Préfectures : la Cour des comptes fustige des réductions d'effectifs "pas réalistes"

Publié le 01/06/2022 - 08:00
Mis à jour le 31/05/2022 - 15:10

Les suppressions de postes orchestrées par le ministère de l’Intérieur dans les préfectures depuis 2010 « n’ont pas été réalistes », critique la Cour des comptes dans un rapport publié mardi 31 mai 2022.

"Entre 2010 et 2020, les effectifs physiques des préfectures hors corps préfectoral sont passés de 27.613 à 23.652, soit une baisse de 14%", détaille l'institution.

  • Ces coupes ont visé "en priorité" les sous-préfectures, amputées de près d'un quart de leurs effectifs entre 2012 et 2019. Certaines sous-préfectures comptent désormais "entre 3 et 5 agents, corps préfectoral inclus, ce qui rend ces structures très fragiles en cas de vacance de poste prolongée".

"Les suppressions de poste se sont concentrées sur la délivrance des titres hors étrangers, les fonctions de représentation, les fonctions support et dans une moindre mesure sur le contrôle de légalité", précise la Cour. Ces suppressions de poste "qui ont représenté la quasi-totalité des réductions d'effectifs du ministère de l'intérieur, n'ont pas été réalistes", est-il indiqué.

Le rapport est publié alors que les délais d'obtention des pièces d'identité ont tendance à se rallonger, en raison d'un afflux de demandes consécutif à la crise sanitaire. Pour résorber ces retards, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé début mai l'augmentation de 30% des effectifs dédiés aux pièces d'identité.

Un statut précaire

En matière de recrutement, la Cour des comptes alerte d'ailleurs sur la part croissante d'agents au statut précaire, car "aujourd'hui, les préfectures ne fonctionnent qu'au moyen de contrats courts qui précarisent leurs titulaires et désorganisent les services".

"Désormais, les vacataires représentent de manière pérenne environ 10% des emplois en préfecture", chiffre la Cour, qui "ne saurait se satisfaire de ce que l'emploi public devienne un vecteur de précarité pour les titulaires de ces contrats courts". Elle suggère donc de limiter le recours aux contrats de moins d'un an dans les préfectures.

Pour la Cour, "la dépendance aux contrats infra-annuels résulte d'un pilotage par le schéma d'emplois (un plafond d'emplois à ne pas dépasser, NDLR) par opposition à un pilotage par la masse salariale". Un constat similaire à celui du think tank Terra Nova, qui a regretté dans une note publiée mardi également "le réseau de contraintes particulièrement rigide" associé aux plafonds d'emploi, dans la fonction publique.

"Le ministère de l'Intérieur doit définir des priorités claires pour les préfectures dans les années à venir", en allouant des effectifs aux préfectures en fonction des urgences locales, conclut l'institution présidée par Pierre Moscovici.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Sondage – Comptez-vous faire grève et/ou manifester contre la réforme des retraites ?

La deuxième grande journée de mobilisation sociale contre la réforme des retraites se déroulera le 31 janvier 2023 à Besançon, comme ailleurs en France. La Première ministre a confirmé qu’elle ne changera pas l’âge de départ en retraite, ce qui encourage davantage les syndicats à poursuivre leurs mouvements de grève et de manifestations.

Une centaine de personnes présentes au rassemblement antifasciste devant le palais de justice ce vendredi

Organisé par la Nuée antifasciste ce vendredi 27 janvier juste avant le jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage de la statue de Victor Hugo en novembre 2022, le rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le palais de justice de Besançon.

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.54
couvert
le 31/01 à 0h00
Vent
0.32 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
94 %