Les enjeux des sénatoriales en Franche-Comté

Publié le 28/09/2014 - 09:52
Mis à jour le 28/09/2014 - 11:25

Sous peine d'une amende de 100  euros, 2.944 grands électeurs doivent aller voter dans le Doubs, le Territoire de Belfort et la Haute-Saône (le Jura n'est pas concerné)  ce dimanche 28 septembre pour les élections sénatoriales partielles.  Le Sénat, qui était passé à gauche en 2011, pourrait changer de majorité, posant également plusieurs questions politiques et institutionnelles.

1222022410_senatoriales_2008_002.jpg
Les grands électeurs du Doubs votent au tribunal de Besançon (ici en 2008) ©carvy
PUBLICITÉ

Trois sièges sont à pourvoir dans le Doubs où le PS risque de perdre un de ses deux sièges. Jean-François Humbert ne se représente pas en raison de problèmes de santé. À droite, la liste officielle de l’UMP menée par Jacques Grosperrin sera face à une liste divers droite de Jean-François Longeot. Les deux hommes espèrent rentrer au Sénat. À moins d’un tsunami bleu dans le département, la liste socialiste du sénateur sortant  Martial Bourquin devrait emporter un siège.

En Haute-Saône, la gauche risque de perdre ses deux sièges, dont celui du vice-président de la commission des lois Jean-Pierre Michel (PS).  Les deux UMP Michel Raison et Alain Joyandet sont dans les starting-blocks…

Dans le Territoire de Belfort: le siège de l’ancien ministre Jean-Pierre Chevènement, qui ne se représente pas, devrait passer à l’UMP représenté par le candidat Cédric Perrin.

Et en Bourgogne ?                

En Côté d’Or,  le PS avait fait sensation il y a six ans en gagnant deux des trois sièges du département. Seul le président du conseil régional François Patriat est assuré de garder le sien. Isabelle Lajoux, qui est au Sénat depuis l’entrée du maire de Dijon de François Rebsamen au gouvernement, est menacée. 

En Saône-et-Loire, l’UMP pourrait perdre un de ses trois sièges, en raison de la proportionnelle.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.95
légère pluie
le 18/10 à 21h00
Vent
1.31 m/s
Pression
1012.9 hPa
Humidité
93 %

Sondage