Radicalisation de masse : un "mouvement particulièrement inquiétant" pour Manuel Valls

Publié le 03/07/2015 - 14:04
Mis à jour le 16/04/2019 - 10:06

En marge de sa visite à Besançon où il a participé aux 6es rencontres de la jeunesse à la Rodia en présence de plusieurs autres ministres, Manuel Valls est revenu sur le rapport du député Malek Bouthi  de Malek Boutih qui parle d'une jeunesse "frustrée et prête à basculer". Le Premier ministre a indiqué que 1.800 individus étaient concernés en France par les filières irako-syriennes. 

 ©
©

Le Premier ministre a reçu le rapport du député de l'Essonne et le rencontrera dans les prochains jours. "Il aura l'occasion de me fournir une analyse approfondie. Il porte un constat extrêmement lucide sur une partie de notre jeunesse qui s'est radicalisée pouvant amener certains à basculer vers le terrorisme vers le jihad vers les filières en Syrie et en Irak…" a indiqué le Premier ministre à l'issue d'une réunion où il était question des problématiques rencontrées par les jeunes dans la société.

"C'est un mouvement particulièrement inquiétant" se souci Manuel Valls. "Malk Boutih pointe également ce phénomène qui est celui d'un certain nombre de convertis – pas tous-  qui peuvent aussi basculer dans cette radicalité. Il font prendre conscience de cela comme nous le faisons pour faire vivre nos valeurs (…) la réponse est elle aussi longue en profondeur et qui doit concerner chacun d'entre nous."  

Selon Manuel Valls, 1.800 individus sont concernés par les filières irako-syriennes dont de nombreux jeunes qui se sont radicalisé pour une partie dans les prisons et pour la plupart "pas dans les mosquées" mais d'abord sur internet. 

Rappelons que le Franc-Comtois Yassin Salhi soupçonné d'avoir perpétré l'attentat du 26 juin 2015 en Isère est né à Pontarlier et qu'il s'est radicalisé notamment à Besançon. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Régionales : la France Insoumise demande à Marie-Guite Dufay de lever ses « ambiguïtés » face à Macron

Séverine Véziès et Arnaud Guvenatam, chefs de file de la France insoumise en Bourgogne Franche-Comté pour les prochaines élections régionales demande à l'actuelle présidente de Région, si elle se représentait, d'exclure tout accord avec LREM tout en appelant "l’ensemble des forces de gauche et de l’écologie à un choix choix politique cohérent en rupture avec les politiques macronistes".

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

RN 57 Micropolis – Beure : les élus PS et Républicains de Besançon avancent les mêmes arguments… « écolos » !

Pour ! • C'est le débat politique du moment. Pour ou contre la réalisation de la 2 x 2 voies entre Micropolis et Beure ? Si pour les écologistes du Grand Besançon ou le parti Génération.s, des alternatives doivent être abordées, les élus socialistes au sein de la majorité de la maire EELV de Besançon, n'hésitent pas à soutenir le projet d'aménagement tout comme les élus LR de l'opposition.

Marie-Guite Dufay interpelle Emmanuel Macron sur les enjeux agricoles et industriels de Bourgogne Franche-Comté.

Après la visite d'Emmanuel Macron d'une ferme à Étaules au nord de Dijon ce mardi 23 février 2021, la présidente de région Marie Guite Dufay (PS) exhorte le président de la République à "agir enfin" sur les enjeux de la Bourgogne Franche-Comté notamment sur les dossiers de Général Electric et Jacob Delafon.

RN 57 : Jacques Grosperrin demande à Anne Vignot d’avoir « le courage de ne pas abandonner le projet »

Micropolis - Beure • Alors que EELV et Génération.s s'opposent au doublement des voies sur le trait d'union entre le boulevard et Beure, le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin (LR) s'empare  à son tour du débat et exhorte la maire EEELV de Besançon à ne pas remette en cause le projet routier.

Macron à la rencontre d'agriculteurs mardi en l'absence de leur salon

Circuits courts • Le président de la République se rendra ce mardi 23 février 2021 dans une exploitation à Étaules, un village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Dijon. Il sera accompagné par Julien Denormandie. Il s'entretiendra  avec des acteurs de la filière agricole pour démontrer "son intérêt" à ce secteur en l'absence du salon de l'agriculture, annulé cette année à cause de la crise du Covid-19, a annoncé lundi l'Elysée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.75
ciel dégagé
le 27/02 à 21h00
Vent
5.65 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
58 %

Sondage