Que contient le projet d’aménagement de la RN57, qui s’apprête à être voté ?

Publié le 02/09/2022 - 10:50
Mis à jour le 02/09/2022 - 13:06

Lundi 5 septembre, le projet d’aménagement de la RN57 (entre Besançon et Beure), qui divise les habitants et les institutions depuis plusieurs années, sera soumis au vote du conseil communautaire de Grand Besançon Métropole. Le point principal de ce projet : la mise en place à 2x2 voies du tronçon.

Cela fait désormais plusieurs années que les Bisontins entendent parler de ce projet d’aménagement de la RN57. Le tronçon, d’une longueur de 3,5 kilomètres entre Besançon et Beure, divise les habitants et les institutions depuis la première concertation publique, en 2017. En cause, de nombreux bouchons, qui devraient être régulés par la mise à 2x2 voies de la section.

Toutefois, cette solution ne fait pas l’unanimité, puisque l’impact environnemental et les nuisances sonores sont désormais pointés du doigt. Une enquête publique, dont les sollicitations étaient présentes sous forme de panneau jusque sur la RN57 elle-même (du 28 février au 31 mars derniers) a reçu 487 contributions, directement traitées par la commission d’enquête.

Le projet d’aménagement de la RN57, présenté jeudi 1er septembre à la presse par Yves Guyen, vice-président de Grand Besançon Métropole, délégué à la voirie, aux infrastructures et réseaux opérationnels, sera soumis au vote du conseil communautaire lundi 5 septembre 2022.

Le conseil communautaire approuve le projet

Le 28 juin 2021, le conseil communautaire de Grand Besançon Métropole a approuvé le projet proposé par l’État d’aménagement de la RN57, entre "les boulevards" et Beure, plusieurs points d’amélioration devant encore être négociés :

  • Recherche d’une réponse améliorée pour limiter la fracture urbaine provoquée par le passage de la RN57 entre le quartier de Planoise et le reste de la ville. L’avis favorable de Grand Besançon Métropole à la mise à 2x2 voies du tronçon entre Beure et Micropolis est conditionné au respect des engagements pris par la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) concernant les nuisances sonores pour les habitants du quartier de Planoise. Il est demandé que des mesures soient prises après travaux afin que les limites définies par le projet soient conformes aux engagements et que, dans le cas contraire, le nécessaire soit fait pour que ces engagements soient tenus ;
  • Mise en place du plan de financement avec une participation de Grand Besançon Métropole de 25% maximum ;
  • Recherche d’une solution pérenne de report des trafics de transit des poids lourds sur l’autoroute à négocier avec l’État ;
  • Nécessité que le projet comprenne un volet paysager en rapport avec les sites traversés, prenant en compte la notion d’entrée de ville et un dimensionnement plus adapté de l’infrastructure ;
  • Recherche d’une consommation d’espace à optimiser, s’agissant des terres héritées d’une activité maraîchère ;
  • Réflexion pour limiter les risques d’accélération des flux et d’étalement urbain au-delà du territoire de Grand Besançon Métropole, en lien avec l’élaboration du Schéma de cohérence territoriale (SCoT) et du Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) ;
  • Précisions sur les termes de réalisation des travaux, le calendrier et l’ensemble des aménagements à mettre en place par le maître d’ouvrage pour limiter les nuisances directes (sur le site et à proximité) et indirectes (notamment sur les itinéraires de déviation, substitution et shunts spontanés) pendant cette période.

Avis favorable pour la commission d’enquête

La commission d’enquête a émis un avis favorable, assorti d’une réserve et de recommandations à la Déclaration d’utilité publique concernant ce projet.

Réserve de la commission :

  • Concernant la proposition de création de l’aire de contrôle des poids lourds au lieu-dit Champ Melin, dont la pertinence n’est "pas suffisamment démontrée".

