Alerte Témoin

Police de Sécurité du Quotidien : 15 à 25 policiers seront mobilisés à Planoise en septembre

Publié le 12/02/2018 - 17:05
Mis à jour le 12/02/2018 - 21:36

"Il n'y aura pas de zone de non-droit" a répété ce lundi 12 février 2018 le maire de Besançon lors d'une conférence de presse consacrée à la mise en place d'une Police de Sécurité du Quotidien en septembre prochain. Le 8 février dernier, Gérard Collomb a annoncé que le quartier de Planoise figurerait parmi les 15 "villes-tests". En parallèle, le GLTD (groupe local de traitement de la délinquance) a été instauré via le parquet de Besançon pour pallier à la délinquance. 

Police de Sécurité du Quotidien from maCommune.info on Vimeo.

"Le parquet de Besançon s'est beaucoup investi dans la création du GLTD. Le seuil de tolérance vis-à-vis de la délinquance a été largement dépassé dans ce quartier", explique Edwige Roux-Morizot, la procureure de la République de Besançon. "Je reçois beaucoup de lettres de la part des habitants depuis que ce groupe local a été décidé pour me faire part de leurs difficultés, de leur volonté que les choses changent". 

Nicolas Diamandides, coordinateur du conseil citoyen de Planoise, confirme cet idée et la volonté des habitants à avoir davantage de proximité avec la police : "C'était une demande forte de la part des habitants de Planoise. Ils s'en réjouissent". 

15 à 25 policiers mobilisés sur Planoise

Un effort sera engagé sur Planoise avec la mobilisation de 15 à 25 policiers consacrées sur le quartier. Pour le préfet, il s'agit de mettre l'accent sur la formation, car le ministre souhaite "des profils de policiers bien précis" avec des "formations poussées". Un délégué de cohésion police viendra s'ajouter aux effectifs et aura pour rôle de "dialoguer et informer", précise le préfet. 

Cet effectif est la suite logique des mesures déjà mises en place sur le plan numérique comme les caméras piéton, la "pré-plainte en ligne et les commissariats numériques". La PSQ viendra notamment décharger les actions de la police nationale et municipale. 

Pour Jacques Desoche, président du syndicat CFTC, ce sont "des années de laxismes qui ont créé ces zones de non-droit". Il soulève notamment un deuxième point, celui de l'interdiction du port d'armes des policiers municipaux qui est selon lui, "une aberration inquiétante". 

Qu'est-ce que Lab PSQ ?

Le ministre de l'Intérieur a voulu, grâce au "Lab PSQ"  réfléchir aux problèmes rencontrés par les policiers avec les gendarmes. Il s'agit de faire interagir ces derniers avec des universitaires et chercheurs pour donner une vision sur un temps "plus long", précise le préfet. "Chaque PSQ sera notamment évalué avec le ressenti de la population".

Info +

  • Le commissariat sera, lui en fonction en avril 2018
  • 1300 effectif dédiés en France vers ces sites
  • 20 départements seront accompagnés par la gendarmerie
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Violences conjugales durant le confinement : comment donner l’alerte ?

"les personnes en détresse peuvent être aidées" • Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a convenu avec Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, que les victimes de violences intra-familiales pourraient se rendre dans la pharmacie la plus proche afin de donner l'alerte. Voici l'ensemble des dispositifs existants pour donner l'alerte.

Témoignage : un médecin guéri du Covid-19 rend hommage aux soignantes du CHU de Besançon

Vidéos • Médecin généraliste à Salins-les-Bains, le Dr Damien Pollet a été testé positif au Covid-19 le 21 mars 2020 à l'hôpital de Lons-le-Saunier. Après une semaine ponctuée d'une importante fatigue et de fortes fièvres, il développe une forme sévère du Coronavirus. Sa saturation en oxygène diminue le samedi 28 mars. Il est alors transféré par le SAMU à l'hôpital de Besançon. Guéri, de retour chez lui depuis le 1er avril, il a décidé de rendre  hommage aux "guerrières", ces femmes qui l'ont réconforté durant la maladie...

Agriculteurs atteints du Covid-19 : des services de remplacement mis en place

Depuis le 16 mars 2020, des services de remplacement assurent le remplacement d’agricultrices et d’agriculteurs touchés par le virus. Ils mettent tout en œuvre avec les exploitants(e)s concerné(e)s pour que cela s'effectue dans des conditions optimales. Des interventions répondent aussi à des absences liées aux gardes d'enfants.

Versements de prestations sociales : des mesures mises en place aux bureaux de Poste

La Poste a adapté son organisation à l’évolution de la situation sanitaire avec 11 bureaux de poste ouverts au public pour le Doubs. Afin que le versement des prestations sociales aux allocataires se déroule dans les meilleures conditions possibles, La Poste met en place un dispositif adapté, accessible dès le 4 avril via les distributeurs automatiques de billets, et dès le 6 avril dans ses bureaux de poste, sur tout le territoire.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.93
ciel dégagé
le 05/04 à 21h00
Vent
1.53 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
66 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune