Les enjeux des sénatoriales en Franche-Comté

Publié le 28/09/2014 - 09:52
Mis à jour le 28/09/2014 - 11:25

Sous peine d’une amende de 100  euros, 2.944 grands électeurs doivent aller voter dans le Doubs, le Territoire de Belfort et la Haute-Saône (le Jura n’est pas concerné)  ce dimanche 28 septembre pour les élections sénatoriales partielles.  Le Sénat, qui était passé à gauche en 2011, pourrait changer de majorité, posant également plusieurs questions politiques et institutionnelles.

 ©
©

Trois sièges sont à pourvoir dans le Doubs où le PS risque de perdre un de ses deux sièges. Jean-François Humbert ne se représente pas en raison de problèmes de santé. À droite, la liste officielle de l'UMP menée par Jacques Grosperrin sera face à une liste divers droite de Jean-François Longeot. Les deux hommes espèrent rentrer au Sénat. À moins d'un tsunami bleu dans le département, la liste socialiste du sénateur sortant  Martial Bourquin devrait emporter un siège.

En Haute-Saône, la gauche risque de perdre ses deux sièges, dont celui du vice-président de la commission des lois Jean-Pierre Michel (PS).  Les deux UMP Michel Raison et Alain Joyandet sont dans les starting-blocks…

Dans le Territoire de Belfort: le siège de l'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement, qui ne se représente pas, devrait passer à l'UMP représenté par le candidat Cédric Perrin.

Et en Bourgogne ?                

En Côté d'Or,  le PS avait fait sensation il y a six ans en gagnant deux des trois sièges du département. Seul le président du conseil régional François Patriat est assuré de garder le sien. Isabelle Lajoux, qui est au Sénat depuis l'entrée du maire de Dijon de François Rebsamen au gouvernement, est menacée. 

En Saône-et-Loire, l'UMP pourrait perdre un de ses trois sièges, en raison de la proportionnelle.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.13
pluie modérée
le 17/06 à 6h00
Vent
2.32 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
93 %