauts de son histoire..." 

Seule ombre au tableau pour le syndicat : la dette LBO (Leverage Buy Out) contractée par Barclays en 2007 "en pleine bulle spéculative" pour racheter Parkéon.  "Le LBO est en train de nous pomper cet argent (...) Ce n'est pas l'acheteur qui paie la dette... c'est l'acheté ! Les  remboursements et les taux d'intérêt supportés par Parkeon n'ont pas été définis en fonction des perspectives "industrielles" de Parkeon, mais plutôt en fonction de l'appétit de nos financiers (LBO + pôle bancaire). En pleine crise mondiale, ce système a ses limites..."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Où sortir cet été dans le Grand Besançon ?

Ce lundi matin, il était encore difficile à croire que l’été approche avec son lot d’animations de plein air… Et pourtant ! Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, Pierre Contoz, président du musée des Maisons comtoises, Benoît Vuillemin, vice-président de GBM en charge de l’attractivité et du tourisme, Patrice Hennequin, président de l’Office de tourisme et des congrès de GBM et François Bousso, conseiller communautaire GBM délégué à l’éco-tourisme, se sont réunis pour lancer officiellement la saison touristique estivale du territoire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.73
couvert
le 14/06 à 3h00
Vent
5.25 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
50 %