Alerte Témoin

Les enjeux des sénatoriales en Franche-Comté

Publié le 28/09/2014 - 09:52
Mis à jour le 28/09/2014 - 11:25

Sous peine d'une amende de 100  euros, 2.944 grands électeurs doivent aller voter dans le Doubs, le Territoire de Belfort et la Haute-Saône (le Jura n'est pas concerné)  ce dimanche 28 septembre pour les élections sénatoriales partielles.  Le Sénat, qui était passé à gauche en 2011, pourrait changer de majorité, posant également plusieurs questions politiques et institutionnelles.

1222022410_senatoriales_2008_002.jpg
Les grands électeurs du Doubs votent au tribunal de Besançon (ici en 2008) ©carvy

Trois sièges sont à pourvoir dans le Doubs où le PS risque de perdre un de ses deux sièges. Jean-François Humbert ne se représente pas en raison de problèmes de santé. À droite, la liste officielle de l'UMP menée par Jacques Grosperrin sera face à une liste divers droite de Jean-François Longeot. Les deux hommes espèrent rentrer au Sénat. À moins d'un tsunami bleu dans le département, la liste socialiste du sénateur sortant  Martial Bourquin devrait emporter un siège.

En Haute-Saône, la gauche risque de perdre ses deux sièges, dont celui du vice-président de la commission des lois Jean-Pierre Michel (PS).  Les deux UMP Michel Raison et Alain Joyandet sont dans les starting-blocks…

Dans le Territoire de Belfort: le siège de l'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement, qui ne se représente pas, devrait passer à l'UMP représenté par le candidat Cédric Perrin.

Et en Bourgogne ?                

En Côté d'Or,  le PS avait fait sensation il y a six ans en gagnant deux des trois sièges du département. Seul le président du conseil régional François Patriat est assuré de garder le sien. Isabelle Lajoux, qui est au Sénat depuis l'entrée du maire de Dijon de François Rebsamen au gouvernement, est menacée. 

En Saône-et-Loire, l'UMP pourrait perdre un de ses trois sièges, en raison de la proportionnelle.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Agressions au couteau : « Nous refusons que Besançon devienne une ville coupe-gorge

Suite à trois agressions au couteau dans la nuit de samedi à dimanche au centre-ville de Besançon, les élus Les Républicains au conseil municipale de Besançon ont publié un communiqué dans lequel ils appellent la maire Anne Vignot et son équipe à "sortir de sa léthargie, soutenir plus activement notre police municipale et, surtout, enfin garantir la sécurité à Besançon."

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez en visite dans le Jura le 22 septembre

A l’occasion de la réunion décentralisée du Bureau Confédéral de la CGT en Bourgogne Franche-Comté, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT et Catherine Perret, membre du Bureau confédéral, viendront à la rencontre de salarié-es des entreprises jurassiennes Jacob Delafon et SKF mardi 22 septembre 2020.

Vivez en direct le conseil municipal de Besançon du 14 septembre 2020

Le conseil municipal de Besançon de rentrée se tient ce lundi 14 septembre.  Il s'agira pour les 55 conseillers municipaux de Besançon de faire un point sur cette rentrée sous le signe de la Covid et de désigner les  représentants du conseil municipal qui siégeront dans les différentes structures partenaires (syndicats, SEM, associations, etc.)

Publiée par Jean Castex sur Vendredi 11 septembre 2020

Coronavirus : les annonces de Jean Castex à l’issue du conseil de défense

Dernier avertissement • À l'issue du Conseil de défense, le Premier ministre dévoile les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus  afin de "donner de la visibilité sur les prochaines semaines" comme le souhaite le président de la République  Emmanuel Macron au moment où les indicateurs de l'épidémie sont en hausse.

OP Véolia – Suez : le sénateur Longeot s’oppose à la fusion

Le sénateur du Doubs attire l'attention du Ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance sur l'annonce d'une offre publique d'achat (OPA) de Veolia sur la totalité du capital de Suez. Jean-François Longeot met l’accent sur "la principale crainte qui reste bien le haut risque de casse sociale avec un plan social massif qui menacerait les 30 000 salariés du groupe en France".

General Electric : 89 emplois vont être supprimés à Belfort, le maire interpelle le président de la République

Mise à jour le 10 septembre • Le groupe General Electric va annoncer ce mercredi 9 septembre la suppression de plusieurs centaines d'emplois en France. À Belfort, la filière hydro (turbines et alternateurs pour les barrages hydroélectriques) verra 89 emplois supprimés. Le maire de la ville se dit "consterné" par des décisions "inadmissibles".

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     16.91
    couvert
    le 20/09 à 21h00
    Vent
    0.32 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    91 %

    Sondage