Recommandations de la commission :

  • Une meilleure prise en compte des incidences environnementales et des aménagements paysagers du projet ;
  • Réduire dans toute la mesure du possible les nuisances sonores subies par les riverains ;
  • Le projet de création d’une halte ferroviaire à l’ouest de la métropole (à proximité du pôle santé), la modernisation de la ligne des horlogers ainsi que la mise en place d’une offre ferroviaire adaptée aux besoins métropolitains doivent pouvoir aboutir rapidement, dans la mesure où "ils semblent tous particulièrement attendus par nombre d’usagers" ;
  • S’agissant de l’échangeur de Champ Melin, la commission relève que le choix retenu "n’offre pas des fonctionnalités équivalentes à celle de l’échangeur "à lunettes" proposé au préalable" ;
  • La commission constate que "les itinéraires de substitution sont parfois complexes et empruntent des voies où pourraient se produire, notamment aux heures de pointe, des ralentissements, congestions, nuisances, problèmes de sécurité, …" Elle recommande que ces éventualités fassent l’objet d’une attention particulière de la part du porteur de projet ;
  • La commission recommande que la possible extension de l’activité d’Emmaüs soit prise en compte dans les études et procédures ultérieures, de telle sorte que "le maintien et le développement de ces activités puissent être assurées dans les meilleures conditions" ;
  • La question du quartier de Planoise doit être évaluée "avec la plus grande circonspection, notamment en ce qui concerne l’intégration paysagère de la RN57 dans ce secteur" ;
  • Un solution doit être trouvée pour sécuriser les accès des riverains de la rue de Dole, à hauteur de l’échanger de Saint-Ferjeux.

La commission d’enquête a également émis un avis favorable à la mise en compatibilité du Plan local d’urbanisme (PLU) de la commune de Besançon.

Et après ?

Le conseil communautaire du 5 septembre sera amené à se prononcer sur le rapport et les conclusions de la commission d’enquête et sur les réponses apportées par le maître d’ouvrage, ainsi que sur le dossier de mise en compatibilité modifié du Plan local d’urbanisme de Besançon.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Pour la Fête nationale, un Mirage 2000-5 survolera la ville de Belfort

À l’approche du défilé militaire du 14 juillet prochain à Belfort, Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort et président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, nous informe du passage d’un Mirage 2000-5 de l’escadron 1/2 cigogne de la Base Aérienne de Luxeuil-les-Bains.

Réserves de sang faibles : l’EFS Bourgogne Franche-Comté appelle à un sursaut de mobilisation !

Alors que les vacances estivales ont démarré, l’Établissement français du sang (EFS) invite les personnes qui peuvent donner leur sang à prendre rendez-vous. L’organisation s’inquiète de la fréquentation sur les collectes futures qui vont être impactées par une actualité notamment sportive très chargée en raison des JO et Tour de France… Un "sursaut de mobilisation" est donc nécessaire d’après l’EFS.

À Besançon, des policiers honorés pour leur engagement envers la nation

Dans le cadre des journées de la police nationale, une cérémonie de commémoration a eu lieu ce mercredi 10 juillet 2024 sur la place du 8 septembre à Besançon. À cette occasion, le préfet du Doubs Rémi Bastille, et Yves Cellier, le directeur interdépartemental de la police du Doubs ont effectué une remise de décorations aux fonctionnaires méritants.  

Domicile-travail : le choix de la proximité pour les actifs en Bourgogne Franche-Comté

Selon une dernière étude de l’Insee en Bourgogne Franche-Comté publiée le 9 juillet 2024, les actifs de la région travaillent habituellement au sein de leur intercommunalité de résidence ou à proximité. Toutefois, ils seraient également nombreux à se déplacer dans des intercommunalités plus distantes…

Fête nationale : le programme et les nouveautés à Besançon

Cette année, au-delà des traditionnels défilé, pique-nique et feux d'artifice, un village des armées sera installé sur le parking de Chamars (au niveau du retournement des bus). L'occasion de montrer que Besançon est aussi "une grande ville de garnison". Une initiative du général Pierre-Yves Rondeau, commandant la 1re division, commandant d'armes de la garnison de Besançon, commandant la base de défense de Besançon et délégué militaire départemental du Doubs.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.26
légère pluie
le 13/07 à 09h00
Vent
2.17 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
80 %