Quoi de neuf au Frac Franche-Comté à Besançon ?

Publié le 18/03/2019 - 07:00
Mis à jour le 21/12/2021 - 10:31

Publi-info • Focus sur les actions, outils et dispositifs de médiation qu’offre le Frac Franche-Comté à Besançon à disposition de tous les publics avec Elène Laurent, responsable du service des publics…

Pouvez-vous nous expliquer brièvement ce qu’est le Frac ?

Elène Laurent : "Le Frac, c’est le Fonds régional d’art contemporain, c’est une structure qui a été créée en 1982. L’objectif était qu’il y ait des lieux d’art contemporain dans chaque région en France. Le Frac a pour mission première de constituer une collection d’art d’aujourd’hui. Ensuite, nous utilisons cette collection pour monter des expositions et des projets dans toute la région : dans des écoles, des mairies, des bibliothèques… pour que les gens qui sont les plus éloignés géographiquement, socialement, puissent accéder à l’art contemporain."

Il y aussi beaucoup de choses qui se passent à la Cité des arts. Comment envisagez-vous l’accueil des publics au Frac, dans vos murs ?

Elène Laurent : "Depuis 2013, ce bâtiment a ouvert ses portes au public, et nous permet de sensibiliser de nombreuses personnes de Besançon, mais aussi de toute la région, à l’art contemporain, par le biais d’expositions, d’événements, de restitutions. L’accueil des publics, nous l’envisageons de manière ouverte et sur-mesure. Pour que chacun soit libre d’être accueilli comme il en a envie. Nous réalisons des livrets écrits sur les expositions, des livrets adaptés, des ateliers, qui permettent à chacun de découvrir les expositions à son rythme et comme il le souhaite. Et surtout, nous avons une équipe de médiateurs, toujours présents en salle, pour vous accompagner si vous le souhaitez. Leur accueil est chaleureux, vous pouvez engager la conversation avec eux."

Qu’est ce que le public peut s’attendre à trouver au Frac ?

Elène Laurent : "Plein de choses, et souvent très diversifiées ! C’est pour cela que nous vous invitons à venir plusieurs fois dans l’année, car nous avons trois temps d’exposition dans l’année et d’une exposition à l’autre, ça change beaucoup. Les œuvres sont très différentes à chaque fois. C’est l’occasion de découvrir de nouvelles choses."

Que diriez-vous aux personnes qui ne sont jamais venues au Frac ?

Elène Laurent : "Soyez curieux, surtout ! Souvent les gens sont un peu impressionnés par l’art contemporain. Il y a souvent des appréhensions, alors que c’est l’art d’aujourd’hui, par définition quelque chose en cours de recherche, en cours de création, donc c’est à partager ! Même si vous n’avez jamais vu d’exposition d’art contemporain, il faut se faire confiance, faire confiance à son propre regard. Et si vous avez des questions, l’équipe de médiateurs du Frac est là pour ça."

Vous avez le label Tourisme et Handicap depuis 2014. Quelle attention particulière portez-vous aux publics en situation de handicap ?

Elène Laurent : "Nous leur portons en effet une attention toute particulière, avec ce nouveau bâtiment qui est accessible à tous. C’est aussi quelque chose que nous souhaitons améliorer et développer en permanence, de façon à ne jamais rester sur nos acquis, pour répondre au mieux aux attentes des publics. Nous créons des outils adaptés, pour améliorer l’accueil des personnes en situation de handicap, avec des cannes sièges, des boucles magnétiques, un fauteuil roulant à disposition, un livret « facile à lire et à comprendre » avec des illustrations et un contenu adapté, des livrets pour les personnes malvoyantes, en gros caractères, des livrets avec des descriptions audios de ce qu’on entend dans les vidéos, pour les personnes malentendantes. Nous faisons également une visite en langue des signes à chaque exposition et nous réalisons des fiches braille…

Nous créons aussi des maquettes qui sont des reproductions des œuvres, en petit format et en relief, pour en saisir les matériaux, les motifs, en touchant et en manipulant. Car on ne peut pas toucher la plupart des œuvres ! Nous essayons de trouver des moyens de donner à percevoir les œuvres d’art visuel. Nous recevons, dans le cadre de partenariats, des groupes venant d’IME, d’associations, qui viennent régulièrement.

Notre accueil est adapté et vraiment sur-mesure. D’ailleurs, nos visites sont des visites « accompagnées ». Ce ne sont pas des monologues, mais des discussions avec les publics, avec ce qu’ils perçoivent de l’exposition, en partant de leur propre ressenti. Chaque visite est donc différente ! Chaque visiteur apporte ses perceptions. Au-delà de la première impression, nous parlons de ce que l’artiste a voulu faire, et des œuvres qui sont mises en regard les unes avec les autres. Nous n’imposons pas un discours sur l’œuvre mais proposons une approche ouverte. Devant un même objet, nous ne voyons pas tous la même chose."

L’implantation du Frac permet-elle d’attirer un public plus spontané ?

Elène Laurent : "Nous espérons que le Frac soit une étape dans la circulation des gens, qu’ils sachent qu’ils peuvent entrer à l’improviste au Frac. L’entrée est gratuite tous les dimanches par exemple ! Les personnes qui se promènent au bord du Doubs peuvent choisir d’y entrer, que ce soit pour quelques minutes ou pour cinq heures. Nous souhaitons que le Frac soit un lieu de vie, et fasse partie de la vie culturelle de Besançon… on vous attend !"

Infos +

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Détonation 2022 : un bilan positif, mais une édition en 2023 qui n’est pas garantie

Le festival Détonation s’est achevé dimanche 25 septembre après trois jours de concerts, de temps forts et de fête sur le site de la Friche artistique. Pas moins de 15.000 personnes étaient au rendez-vous de l’évènement et des concerts "Before". Pour Simon Nicolas, chargé de communication de la Rodia et du festival, "c’est bien, mais on ne garantit pas une édition en 2023". Explications.

Festival Détonation 2022 : Jour J !

Comme quelques heures avant chaque édition du Festival Détonation organisé par La Rodia, nous rencontrons Manou Comby, directeur de La Rodia et Simon Nicolas, chargé de communication, pour faire le point avant le début des premiers concerts. Et cette édition est particulière pour Manou Comby puisque dans quelques jours, il prendra retraite…

Concerts, spectacles, festival d’humour… Une nouvelle saison culturelle qui commence fort pour NG Productions

Le début de la nouvelle saison culturelle de NG Productions a démarré le 18 septembre dernier sur les chapeaux de roue avec un concert de Ninho à Dijon complet. La société de productions de spectacles bisontine, fondée par Hamid Asseila, a encore plus d’un tour dans son sac grâce à une programmation riche en humour et en musique. À noter également le nouveau festival Drôlement bien en janvier 2023 à Besançon…

Bigger & the Damned Dozen, une création musicale exceptionnelle au Festival Détonation à Besançon

Vendredi 23 septembre à 20h30 sur la Grande scène du festival Détonation à Besançon, le public va pouvoir découvrir une création très spéciale composée du groupe bisontin Bigger, accompagné de musiciennes et musiciens du Conservatoire de Besançon, le tout chapeauté par Larry Mullins, artiste irlandais connu pour avoir été le batteur des Stooges et membre des Bad Seed avec Nick Cave (pardon du peu...). Interview avec Kevin Twomey et Ben Muller, chanteur et claviériste de Bigger.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.66
ciel dégagé
le 05/10 à 15h00
Vent
5 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
60 %

Sondage