Problèmes d'érection : plus d'un Franc-Comtois sur trois en a eu récemment

Publié le 22/05/2019 - 06:00
Mis à jour le 26/05/2019 - 15:07

L’Ifop a sorti mercredi 22 mai 2019 une étude sur les troubles érectiles, en constante augmentation chez les Français. En Bourgogne Franche-Comté, 37% des hommes en ont eu durant les 12 derniers mois…

Illustration ©Pixabay
Illustration ©Pixabay

Selon l’enquête Ifop, les hommes ont de plus en plus de problèmes d’érection : ils étaient 44% en 2005 a en avoir déjà été « victime », contre 61% en 2019.

En Bourgogne Franche-Comté, 23% en ont « régulièrement » ; c’est la 4eplus haute moyenne en France, derrière l’Île de France et la Côte d’Azur (26%) et les Hauts de France (24%), mais bien devant la Bretagne (16%) ou l’Occitanie (17%).

Et durant les douze derniers mois, ils sont 37% en BFC, contre 45% en Île-de-France ou 30% en Bretagne.

Conséquences sur le couple

Mais les conséquences sont différentes selon les régions. Ces mêmes Francs-Comtois disent plutôt en souffrir : 38% d’entre eux estiment que cela a eu des conséquences sur leur couple, ce qui est dans la moyenne française ; en comparaison, en PACA, ils sont 63%. Et en Pays-de-la-Loire, moins de 20%...

Par contre, cela les fait complexer ! Les Francs-Comtois sont ceux qui complexent le plus sur la taille de leur sexe (32%), devant les habitants de l’Île-de-France (31%) et très loin devant l'Auvergne Rhône-Alpes (21%).

Difficile d’en parler, on invente des excuses

Face à ces soucis, il est toujours autant difficile pour les hommes d’aborder le sujet avec leur partenaire. Plutôt que d’en parler, ils préfèrent inventer de fausses excuses (fatigue, soucis, excès de nourriture/d’alcool, proximité avec d’autres gens, migraine).  1 homme sur 3 reconnaît en avoir déjà donné pour éviter un rapport sexuel.

En Bourgogne Franche-Comté, 30% des hommes de la région l'avouent, ce qui est dans la moyenne française ; ils sont 42% en Île-de-France, et 23% en Nouvelle-Aquitaine.

Pourquoi cette augmentation des problèmes érectiles ?

Selon l’IFOP, la cause de cette hausse de problèmes d’érection chez les hommes serait :

  • le stress (55% des personnes souffrant de problèmes érectiles disent être victime de stress régulier)
  • la dépendance aux écrans (45%)
  • la consommation de vidéos X (50%)

Comment y remédier ?

Pour remédier à ces problèmes, presque la moitié des hommes ont recours à des solutions « non viables » : regarder des vidéos pornographiques, repenser à des souvenirs intenses, prendre du viagra, boire de l’alcool, de la drogue ou des produits aphrodisiaques.

Et en Franche-Comté, peu d’hommes disent envisager un traitement contre ces problèmes : ils ne sont « que » 48%, moyenne la plus basse nationale, contre 65% en PACA ou 52% en Bretagne par exemple.

(Enquête IFOP pour Charles.co)

1 Commentaire

A 57 ans je n'ai pas ce souci pour l'instant mais sa fait des années que je n'ai plus aucuns rapports
Publié le 22 mai 2019 à 06h43 par Pascal Carry • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Santé

Besançon : priorisation renforcée sur le drive de dépistage du Covid-19 rue du Dr Mouras

Face à la reprise marquée de l'épidémie SARS-CoV2 dans le département du Doubs, et notamment sur Besançon, la préfecture du Doubs, l'ARS Bourgogne-Franche-Comté et la ville de Besançon en lien avec les laboratoires LPA et CBM25 ont convenu de prioriser les tests aux personnes de priorité 1 à l'exception des personnes symptomatiques sans prescription afin d'apporter la réponse la plus efficace possible face à la progression du virus, apprend-on dans un communiqué du 24 octobre 2020.

