Alerte Témoin

"Radio Sud orpheline" : son fondateur Hamid Hakkar est décédé

Publié le 01/06/2017 - 16:28
Mis à jour le 01/06/2017 - 16:28

Le fondateur de Radio Sud Besançon, Hamid Hakkar, est décédé fin mai 2017 dans sa ville d'adoption. Un dernier hommage lui sera rendu vendredi 2 juin à la Mosquée Souna de Saint Claude. 

capture_decran_2017-06-01_a_16.23.53.png
Hamid Hakkar, le fondateur de Radio Sud Besançon, est décédé fin mai 2017 ©DR

Arrivé en France en 1964 de son Aurès natal en Algérie, Hamid Hakkar a rejoint avec sa famille les habitants des Founottes dite la cité de l'Escale à Besançon. Très tôt, il prend conscience des conditions de vie des siens dans cette cité transit à l'écart de la vie citadine. Après quelques années de travail en usine, il devient syndicaliste sans concession chez Model. En parallèle, il s'investit avec un petit groupe du quartier (Amor le cinéaste, Lazhar le médecin, Kamel l'éducateur, Dom, Brigitte, Simone, Hassen, Rachid, Moha, etc.) et crée une association l'Association sportive et culturelle de l'Escale (ASCE) en 1981. La culture et le sport envahissent le quartier avec des concerts (Hubert Felix Thiéfaine, Djamel Hallam…), des projections de films grâce à un ciné-club (les doigts dans la tête, Sacco et Vanzetti), des matchs de football avec la fameuse équipe de foot de l'Escale, une commission féminine (soutien scolaire, alphabétisation, voyages…) et une commission environnement (plantation d'arbres dans la cité, nettoyages du quartier par les habitants…). 

"Chaque idée, chaque innovation pour permettre le brassage culturel et les échanges ne lui échappait"

Le 11 janvier 1983, avec le prêt d'un émetteur de Radio25 (actuellement Radio Bip), Hamid Hakkar, depuis le salon de son appartement, créé la première émission de Radio Sud "radio différentes et complémentaire" et ça marche. C'est un succès, des personnalités de toutes cultures approuvent ce projet et contribue à le faire exister. Les démarches sont entreprises et le 2 février 1984, un avis favorable d'émettre est accord par le CSA. Radio Sud ouvre ses ondes sur le monde en émettant via des associations portugaises, antillaises, algériennes, espagnoles, sénégalaises et chiliennes. Il va, par ce biais, se consacrer exclusivement à créer des événements marquants la vie locale bisontine comme l'accueil de la Marche des beures, "les semaines contre le racisme", semaine "Français, immigrés vivre ensemble", les concerts de Cheb Khaled, Carte de Séjour, Cheb Bilal, les Franco-Med… Chaque idée, chaque innovation pour permettre le brassage culturel et les échanges (écoles, lycées, stagiaires au CLA…) ne lui échappait. De nombreuses personnalités culturelles, associatives et politiques se sont exprimées sur les ondes de Radio Sud. Son but : améliorer toujours et toujours le "Vivre ensemble". De par son parcours, il a impulsé autour de lui beaucoup de vocations, notamment chez ses frères et sœurs et ses jeunes bénévoles à Radio Sud. 

Aujourd'hui, Radio Sud orpheline, poursuivra son œuvre grâce à l'implication fidèle des bénévoles. 

Un dernier hommage lui sera rendu vendredi 2 juin  à 13 h 30 à la Mosquée Souna de Saint Claude à Besançon, suivi de l'inhumation au cimetière St Claude.

Texte : Radio Sud Besançon

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.

Il est aujourd’hui possible de régler ses impôts et autres factures administratives chez le buraliste, mais à quelques conditions

Mise à jour le 1er août • La direction générale des Finances publiques a noué un partenariat avec le réseau des buralistes afin de proposer une offre de paiement de proximité pour régler vos impôts, amendes (ce qui était déjà possible auparavant) ou factures de service public (avis de cantine, de crèche, d’hôpital…). Ce service est mis en place dès ce mardi 28 juillet.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     18.75
    légère pluie
    le 03/08 à 15h00
    Vent
    3.87 m/s
    Pression
    1013 hPa
    Humidité
    79 %

    Sondage