Rassemblement féministe à Besançon : "les violences sexuelles et sexistes, il faut en parler et les punir"

Publié le 12/01/2024 - 12:02
Mis à jour le 12/01/2024 - 12:02

À l'appel national du collectif Grève féministe et en réaction à l'affaire Gérard Depardieu, une centaine de personnes ont répondu présent jeudi 11 janvier 2024 place Pasteur à Besançon afin de se mobiliser contre les violences sexistes et sexuelles. 

Ils étaient une centaine venus braver le froid ce jeudi pour manifester leur ras-le-bol à l’encontre de ce "vieux monde" où les violences sexistes et sexuelles sont encore banalisées. 

Pour Amélie Lapprand, co-secrétaire départementale du FSU-SNUipp 25, il s’agissait d’un rassemblement en réaction aux personnes "qui finalement nient la réalité que peut vivre une victime de violences sexistes et sexuelles". 

Épinglé pour sa prise de position en faveur de Gérard Depardieu, Emmanuel Macron est notamment dans le viseur des associations. La récente déclaration du chef d’État qui "au lieu de se taire" déplore Amélie Lapprand, a déclaré dans l’émission "C à vous" le 20 décembre être un "grand admirateur de l’acteur" alors visé par des plaintes pour viols et agressions sexuelles. 

Ces violences, il faut en parler et les punir

Plus que le soutien à l’acteur, c’est la non-considération du chef d’État pour les victimes qui insurge les manifestants. À cela s’ajoute la publication de "cette tribune de la cinquantaine d’artistes soutenant leur collègue acteurs" qui vient encore un peu plus enfoncer le clou pour Amélie Lapprand même si depuis, "une bonne grosse poignée" d’entre eux s'est déjà rétractée publiquement. 

Un rassemblement d’autant plus que la parole des femmes victimes de ce type d’abus se libère. Or, pour la représentante du FSU SNUipp, "les femmes parlent sauf qu’on ne les écoute pas". Le mouvement #metoo a permis une "écoute qui commence à s’installer mais on ne veut pas revenir en arrière". Les associations demandent ainsi davantage de répression et souhaitent continuer d’avancer "avec une autre manière d’appréhender ces violences : il faut en parler et les punir". 

© Élodie R.

Laura Miot et Valentine Aubry ont justement fait des violences sexistes et sexuelles leur sujet d’étude. Étudiantes en psychologie, les deux jeunes femmes ont pour mission de récolter 30 témoignages de victimes de violences conjugales mais elles sont aussi venu prendre part au rassemblement à titre personnel. "On est des femmes" lâche Laura, malgré leur jeune âge, les violences sexuelles et sexistes font donc déjà partie de leur quotidien : "on a toujours entendu des histoires de personnes dans la rue qui se faisaient importuner" nous explique Laura. 

En donnant la parole aux victimes, elles espèrent ainsi "agir à notre petite échelle" en dénonçant un sujet de société "toujours présent malgré le fait que l’on en parle beaucoup, on a l’impression que ça ne change pas et que c’est agaçant". 

Pour les deux jeunes filles, le fait que l’État cautionne les comportements de ce "vieux monde" est d’autant plus inquiétant : "l’État est normalement là pour montrer le bon comportement que le citoyen doit avoir et là, il fait tout le contraire". Une attitude "représentative de la société" selon Valentine où "on prend le parti de l’agresseur, la victime est remise en cause" malgré le courage nécessaire pour "oser prendre la parole". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Législatives 2024 : comment voter par procuration ?

Le 9 juin 2024, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale, appelant ainsi les Français à retourner aux urnes les 30 juin et 7 prochains. En vue de ces élections législatives, et en ce début de saison estivale, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration dématérialisée, mis en place pour la première fois pour les élections Européennes 2024. Précisions.

Eric Ciotti exclu des LR, Annie Genevard reprend la co-gouvernance

La secrétaire générale Les Républicains et députée du Doubs a tenu une courte conférence de presse aux côtés Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes ce mercredi 12 juin 2024 après avoir convoqué un bureau politique exceptionnel suite à l’annonce d’ Eric Ciotti d’un accord avec le Rassemblement national en vue des élections législatives.

Législatives : les élus LR et de l’Union de la droite, du centre du Département du Doubs refusent ”clairement” le ralliement avec le RN

Dans un communiqué du mardi 11 juin 2024, le groupe majoritaire Les Républicains et apparentés du groupe Union de la droite, du centre et de la Société civile du conseil départemental du Doubs, dont la présidente Christine Bouquin, demandent une réunion du bureau de LR pour refuser ”clairement” la proposition d’Eric Ciotti.

Législatives : PS, PCF, EELV et LFI veulent “des candidatures uniques” dans “chaque circonscription” au premier tour

Le Parti socialiste, le Parti communiste, les Ecologistes et La France insoumise ont indiqué vouloir "soutenir des candidatures uniques dès le premier tour" des élections législatives, dans un communiqué également signé par Place publique, ou Générations. Pour rappel les élections législatives se dérouleront le 30 juin et 7 juillet 2024.

Les Républicains s’allie au RN : à Besançon, des élu(e)s démissionneront si Eric Ciotti reste en place

Nouveau tremblement de terre mardi 11 juin 2024 : le président du parti de droite Les Républicains a annoncé son ralliement au Rassemblement national dans la course aux élections législatives dont le premier tour est prévu le 30 juin. À Besançon, Ludovic Fagaut, chef du groupe LR Besançon maintenant au conseil municipal et premier vice-président du Département du Doubs, dit ne pas "cautionner les orientations d'Eric Ciotti".

Législatives : “Nous avons besoin d’une alliance” avec le RN, affirme le patron de LR Eric Ciotti

Le patron de LR Eric Ciotti a provoqué mardi 11 juin 2024 un coup de théâtre en annonçant que la droite avait "besoin d’une alliance" pour les législatives du 30 juin avec le Rassemblement national, un accord inédit avec l’extrême droite rejeté immédiatement par de nombreux dirigeants de son parti.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.61
nuageux
le 13/06 à 21h00
Vent
1.94 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
54 %