Hacking Health 2020 à Besançon : 13 défis, 13 solutions

Malgré le contexte, et grâce au respect d’un protocole sanitaire exigeant, la 4e édition du Hacking Health de Besançon a réuni le week-end dernier un peu plus de 200 participants à l’UFR Santé. Les 13 équipes, rassemblées autour de leurs porteurs de défis, sont toutes parvenues à des solutions. Elles ont su tirer le meilleur des ressources mises à leur disposition : profusion de matière grise, variété des compétences chez les participants comme les coaches, imprimantes 3D et capteurs électroniques du fablab... 

Covid-19 : quelles nouvelles mesures dans le Doubs à partir de ce samedi 24 octobre ?

Au vu de la dégradation du contexte sanitaire et comme suite à la promulgation d’un nouveau décret du Premier ministre, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a pris ce samedi 24 octobre 2020 un nouvel arrêté fixant des mesures complémentaires à celles déjà en vigueur dans le département afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Covid-19 : « La situation épidémiologique de la région se reporte sur le système hospitalier »

La situation épidémiologique de la région se reporte sur le système hospitalier, qui doit faire face à un flux continu de patients. Si trois départements sont désormais concernés par la règle du couvre-feu, tous les habitants de Bourgogne-Franche-Comté sont appelés à "prendre une part active à la lutte contre le virus", explique l'ARS Bourgogne Franche-Comté ce 23 octobre 2020.

Interdiction de consommation de l’eau : communes de Cornot, Etobon, Percey-le-Grand, Champlitte et Clairegoutte

Mise à jour • Pour la commune de Cornot et de Clairegoutte, l'ARS Bourgogne Franche-Comté a relevé des contaminations bactériennes et pour Etobon, une teneur "excessive en arsenic", apprend-on ces 22 et 23 octobre 2020. Les femmes enceintes et nourrissons ont également interdiction de consommer l'eau des communes de Percey-le-Grand et Champlitte.

Mois sans tabac 2020 en Bourgogne Franche-Comté : pas de stand de sensibilisation, mais une campagne virtuelle

Cette année, le contexte de l'épidémie de Covid-19 ne permet pas à l'association Tab'agir d'installer des stands de sensibilisation au tabac dans le cadre de Mois dans tabac. En revanche, l'opération pourra se dérouler sur internet durant le mois de novembre 2020 en Bourgogne Franche-Comté.

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.

Coronavirus : couvre-feu dans 54 départements en France

la liste des 54 départements • Jean Castex a averti jeudi 22 octobre 2020 que "le mois de novembre" sera "éprouvant" et que "le nombre de morts" allait "continuer d'augmenter" en raison de la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus. Le chef du gouvernement a annoncé que les mesures de couvre-feu allaient être étendues à 38 départements. En Bourgogne-Franche-Comté cela concerne les départements de la Côte d'Or, du Jura et de la Saône-et-Loire.

Covid-19: Castex au front, nouveaux couvre-feux en perspective

"L'heure est grave", au point que Jean Castex remonte ce jeudi 22 octobre 2020 en première ligne pour annoncer le basculement de plusieurs départements en "alerte maximale" contre le Covid-19, avec de nouveaux couvre-feux à la clef. 54 départements seront à leur tour contraints de respecter un couvre-feu à partir de vendredi minuit. Dans la région, la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire et le Jura sont concernés...    

Covid-19 : quelles sont les communes les plus touchées en Franche-Comté ?

Une carte du taux d'incidence sur une semaine et par commune (nombre de cas pour 100 000 habitants sur sept jours) vient d'être dévoilée par Santé Publique France. Selon les derniers chiffres disponibles au 18 octobre 2020, la bande frontalière avec la Suisse - de Pontarlier à Maiche en passant par Morteau - les secteurs de Valdahon ou encore de Saint-Claude sont particulièrement touchés avec un taux d'incidence supérieur à 250. Besançon oscille entre 150 et 250 cas pour 100.000 habitants. Regardez les cartes.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.67
pluie modérée
le 26/10 à 3h00
Vent
2.19 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
98 %

Sondage