Alerte Témoin

Pris dans la tourmente, Rugy démissionne, remplacé dans la foulée par Borne

Publié le 17/07/2019 - 08:19
Mis à jour le 17/07/2019 - 08:20

Après une semaine de polémiques autour de repas fastueux lorsqu'il présidait l'Assemblée, François de Rugy a démissionné ce mardi 16 juillet 2019 de son poste de ministre de l'Ecologie, immédiatement remplacé par la ministre des Transports Elisabeth Borne.

Elisabeth borne
©Elisabeth borne Facebook

Mme Borne gardera également le portefeuille des Transports, sans pour autant prendre le titre de ministre d'Etat de son prédécesseur, a précisé l'Elysée.


M. de Rugy a décidé de quitter son poste après une série de révélations portant notamment sur des dîners fastueux lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale. Il a dénoncé un "lynchage médiatique" alors qu'il s'apprêtait à défendre le projet de loi énergie et climat.

Sur Twitter, le ministre démissionnaire a confié qu'il pensait "aux mots" de François Mitterrand à l'égard de Pierre Bérégovoy, qui s'était suicidé le 1er mai 1993. L'ancien président avait alors déclaré que son Premier ministre avait été "livré aux chiens".

Emmanuel Macron a dit respecter la "décision personnelle" du ministre, englué dans une série de révélations, "pour qu'il puisse se défendre pleinement et librement", a affirmé l'Elysée à l'AFP.

"C'est une décision personnelle"

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a affirmé n'avoir "aucune indication tendant à démontrer que François de Rugy a commis des actes qui sont contraires à la justice", alors que Matignon a lancé une enquête sur des faits reprochés.

Selon son entourage, le ministre a pris sa décision durant la nuit et avait en tête sa démission en se rendant mardi matin à Matignon, où il était attendu pour une réunion de travail "classique" avec Edouard Philippe. "C'est une décision personnelle. La seule force extérieure c'est l'acharnement de Mediapart", souligne cette source.

Trente minutes avant de se présenter à l'Assemblée pour les questions au gouvernement où, contre toute attente, la démission n'a pas été abordée, M. de Rugy a fait savoir par communiqué qu'il se retirait, "trop attaché à l'écologie pour accepter que (notre) action écologique soit affaiblie par des mises en cause personnelles incessantes".

- Plainte -

"La mobilisation nécessaire pour me défendre fait que je ne suis pas en mesure d’assumer sereinement et efficacement la mission que m’ont confiée le président de la République et le Premier ministre", a encore mis en avant M. de Rugy.

M. de Rugy, âgé de 45 ans, s'est aussi indigné contre "la volonté de nuire, de salir, de démolir" de Mediapart qui a en premier dévoilé mardi dernier ses agapes dispendieuses lorsqu'il était président de l'Assemblée entre juin 2017 et septembre 2018. En ce sens, le député de Loire-Atlantique a affirmé avoir déposé mardi matin "une plainte pénale en diffamation" contre le site d'investigation.

Dénonçant des attaques sur la base de "photos volées, de ragots", M. de Rugy s'est aussi dit "soumis à un feu roulant de questions nouvelles et contraint de parer sans cesse à de nouvelles attaques".

"Ce n'est pas parce que des médias le disent, qu'il faut le croire forcément", a renchéri Sibeth Ndiaye.

Edwy Plenel cofondateur et dirigeant de Mediapart a dit avoir envoyé lundi des questions au ministre sur une nouvelle enquête, mise en ligne mardi, à propos de l'utilisation de ses frais professionnels en tant que député. Il attendait ses réponses pour 14h00, au lieu desquelles il a reçu l'annonce de sa démission.

"L'information a été plus forte que la communication", s'est félicité le journaliste de Mediapart Fabrice Arfi, auteur de ces enquêtes.

Elus "inquiets"

Une source gouvernementale indique que "c'est une décision à laquelle on ne s'attendait pas" et l'explique par le fait que "la pression médiatique se tasse mais ne retombe pas" et que des élus se disent "inquiets" de ce qu'ils entendent dans leurs circonscriptions.

Outre la dizaine de repas organisés à l'hôtel de Lassay, M. de Rugy est également soumis à une "inspection" du secrétaire général du gouvernement pour des travaux dans son logement de fonction.

D'autres révélations embarrassantes se sont succédé, concernant notamment le logement HLM de sa directrice de cabinet qu'il a limogée illico, ou la participation à un dîner "hors agenda" avec des lobbyistes du monde de l'énergie.

La démission de M. de Rugy, 11 mois après celle fracassante de Nicolas Hulot, place de nouveau dans l'embarras Emmanuel Macron qui a fait de la préservation de l'environnement l'un des marqueurs forts de la suite de son quinquennat.

