Problèmes d'érection : plus d'un Franc-Comtois sur trois en a eu récemment

Publié le 22/05/2019 - 06:00
Mis à jour le 26/05/2019 - 15:07

L’Ifop a sorti mercredi 22 mai 2019 une étude sur les troubles érectiles, en constante augmentation chez les Français. En Bourgogne Franche-Comté, 37% des hommes en ont eu durant les 12 derniers mois…

 ©
©

Selon l’enquête Ifop, les hommes ont de plus en plus de problèmes d’érection : ils étaient 44% en 2005 a en avoir déjà été « victime », contre 61% en 2019.

En Bourgogne Franche-Comté, 23% en ont « régulièrement » ; c’est la 4eplus haute moyenne en France, derrière l’Île de France et la Côte d’Azur (26%) et les Hauts de France (24%), mais bien devant la Bretagne (16%) ou l’Occitanie (17%).

Et durant les douze derniers mois, ils sont 37% en BFC, contre 45% en Île-de-France ou 30% en Bretagne.

Conséquences sur le couple

Mais les conséquences sont différentes selon les régions. Ces mêmes Francs-Comtois disent plutôt en souffrir : 38% d’entre eux estiment que cela a eu des conséquences sur leur couple, ce qui est dans la moyenne française ; en comparaison, en PACA, ils sont 63%. Et en Pays-de-la-Loire, moins de 20%...

Par contre, cela les fait complexer ! Les Francs-Comtois sont ceux qui complexent le plus sur la taille de leur sexe (32%), devant les habitants de l’Île-de-France (31%) et très loin devant l'Auvergne Rhône-Alpes (21%).

Difficile d’en parler, on invente des excuses

Face à ces soucis, il est toujours autant difficile pour les hommes d’aborder le sujet avec leur partenaire. Plutôt que d’en parler, ils préfèrent inventer de fausses excuses (fatigue, soucis, excès de nourriture/d’alcool, proximité avec d’autres gens, migraine).  1 homme sur 3 reconnaît en avoir déjà donné pour éviter un rapport sexuel.

En Bourgogne Franche-Comté, 30% des hommes de la région l'avouent, ce qui est dans la moyenne française ; ils sont 42% en Île-de-France, et 23% en Nouvelle-Aquitaine.

Pourquoi cette augmentation des problèmes érectiles ?

Selon l’IFOP, la cause de cette hausse de problèmes d’érection chez les hommes serait :

  • le stress (55% des personnes souffrant de problèmes érectiles disent être victime de stress régulier)
  • la dépendance aux écrans (45%)
  • la consommation de vidéos X (50%)

Comment y remédier ?

Pour remédier à ces problèmes, presque la moitié des hommes ont recours à des solutions « non viables » : regarder des vidéos pornographiques, repenser à des souvenirs intenses, prendre du viagra, boire de l’alcool, de la drogue ou des produits aphrodisiaques.

Et en Franche-Comté, peu d’hommes disent envisager un traitement contre ces problèmes : ils ne sont « que » 48%, moyenne la plus basse nationale, contre 65% en PACA ou 52% en Bretagne par exemple.

(Enquête IFOP pour Charles.co)

1 Commentaire

A 57 ans je n'ai pas ce souci pour l'instant mais sa fait des années que je n'ai plus aucuns rapports
Publié le 22 mai 2019 à 06h43 par Pascal Carry • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Santé

Opération “portes closes” : de nombreuses pharmacies fermées et une manifestation le 30 mai à Besançon

Un préavis de grève a été déposé par la Fédération syndicale des pharmacies de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) jeudi 30 mai 2024, invitant les officines à participer une opération "portes closes". À Besançon, une manifestation est prévue place de la Révolution.

Une nouvelle communauté professionnelle territoriale de santé pour le Nord-Franche-Comté

Les professionnels du territoire, la direction territoriale de l’agence régionale de santé (ARS), la caisse primaire d’Assurance maladie du Doubs et la Mutualité sociale agricole de Franche-Comté ont signé officiellement ce mardi 28 mai 2024 le projet de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) Avenir Santé. Le Nord-Franche-Comté est "désormais intégralement couvert par ces nouveaux modèles d’organisation des soins" précise l’ARS dans son communiqué.

“Le Tube à Essais” : qu’y a-t-il derrière ce nouveau projet du Hacking Health Besançon ?

En septembre 2024, Hacking Health Besançon lancera sa société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), baptisée "Le Tube à Essais". C’est dans le bâtiment Bioinnovation de Temis Santé que ce projet prendra vie, déjà soutenu par de nombreux partenaires, du domaine public comme la Région Bourgogne – Franche-Comté ou du privé.

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.68
légère pluie
le 30/05 à 12h00
Vent
4.31 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
85 %