Peillon dénonce les "erreurs" commises pendant le quinquennat

Publié le 12/01/2017 - 15:22
Mis à jour le 13/01/2017 - 08:46

L'ancien ministre de l'Éducation Vincent Peillon dénonce ce jeudi 12 janvier 2017 dans Libération les "erreurs" commises selon lui durant le quinquennat, sur la gouvernance, les valeurs et le pacte de responsabilité.

vincent_peillon_le_1er_juin_2012_au_rectorat_dorleans.jpg
© Rectorat45

avant le débat…

PUBLICITÉ

« On a trois difficultés. La première est celle de la sincérité démocratique de ce qu’est la gauche. C’est-à-dire que, lorsque des gens votent pour vous aux élections, vous n’avez pas à les éliminer derrière. L’erreur va peser sur tout le quinquennat« , accuse M. Peillon.

Pour l’ancien ministre, qui a quitté le gouvernement en avril 2014, le problème date des « législatives » de 2012, et « le poison du sectarisme n’a fait que se développer au cours du quinquennat« .

« Au bout de deux ans, on s’est retrouvé avec le soutien d’à peine la moitié du PS. Puis, quand Arnaud Montebourg et Benoît Hamon sont partis, avec encore moins (…) Dès lors, avec une base politique aussi faible, vous êtes obligés d’avoir une pratique politique qui mène au 49-3« .

Pour le candidat à la primaire du PS et de ses alliés, le deuxième point problématique « est la question des valeurs« . Outre la question de la déchéance de nationalité, le « quinquennat a commencé avec la polémique sur les Roms, et a fini avec celle sur le burkini. Moi je pense que nous sommes une majorité, au-delà de nos sensibilités, pour dire : « Non, franchement non » ».

Enfin, M. Peillon regrette que la politique de l’offre, qui a coûté 40 milliards « entre le CICE et le pacte de responsabilité« , ait été menée « sans aucune contrepartie« . « C’est une erreur que nous payons, parce qu’on a le sentiment que François Hollande a cru qu’il y aurait cette contrepartie spontanée, naturelle. On voit bien que son quinquennat a été dans le fond abîmé, profondément, par cette erreur de politique économique au début« .

M. Peillon se dit favorable, s’il est élu, à la conclusion d’un « contrat de gouvernement » avec Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. « Je veux qu’on définisse un contrat de gouvernement et qu’on dise aux gens : « dès lors que vous nous soutenez, parce que nous nous sommes mis d’accord, nous nous tiendrons à ce que nous avons dit« . « On a pu rassembler de Jean-Pierre Chevènement à Jacques Delors à une époque. On n’aurait pas gagné si on ne l’avait pas fait en 1981« , souligne M. Peillon, qui se dépeint par ailleurs comme le seul candidat à même de rassembler son parti.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

primaires citoyennes 2017

Primaires citoyennes : Benoît Hamon et Manuel Valls au second tour

Primaires citoyennes : Benoît Hamon et Manuel Valls au second tour

Le premier tour des Primaires citoyennes s'est déroulé ce dimanche 22 janvier 2017. Près de 2 millions de personnes ont voté en France, un chiffre en baisse par rapport à 2011. Les deux candidats qui sont au second tour sont : Benoît Hamon et Manuel Valls.

Dans la catégorie

Mère voilée au conseil régional Bourgogne Franche-Comté : Ndiaye et Blanquer condamnent l’élu RN

Mère voilée au conseil régional Bourgogne Franche-Comté : Ndiaye et Blanquer condamnent l’élu RN

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye et le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer ont condamné dimanche l'attitude de l'élu RN qui avait pris à partie vendredi 11 octobre 2019 au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté une mère voilée accompagnatrice d'un groupe d'enfants.

Conseil régional Bourgogne-Franche-Comté: un élu RN prenant à partie une femme voilée devant des écoliers

Conseil régional Bourgogne-Franche-Comté: un élu RN prenant à partie une femme voilée devant des écoliers

La vidéo d'un incident survenu vendredi au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, postée par un élu Rassemblement national (RN), où l'on voit ce dernier prendre à partie une femme voilée dans le public, est devenue virale sur Twitter samedi après-midi, où elle a été vue plus de 800.000 fois.

Municipales 2020 : Nicolas Bodin souhaite rejoindre l’Equipe

Municipales 2020 : Nicolas Bodin souhaite rejoindre l’Equipe

Sous réserve du vote de ses militants, Nicolas Bodin (PS) a décidé de rejoindre l'Equipe (union de gauche) ce jeudi 10 octobre 2019. Le parti Generation.s (crée par Benoît Hamon) ainsi que Barbara Romagnan ont également rejoint cette alliance hier soir. Qu'adviendra-t-il de la candidature PS de Nicolas Bodin ? Nous lui avons posé la question…

Municipales 2020 : Géneration.s rejoint l’Equipe 

Municipales 2020 : Géneration.s rejoint l’Equipe 

Après Europe Écologie les Verts, le PCF, ou encore "À Gauche Citoyen", c'est au tour des membres du parti Génération.s (parti créé par Benoit Hamon) dont Barbara Romagnan de rejoindre l'union de gauche aussi appelée l'Equipe depuis le 3 juillet dernier. Marcel Ferreol, référent Géneration.s nous explique ce choix politique à cinq mois des élections municipales de Besançon.

« Touche pas à nos paysans ! » : les agriculteurs manifestent depuis lundi en Franche-Comté

« Touche pas à nos paysans ! » : les agriculteurs manifestent depuis lundi en Franche-Comté

La Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles du Doubs (FDSEA 25) et les Jeunes Agriculteurs du Doubs (JA 25) ont décidé de se mobiliser lundi 7 octobre 2019 pour manifester leur "ras-le-bol" des politiques menées pour le secteur agricole en France. Ce mardi, des ralentissements ont été constatés en périphérie de Vesoul ainsi que sur les axes routiers N19 et N57. En Saône-et-Loire, plusieurs ralentissements ont été également été notés.

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Le ministre de l'Éducation nationale est en visite dans le Doubs lundi 7 octobre 2019. Il s'est rendu à l'école primaire Bourgogne dans le quartier Planoise de Besançon à 9h30. Après un accueil en musique, il devrait échanger autour d'une table ronde avec les enseignants sur le dédoublement des classes de CP et CE1 et l’école inclusive.

Municipale 2020 : Ludovic Fagaut, candidat LR à Besançon

Municipale 2020 : Ludovic Fagaut, candidat LR à Besançon

Accompagné du sénateur LR Jacques Grosperrin qui avait porté la liste en UMP UDI Modem en 2014, le conseiller municipal d'opposition Ludovic Fagaut, 41 ans, a (enfin) annoncé samedi matin au cœur du marché couvert du centre-ville sa candidature pour porter la liste "Besançon, maintenant" lors des prochaines élections municipales des 15 et 22 mars 2020. Le candidat "Les Républicains" déclare vouloir donner "une nouvelle dynamique et un nouveau souffle" et appelle à une "communauté de projet"à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.15
ciel dégagé
le 14/10 à 3h00
Vent
3.14 m/s
Pression
1014.8 hPa
Humidité
88 %

Sondage