Sa secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon a défendu à sa place mardi au Sénat le projet de loi énergie et climat, indiquant qu'elle "assurerai(t) la continuité de l'Etat" pour que les débats puissent se dérouler "dans les meilleures conditions possibles".

Pour son autre secrétaire d'Etat Brune Poirson, "plus que jamais au travail", M. de Rugy "souhaite continuer à se défendre, et par là-même il protège le gouvernement, il protège le ministère", a-t-elle dit à BFMTV.

"Légèrete"

Le chef des députés LREM Gilles Le Gendre a aussi salué une démission qui vise à "protéger (la) majorité". Son homologue au Sénat François Patriat l'a qualifiée "de bon sens, même s'il y a une forme d'injustice". Il s'agit de la décision d'un homme "à bout", selon la députée Olivia Grégoire.

Barbara Pompili, députée LREM et proche de François de Rugy, a cependant déploré sa "légèreté dans la gestion des moyens publics".

Les responsables politiques ont tous stigmatisé le "décalage" entre le discours du ministre "chantre de la vertu" et la réalité, à l'instar de la vice-présidente de l'Assemblée LR Annie Genevard, "en colère" parce que "cette affaire réduit un peu plus le crédit qu'ont les hommes politiques auprès des Français".

(Source AFP)

1 Commentaire

EN DEUX ANS ET 6 MOIS , VOILA LE OU LA TROISIEME MINISTRE DE L'ECOLOGIE du gouvernement de Macron !!!!!! qu'en pense Mr .Alauzet , ancien Vert EELV , ancien Socialiste et LREM depuis peu ????
Publié le 18 juillet 2019 à 11h19 par yvon belin • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Politique

Ludovic Fagaut : pour une vi(ll)e « plus durable » et une « écologie du bon sens »

Le candidat LR Ludovic Fagaut a choisi la journée internationale de l'environnement et s'est installé sur le toit de l'espace coworking l'Épicerie, place de la Révolution pour présenter son programme écologique. Face la candidate Anne Vignot (EELV - PS - PC - Génération.s), il a égrainé quelques une de ses idées : de "Terra Vesontio" aux Vaîtes à la promotion des producteurs locaux, mais également des 30.000 arbres plantés au doublement du nombre de kilomètres de voies cyclables.

Le Sénat vote d’une proposition de loi pour « faciliter les procurations pour lutter contre l’abstention »

Le Sénat a adopté mardi 2 juin 2020 la proposition de loi de Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, tendant à sécuriser l’établissement des procurations électorales et l’organisation du second tour des élections municipales de juin 2020.

Municipale 2020 : la victoire de Ludovic Fagaut « semble possible » selon Jean-Philippe Allenbach

Le candidat du Mouvement Franche-Comté au premier tour de l'élection municipale à Besançon Jean-Philippe Allenbach, qui avait tenté de rassembler les listes des Républicains et de La République en marche la semaine dernière, n'a pas réussi son coup. Selon lui, voter pour Eric Alauzet au second tour "revient donc à tout simplement gaspiller sa voix" tandis que "la victoire semble possible" pour Ludovic Fagaut.

Liste identique pour Anne Vignot et campagne "sobre"

Municipale Besançon • Arrivée en tête au soir du 15 mars 2020, Anne Vignot  mène la liste "Besançon par nature" (EELV - PS - PC - Génération.s). Elle  sera face à Ludovic Fagaut et Éric Alauzet pour une triangulaire au second tour de l'élection municipale du 28 juin. La liste, identique à celle du premier tour, a été confirmée à la préfecture du Doubs vendredi dernier...

Ludovic Fagaut confirme sa liste « Besançon Maintenant ! » : ce sera une triangulaire

Ce sera donc une triangulaire. Arrivé en seconde position derrière Anne Vignot (EELV - PS - PC Génération.s) avec 23,59% des suffrages exprimés et 1.900 voix d'écart, le LR Ludovic Fagaut a déposé sa liste "Besançon Maintenant" pour le second tour du 28 juin. Il n'y aura donc pas d'alliance avec Éric Alauzet. Les Bisontins devront choisir entre trois listes.

Second tour des municipales : mode d’emploi

Un second tour est nécessaire dans 15 % des communes en France. Si tout va bien, les électeurs de près de 5.000 communes françaises seront invités à voter le dimanche 28 juin 2020 pour ce deuxième tour des élections municipales qui auraient dû se tenir le 22 mars si le Coronavirus n'était pas passé par là. Comment cela va-t-il s'organiser ? Réponses à toutes vos questions…
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.68
légère pluie
le 07/06 à 9h00
Vent
2.85 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
93 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune