Marie-Guite Dufay croit en une gauche "rassemblée "et incarnée"

Publié le 29/06/2021 - 10:33
Mis à jour le 29/06/2021 - 10:33

Portrait • Approchée il y a moins d’un  pour entrer au gouvernement Macron II de Jean Castex, la socialiste Marie-Guite Dufay a préféré de se consacrer à la Bourgogne-Franche-Comté. Après avoir préféré Macron à Hamon lors de la présidentielle de 2017, elle choisit aujourd’hui un ancrage à gauche après avoir refusé la main tendue par LREM.

 © Hélène Loget
© Hélène Loget

Malgré la quadrangulaire, la présidente socialiste sortante Marie-Guite Dufay, alliée aux écologistes et communistes, a nettement amélioré nettement son score du premier tour (26,52%) avec 42,20 % des voix dimanche 27 juin 2021, au-delà des 35 % de 2015.

Le LR Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône, à la tête d’une liste liste allant de l’UDI à Debout la France termine finalement en seconde positions  à 24,1 %  devant l’ex-favori des sondages, le RN Julien Odoul (23,97 %) lâché par certains élus de son groupe et qui a subi la controverse liée à une blague sur le suicide des agriculteurs.

Le maire de Nevers Denis Thuriot, ancien socialiste et aujourd’hui dans le camp LREM de la majorité présidentielle avait décidé de se maintenir et de ne pas se désister au profit d’un front républicain. Il ne parvient pas à égaler son résultat du premier tour (11,69 %), et termine à 9,7 %.

Marie-Guite Dufay, réélue présidente socialiste de Bourgogne-Franche-Comté, avait voté Emmanuel Macron dès le premier tour de la présidentielle de 2017 avant de refuser, pour ces régionales, toute alliance avec la liste LREM, préférant un "rassemblement à gauche".

"Oui, la gauche à un avenir…" quand elle se rassemble et quand elle est incarnée a déclaré la présidente réélue le soir du second tour des élections.

Née à Paris le 21 mai 1949, l’Auvergnate suit son mari avocat en 1971 en Franche-Comté. Elle devient fonctionnaire de la préfecture du Doubs avant de rejoindre le service associatif des droits des femmes puis de diriger un pôle régional de l’Agence nationale pour l’emploi.

Elle fait ses premiers pas en politique en 1989 en tant que conseillère municipale non encartée de Besançon, puis adhère au PS en 1993 et devient adjointe, en 2001, à la mairie socialiste.

Aux régionales de 2004, elle est sur la liste socialiste de Raymond Forni et, à sa victoire, devient première vice-présidente de ce qui n’était encore que la région de Franche-Comté.

À la mort de Raymond Forni, le 5 janvier 2008, plusieurs candidats sont pressentis, mais Marie-Guite Dufay apparaît comme le plus petit dénominateur commun et beaucoup espèrent qu’elle ne sera là que pour deux ans. Ce n’est pas le cas : elle est élue aux régionales de 2010.

Elle est reconduite en 2015, cette fois à la tête de la région fusionnée de Bourgogne-Franche-Comté, mais plus difficilement. Au premier tour, elle n’est en effet que troisième, derrière la droite et le FN, qui arrive en tête. Malgré tout, Mme Dufay refuse de se retirer, suscitant de nombreuses critiques. Finalement, elle l’emporte au second tour, mais de seulement deux points devant l’extrême droite.

Au premier tour de la présidentielle de 2017, elle préfère Emmanuel Macron plutôt que Benoît Hamon. La présidente de la Région expliquera cependant plus tard qu’elle reste « une femme de gauche » et que, si elle reconnaît à Emmanuel Macron d’avoir mis des moyens « exceptionnels et intelligents » dans la formation professionnelle, l’un des domaines de compétence du conseil régional, elle martèle que ses convictions sociales, économiques et écologiques restent « à gauche ».

Elle refuse ainsi d’être ministre dans le gouvernement Castex et, au premier tour des régionales de 2021, où elle est cette fois en tête devant le RN, elle refuse la main tendue par la liste LREM, préférant une alliance avec les communistes et EELV.

"C’est la gauche qui a été à la manœuvre en 2015. Depuis, elle a mis en place des politiques de gauche dans la région et elle a respecté tous ses engagements, au moment où les Français ne croient plus à la politique, c’est important", estime la septuagénaire énergique, mère de trois enfants, qui a vu son bilan et sa notoriété se renforcer au fil des mandats.

Marie-Guite Dufay était très proche de l’ancienne secrétaire d’État aux personnes âgées, la socialiste Paulette Guinchard, décédée à 71 ans par suicide assisté en Suisse, en mars.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Tarification des transports dans le Grand Besançon : « trop de catégories sociales ont été oubliées » (N. Bodin)

Soumis au vote lors de la dernière assemblée communautaire de Grand Besançon, la question de la nouvelle tarification des transports a fait débat… Accordée pour les demandeurs d’emploi inscrits à pôle emploi, la gratuité totale n’a pas été approuvée pour les collégiens. Nicolas Bodin, à la tête du groupe PS au conseil municipal de Besançon au sein de la majorité de la maire EELV d’Anne vignot, estime que certaines catégories sociales n’ont pas été prises en compte. Il revient sur le sujet dans nos colonnes…

Emmanuel Macron charge Elisabeth Borne de former un « gouvernement d’action »

Dans un entretien à l’AFP ce dimanche 26 juin, Emmanuel Macron assure avoir demandé à la Première ministre, Elisabeth Borne, de lui présenter en fin de semaine prochaine des "propositions" pour "un nouveau gouvernement d’action" qui sera nommé "dans les premiers jours du mois de juillet". Soit, a priori, avant le discours de politique générale de la cheffe du gouvernement devant le Parlement annoncé pour le 5 juillet et l’adoption, le lendemain, du "paquet pouvoir d’achat" en Conseil des ministres.

Emmanuel Macron enjoint les oppositions réticentes à s’inscrire dans la voie de « compromis »

Les oppositions ont fraîchement accueilli l'allocution d'Emmanuel Macron ce mercredi 22 juin 2022 qui, avant d'entamer ce jeudi un marathon international, les a enjointes à "clarifier" dans les 48 heures la manière de "bâtir des compromis" pour résoudre la crise politique née des élections législatives.

Un groupe Nupes à l’Assemblée ? le PS, EELV et le PCF refusent la proposition de J-L Mélenchon

Mise à jour • "La Nouvelle union populaire écologique et sociale devrait se constituer comme un seul groupe" à l'Assemblée nationale, a "proposé" ce lundi 20 juin 2022 Jean-Luc Mélenchon, inquiet que l'obtention de 89 députés par le RN remette en cause son "statut" de première opposition à Emmanuel Macron. La proposition a été déclinée par le PS, EELV et le PCF...

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.6
couvert
le 29/06 à 0h00
Vent
0.55 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
94 %

Sondage