Police de Sécurité du Quotidien : 15 à 25 policiers seront mobilisés à Planoise en septembre

Publié le 12/02/2018 - 17:05
Mis à jour le 12/02/2018 - 21:36

"Il n'y aura pas de zone de non-droit" a répété ce lundi 12 février 2018 le maire de Besançon lors d'une conférence de presse consacrée à la mise en place d'une Police de Sécurité du Quotidien en septembre prochain. Le 8 février dernier, Gérard Collomb a annoncé que le quartier de Planoise figurerait parmi les 15 "villes-tests". En parallèle, le GLTD (groupe local de traitement de la délinquance) a été instauré via le parquet de Besançon pour pallier à la délinquance. 

Police de Sécurité du Quotidien from maCommune.info on Vimeo.

"Le parquet de Besançon s'est beaucoup investi dans la création du GLTD. Le seuil de tolérance vis-à-vis de la délinquance a été largement dépassé dans ce quartier", explique Edwige Roux-Morizot, la procureure de la République de Besançon. "Je reçois beaucoup de lettres de la part des habitants depuis que ce groupe local a été décidé pour me faire part de leurs difficultés, de leur volonté que les choses changent". 

Nicolas Diamandides, coordinateur du conseil citoyen de Planoise, confirme cet idée et la volonté des habitants à avoir davantage de proximité avec la police : "C'était une demande forte de la part des habitants de Planoise. Ils s'en réjouissent". 

15 à 25 policiers mobilisés sur Planoise

Un effort sera engagé sur Planoise avec la mobilisation de 15 à 25 policiers consacrées sur le quartier. Pour le préfet, il s'agit de mettre l'accent sur la formation, car le ministre souhaite "des profils de policiers bien précis" avec des "formations poussées". Un délégué de cohésion police viendra s'ajouter aux effectifs et aura pour rôle de "dialoguer et informer", précise le préfet. 

Cet effectif est la suite logique des mesures déjà mises en place sur le plan numérique comme les caméras piéton, la "pré-plainte en ligne et les commissariats numériques". La PSQ viendra notamment décharger les actions de la police nationale et municipale. 

Pour Jacques Desoche, président du syndicat CFTC, ce sont "des années de laxismes qui ont créé ces zones de non-droit". Il soulève notamment un deuxième point, celui de l'interdiction du port d'armes des policiers municipaux qui est selon lui, "une aberration inquiétante". 

Qu'est-ce que Lab PSQ ?

Le ministre de l'Intérieur a voulu, grâce au "Lab PSQ"  réfléchir aux problèmes rencontrés par les policiers avec les gendarmes. Il s'agit de faire interagir ces derniers avec des universitaires et chercheurs pour donner une vision sur un temps "plus long", précise le préfet. "Chaque PSQ sera notamment évalué avec le ressenti de la population".

Info +

  • Le commissariat sera, lui en fonction en avril 2018
  • 1300 effectif dédiés en France vers ces sites
  • 20 départements seront accompagnés par la gendarmerie
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Sondage – Pensez-vous qu’un couvre-feu dans le département du Doubs soit nécessaire pour limiter la propagation de la Covid-19 ?

De plus en plus de villes françaises doivent respecter un couvre-feu chaque soir de 21 heures à 6 heures pour limiter la propagation du virus et ainsi ne pas submerger les hôpitaux. Le département du Doubs pourrait subir cette mesure à partir de ce week-end : pensez-vous qu'il serait nécessaire pour limiter la transmission du virus ? C'est le sondage de la semaine...

Hacking Health 2020 à Besançon : 13 défis, 13 solutions

Malgré le contexte, et grâce au respect d’un protocole sanitaire exigeant, la 4e édition du Hacking Health de Besançon a réuni le week-end dernier un peu plus de 200 participants à l’UFR Santé. Les 13 équipes, rassemblées autour de leurs porteurs de défis, sont toutes parvenues à des solutions. Elles ont su tirer le meilleur des ressources mises à leur disposition : profusion de matière grise, variété des compétences chez les participants comme les coaches, imprimantes 3D et capteurs électroniques du fablab... 

Covid-19 : quelles nouvelles mesures dans le Doubs à partir de ce samedi 24 octobre ?

Au vu de la dégradation du contexte sanitaire et comme suite à la promulgation d’un nouveau décret du Premier ministre, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a pris ce samedi 24 octobre 2020 un nouvel arrêté fixant des mesures complémentaires à celles déjà en vigueur dans le département afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Mois sans tabac 2020 en Bourgogne Franche-Comté : pas de stand de sensibilisation, mais une campagne virtuelle

Cette année, le contexte de l'épidémie de Covid-19 ne permet pas à l'association Tab'agir d'installer des stands de sensibilisation au tabac dans le cadre de Mois dans tabac. En revanche, l'opération pourra se dérouler sur internet durant le mois de novembre 2020 en Bourgogne Franche-Comté.

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.

Fraude à la carte bancaire et crise sanitaire : les consommateurs font toujours plus les frais de fraudes

Alors que les paiements par carte bancaire "sans contact" et par internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir rend publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques. En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’association saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs, apprend-on dans un communiqué du 22 octobre 2020.

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.24
légère pluie
le 26/10 à 21h00
Vent
2.37 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
97 %

Sondage