PSA : "1,2 milliard de profits réalisés en début 2016 n'étaient pas assez pour les actionnaires et la famille Peugeot"

Publié le 25/10/2016 - 09:25
Mis à jour le 25/10/2016 - 20:16

Une semaine après l'annonce de la menace de suppression de 2 000 emploi dans l'entreprise PSA, le Parti de gauche du Doubs affirme dans un communiqué de ce mardi 25 octobre 2016 qu'elle "n'est pas en difficulté" et que "1,2 milliard de profits réalisés en début 2016 n'étaient pas assez pour les actionnaires et la famille Peugeot".

 ©
©

"Depuis 2013, 17000 postes ont été supprimés dans toute la France chez PSA Peugeot-Citröen. Face à ses difficultés, il y a 2 ans, l’entreprise chinoise DONGFENG et l’État français avaient recapitalisé le groupe automobile. À cette occasion, M.Montebourg fit prendre à l’État 14,1 %des actions de l’entreprise. M. Macron, ensuite, fit bénéficier PSA de 120 millions d’euros de CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) cautionnant embauches au rabais et économies de personnel. Début 2016, PSA pouvait se vanter de 1,2 milliard de profits. Ce n’était pas assez pour les actionnaires et la famille Peugeot.

Aujourd'hui, PSA Peugeot-Citröen, dit vouloir, pour 2017, « réajuster ses effectifs » de 2133 emplois entraînant 1025 « départs volontaires », 983 mises en pré-retraites et 125 « congés longue durée ». Bref ni plus ni moins pour ses salariés les plus âgés qu’un plan social à peine déguisé.

Alarmés par l’affaire Alstom, les salariés ne décolèrent pas et, déjà, PSA sort l’effet d’annonce qui n’engage à rien : la vague promesse d’embaucher 2000 jeunes prochainement.

Ces "recrutements" se feront exclusivement en contrats d’apprentissage ou de professionnalisation et en stages. En somme, uniquement en contrats précaires, peu ou pas qualifiés, mal payés, mais fortement défiscalisés. La famille Peugeot et DONGFENG disent ainsi merci à l’État actionnaire dont nous sommes les gentils contribuables.

Par ailleurs, la rumeur de l'arrêt définitif d'une des deux chaînes de fabrication à Sochaux dans la région ajoute à l’inquiétude générale. Car, ici, on connaît bien ce dont la direction de PSA est capable en matière de méfaits. Adepte de la « stratégie du choc » elle cherche à augmenter à court terme le profit de ses actionnaires. Pour cela elle n’hésite pas à user et abuser des licenciements, de l’emploi low-cost et mal qualifié, de la répression syndicale et surtout du chantage permanent à la délocalisation et à la désindustrialisation du pays qui l’a fait naître : Sochaux-Montbéliard. 

Enfin, ne nous y trompons pas, la firme n’est pas en difficulté et la famille Peugeot, bien à l’abri du besoin en Suisse, a bien profité depuis l’annonce de ce plan de l’augmentation du cours de ses actions. 

Face à ce comportement rapace et face à l’impéritie de l’État, le Parti de Gauche du Doubs, partenaire de la « France Insoumise » et du programme « l’Avenir en Commun » présenté par Jean-Luc Mélenchon rappelle avec force sa volonté de : 

  • Remettre à plat les aides et les exonérations d’impôts ou de cotisation accordées aux entreprises (41 milliards du pacte de responsabilité et du CICE) afin de financer la transition énergétique, d’investir dans des activités socialement utiles et pour réindustrialiser le pays.
  • Rétablir un plan et un pôle public de la filière énergie et transports et permettre à l’État la réquisition des entreprises d’intérêt général. 
  • Mettre en place, conformément à l’article 410-1 du Code pénal, une commission d’enquête parlementaire sur le pillage économique des «intérêts fondamentaux de la Nation» et sur l’abandon du potentiel industriel que constituent Peugeot, mais aussi Alstom pour notre pays et notre région.
  • Interdire les dividendes aux entreprises qui ont recours à des licenciements économiques et boursiers même déguisés.
  • Limiter à 5 % le nombre de contrats précaires dans les grandes entreprises privées et faire du CDI la norme du contrat de travail."

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Besançon : deux boutiques proposent les menus des restaurateurs

En partenariat avec plusieurs organismes, le grossiste Métro a souhaité donner un coup de pouce aux restaurateurs du coin en ouvrant deux boutiques éphémères regroupant les menus des chefs du Grand Besançon. Fort de son succès, l'opération est renouvelée ce vendredi 26 et samedi 27 février 2021 pour la boutique au 58 rue des Granges Besançon (anciennement le K2).et samedi pour la seconde enseigne au sein des Galeries des Passages Pasteurs...

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

Grand Besançon Métropole : pas de hausse de la fiscalité en vue pour 2021

À l'instar de la Ville de Besançon, le Grand Besançon Métropole oriente son budget de telle sorte qu'aucune augmentation d'impôts n'est prévue en 2021 malgré l'impact de la crise sanitaire. Les orientations budgétaires seront discutées ce jeudi 25 février lors du conseil communautaire du GBM. Le vote définitif se tiendra le 8 avril prochain.

Intérim à Besançon… un an après le début de la crise sanitaire

En ce moment, quels sont les secteur d'activité les plus porteurs d'emplois à Besançon ? • Un an après le début de crise de la Covid-19, nous avons rencontré David Sauvan, co-gérant de l'agence intérim Temporis à Besançon pour connaître les secteurs d'activité les plus impactés par la crise, mais aussi les secteurs les plus porteurs d'emplois. Rencontre.

Ebéniste malvoyant, Sami Dubosc veut rendre sa manufacture plus "éco-responsable" à Besançon

Sami Dubosc, à la tête de la Manufacture Dubosc & Fils à Deluz, est ébéniste et atteint d'une rétinite pigmentaire ce qui le rend malvoyant. Malgré ce handicap, l'entrepreneur pratique son métier-passion avec du matériel et un espace adapté. Il a besoin d'un petit coup pour agrandir son entreprise et la rendre plus éco-responsable, nous explique-t-il le 22 février 2021.

Crédit Agricole Franche-Comté : participez à l’assemblée générale de votre caisse locale chez vous et en direct !

PUBLI-INFO • Chaque année, le Crédit Agricole invite ses sociétaires à participer à l'assemblée générale de leur caisse locale. Cette année, du 3 au 19 mars 2021, ce rendez-vous se déroulera dans un nouveau format en ligne pour respecter les mesures sanitaires. Pour autant, les participants pourront poser leurs questions et faire entendre leur voix en votant en ligne. Découvrez le calendrier des assemblées générales locales du Crédit Agricole Franche-Comté.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.1
ciel dégagé
le 25/02 à 18h00
Vent
1.72 m/s
Pression
1029 hPa
Humidité
51 %

Sondage