Radicalisation : 106 policiers suspectés

Publié le 06/02/2020 - 09:01
Mis à jour le 06/02/2020 - 09:29

Les services de police étudient actuellement les dossiers de ces agents pour "être sûr". "Cela ne veut pas dire qu'ils sont radicalisés", a souligné Christophe Castaner en annonçant ce chiffre.

twitter castaner ©
twitter castaner ©

Les services de police étudient "106 cas" de policiers suspectés de radicalisation, a annoncé mardi 4 février 2020 le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. "Depuis le 3 octobre (date du quadruple meurtre au sein de la préfecture de police par un informaticien travaillant à la direction du renseignement, ndlr), on a 106 cas actifs où nous étudions le dossier". " Il y a un contrôle particulier, des examens qui sont faits, pour être sûr ", a expliqué le ministre sur BFMTV. "Cela ne veut pas dire qu'ils sont radicalisés", a-t-il ajouté, soulignant que l'on parlait de "106 cas sur 150.000 policiers".

"On a des signalements, on les étudie avec une grille d'évaluation précise et ce sont des femmes et des hommes spécialisés dans la lutte contre la radicalisation qui se prononcent et qui nous disent les recommandations qu'il faut faire", a précisé le locataire de la place Beauvau. "Le risque existe surtout maintenant qu'on a un risque terroriste endogène qui part de femmes et hommes non soupçonnés, non identifiés", a-t-il prévenu.

"Mais attention : ce n'est pas parce qu'on est musulman qu'on est radicalisé, ce n'est pas parce qu'on est juif qu'on est radicalisé, ce n'est pas parce qu'on serait athée et fan d'un club de football qu'on serait radicalisé. Il faut remettre les choses à leur place", a ajouté le ministre.

Seize personnes ont été "écartées" des services de renseignement français depuis 2014 "pour leur potentielle radicalisation ou celle de leur entourage", avaient indiqué les services du Premier ministre le 21 janvier 2020.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Castex annonce de nouvelles mesures contre les violences faites aux femmes : les actions déclinées dans le Doubs

Le Premier ministre, Jean Castex, a arrêté jeudi 25 novembre de nouvelles mesures "afin de renforcer la protection des victimes et la lutte contre les violences" à l'occasion de la Journée pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, notamment l'ouverture de nouvelles places d'hébergement. Dans le Doubs, Jean-François Colombet, préfet du Doubs, a réuni en préfecture le groupe de travail départemental sur les violences faites aux femmes du conseil départemental de prévention de la délinquance, d’aide aux victimes, de lutte contre les drogues, les dérivés sectaires et les violences faites aux femmes.

E-santé en Bourgogne Franche-Comté : La Région veut accélérer ses investissements pour la télémédecine

Ce mercredi 24 novembre, une visite des installations de télémédecine du CHU de Dijon, dédiées à la prise en charge et au suivi des patients victimes d’AVC (accident vasculaire cérébral), a été organisée par la Région Bourgogne Franche-Comté, en partenariat avec l’Agence régionale de santé. Ce projet a été financé dans le cadre du Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR).

500 euros de plus par mois pour les sages-femmes hospitalières : « Le protocole d’accord ne nous satisfait pas » (ONSFF en Bourgogne-Franche-Comté)

Une hausse nette de 500 euros en 18 mois. Après les revalorisations du Ségur de la Santé, à l’été 2020, les sages-femmes vont bénéficier de nouvelles améliorations de leurs conditions salariales. En effet, le gouvernement a annoncé lundi 22 novembre la signature d’un protocole d’accord avec une majorité de syndicats hospitaliers sur les sages-femmes.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.14
légère pluie
le 02/12 à 6h00
Vent
3.68 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
99 %

Sondage