PSA : "1,2 milliard de profits réalisés en début 2016 n'étaient pas assez pour les actionnaires et la famille Peugeot"

Publié le 25/10/2016 - 09:25
Mis à jour le 25/10/2016 - 20:16

Une semaine après l’annonce de la menace de suppression de 2 000 emploi dans l’entreprise PSA, le Parti de gauche du Doubs affirme dans un communiqué de ce mardi 25 octobre 2016 qu’elle « n’est pas en difficulté » et que « 1,2 milliard de profits réalisés en début 2016 n’étaient pas assez pour les actionnaires et la famille Peugeot ».

 ©
©

"Depuis 2013, 17000 postes ont été supprimés dans toute la France chez PSA Peugeot-Citröen. Face à ses difficultés, il y a 2 ans, l’entreprise chinoise DONGFENG et l’État français avaient recapitalisé le groupe automobile. À cette occasion, M.Montebourg fit prendre à l’État 14,1 %des actions de l’entreprise. M. Macron, ensuite, fit bénéficier PSA de 120 millions d’euros de CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) cautionnant embauches au rabais et économies de personnel. Début 2016, PSA pouvait se vanter de 1,2 milliard de profits. Ce n’était pas assez pour les actionnaires et la famille Peugeot.

Aujourd'hui, PSA Peugeot-Citröen, dit vouloir, pour 2017, « réajuster ses effectifs » de 2133 emplois entraînant 1025 « départs volontaires », 983 mises en pré-retraites et 125 « congés longue durée ». Bref ni plus ni moins pour ses salariés les plus âgés qu’un plan social à peine déguisé.

Alarmés par l’affaire Alstom, les salariés ne décolèrent pas et, déjà, PSA sort l’effet d’annonce qui n’engage à rien : la vague promesse d’embaucher 2000 jeunes prochainement.

Ces "recrutements" se feront exclusivement en contrats d’apprentissage ou de professionnalisation et en stages. En somme, uniquement en contrats précaires, peu ou pas qualifiés, mal payés, mais fortement défiscalisés. La famille Peugeot et DONGFENG disent ainsi merci à l’État actionnaire dont nous sommes les gentils contribuables.

Par ailleurs, la rumeur de l'arrêt définitif d'une des deux chaînes de fabrication à Sochaux dans la région ajoute à l’inquiétude générale. Car, ici, on connaît bien ce dont la direction de PSA est capable en matière de méfaits. Adepte de la « stratégie du choc » elle cherche à augmenter à court terme le profit de ses actionnaires. Pour cela elle n’hésite pas à user et abuser des licenciements, de l’emploi low-cost et mal qualifié, de la répression syndicale et surtout du chantage permanent à la délocalisation et à la désindustrialisation du pays qui l’a fait naître : Sochaux-Montbéliard. 

Enfin, ne nous y trompons pas, la firme n’est pas en difficulté et la famille Peugeot, bien à l’abri du besoin en Suisse, a bien profité depuis l’annonce de ce plan de l’augmentation du cours de ses actions. 

Face à ce comportement rapace et face à l’impéritie de l’État, le Parti de Gauche du Doubs, partenaire de la « France Insoumise » et du programme « l’Avenir en Commun » présenté par Jean-Luc Mélenchon rappelle avec force sa volonté de : 

  • Remettre à plat les aides et les exonérations d’impôts ou de cotisation accordées aux entreprises (41 milliards du pacte de responsabilité et du CICE) afin de financer la transition énergétique, d’investir dans des activités socialement utiles et pour réindustrialiser le pays.
  • Rétablir un plan et un pôle public de la filière énergie et transports et permettre à l’État la réquisition des entreprises d’intérêt général. 
  • Mettre en place, conformément à l’article 410-1 du Code pénal, une commission d’enquête parlementaire sur le pillage économique des «intérêts fondamentaux de la Nation» et sur l’abandon du potentiel industriel que constituent Peugeot, mais aussi Alstom pour notre pays et notre région.
  • Interdire les dividendes aux entreprises qui ont recours à des licenciements économiques et boursiers même déguisés.
  • Limiter à 5 % le nombre de contrats précaires dans les grandes entreprises privées et faire du CDI la norme du contrat de travail."

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Chez Tata Céline, la boutique où le temps semble s’être arrêté…

PUBLI-INFO • La table en formica de Mamie, les verres de la cantine, le mange-disque d’anciennes soirées endiablées… Tata Céline s’emploie à chiner essentiellement en Franche-Comté des objets du quotidien des années 50,60 et 70 à retrouver dans sa boutique, rue de la Madeleine à Besançon.

Le Groupe Chopard installe la marque BYD à Besançon

PUBLI-INFO • Le paysage automobile bisontin accueille depuis le 13 mai un nouvel acteur. Le Groupe Chopard distribue une nouvelle marque électrique en intégrant le constructeur chinois BYD, 1er constructeur mondial de véhicules 0 émission. Vous retrouvez au sein de ce nouveau showroom une gamme prête à se faire une place sur le segment des premiums avec de solides arguments : savoir-faire électrique, prestations innovantes et équipements haut de gamme.

Le stade Léo Lagrange bientôt équipé de 800 m2 de panneaux photovoltaïques

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 25.85
ciel dégagé
le 25/06 à 12h00
Vent
3.47 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
60 %