PSA ne gèle pas les salaires...il les modère

Publié le 31/07/2013 - 17:56
Mis à jour le 15/04/2019 - 09:28

Le président du directoire de PSA Peugeot Citroën, a déclaré mercredi qu’il allait proposer dans le nouveau contrat social actuellement en négociation une modération des salaires et une adaptation de la durée de travail hebdomadaire. Objectif pour Philippe Varin : « soutenir « le redressement du groupe« .

 ©
©

A l’occasion de la conférence d'analystes sur  résultats semestriels du groupe automobile, Philippe Varin a rappelé que la direction avait entamé avec les syndicats "une nouvelle étape en vue d’accroître la compétitivité future du groupe grâce à ce qu’on appelle un nouveau contrat social (…) les solutions identifiées devraient permettre de maintenir une base industrielle forte en France", a-t-il assuré en expliquant sa volonté d'"optimiser le dispositif industriel et de sécurisation de l’emploi, de renforcer la mobilité, le travail à temps partiel".

Plus de flexibilité

"Nous allons étendre les accords de flexibilité pour soutenir le redressement du groupe", a-t-il dit. Un accord de compétitivité a déjà été signé à l’usine Sevelnord d’Hordain (Nord) en juillet 2012 par trois syndicats (CFE-CGC, FO et SPI-GSEA). Ce nouveau contrat "sera basé sur une modération des salaires, une simplification et une adaptation de la durée de travail hebdomadaire" et "l’entrée en vigueur en 2013 du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi", a-t-il précisé. Philippe Varin compte sur "environ 81 millions d’euros d’économies en année pleine avec une amélioration des coûts salariaux et environ 50 millions d’euros d’économies attendus en 2013".

La négociation sur le nouveau contrat social s’est ouverte le 29 mai et doit se poursuivre à l’automne. Il vise, selon la direction, à «un partage de la stratégie» avec les organisations syndicales afin de mieux anticiper les mesures nécessaires à son redressement tout en sécurisant l’emploi. Jusqu’à maintenant, les discussions ont porté sur des sujets assez consensuels, comme le traitement de fin de carrière des seniors.

Le 19 juillet, au moment de l’interruption des discussions pour l’été, les syndicats avaient exprimé leur «inquiétude» pour la suite en septembre où seront abordés les sujets sensibles comme la flexibilité ou les salaires.

Perte nette de 426 millions au premier semestre 2013

Selon les résultats semestriels du groupe, annoncés mercredi, la perte nette a atteint 426 millions, contre 818 millions un an auparavant. La perte opérationnelle du groupe a été légèrement creusée à 65 millions, contre 51 millions. Celle de sa division automobile, sa principale activité, a en revanche été réduite à 510 millions d’euros grâce à la vente de plus de véhicules à forte valeur ajoutée, à une amélioration des coûts de production et à une réduction des coûts de recherche et développement.

Plan de redressement

PSA a lancé en juillet 2012 un vaste plan pour redresser la barre, avec la suppression de plus de 11 200 emplois dans l’Hexagone entre mai 2012 et mai 2014 et la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois (Saint-Saint-Denis). Le groupe a indiqué mercredi que fin juin 2 460 intentions de départ volontaire avaient été recueillies.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.83
couvert
le 01/03 à 12h00
Vent
4.32 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
80 %