Relance : la France présentera son plan à l'UE sans doute "courant octobre"

Publié le 03/09/2020 - 16:02
Mis à jour le 04/09/2020 - 08:32

La France présentera son plan de relance national à ses partenaires européens "sous doute courant octobre", a indiqué jeudi 3 septembre 2020 le secrétaire d'Etat Clément Beaune, en se disant "optimiste" quant à son approbation, qui permettra de débloquer progressivement 40 milliards de subventions.

Présent jeudi lors de la présentation par Jean Castex du plan de relance de 100 milliards d'euros, M. Beaune a précisé qu'il y aurait "une discussion collective à l'automne sur laquelle je suis confiant et optimiste parce qu'elle sera accompagnée de la présentation de nos réformes économiques et de nos priorités d'investissement". Celle-ci doit intervenir "dans les prochaines semaines, sans doute dans le courant du mois d'octobre".

L'Union européenne a voté en juillet la mobilisation de quelque 750 milliards d'euros, dont 390 milliards de subventions, afin de financer les plans de relance nationaux. Chacun de ces plans doit cependant être évalué par la Commission puis validé à la majorité qualifiée des 27 (55% des pays et 65% de la population).

"Ce n'est pas l'instituteur qui distribue des bons ou des mauvais points: chaque pays construit son plan de relance, on en discute pour coordonner nos priorités", a expliqué M. Beaune, soulignant qu'"aucun pays n'a un droit de véto".

40 milliards de l'Union européenne

Sur les 100 milliards d'euros du plan français, 40 milliards doivent provenir de l'Union européenne. "Il y aura le premier versement dès le début de l'année 2021, nous nous battons pour cela", a assuré M. Beaune.

Bercy avait indiqué de son côté que 10% du montant alloué à la France serait versé "à échéance juin 2021". "Nous avons aussi obtenu que dans les crédits européens, nous puissions financer des dépenses qui sont d'ores et déjà engagées dès maintenant et même celles qui ont été engagées au titre de l'urgence depuis le mois de mars", a souligné M. Beaune.

Dénonçant des "fake news" et "mensonges", le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes a également martelé qu'il n'y avait pas "de facture cachée, il n'y a pas d'impôt européen ou français au titre de la relance".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Chômage en Bourgogne-Franche-Comté : baisse du nombre de demandeurs d’emploi de 3,1 % sur un an

La Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Dreets) et la préfecture de la Région Bourgogne Franche-Comté ont publié les derniers chiffres du chômage au deuxième trimestre 2021. On constate une baisse du nombre de demandeurs d'emploi dans les catégories A, B et C de 2,3 % sur le trimestre et de 3,1% sur un an.

Installation de l’OVI à Dijon : « une victoire collective » pour Marie-Guite Dufay

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, se réjouit que Dijon soit retenue pour accueillir le siège de l’Organisation internationale de la vigne et du vin. Cette décision a été officialisée ce lundi 25 octobre 2021 en présence du secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne.

SIS recherche un agent de sécurité (H/F)

OFFRE D'EMPLOI • Entreprise spécialisée dans la production d’articles de maroquinerie, SIS apporte son savoir-faire et son expertise du travail du cuir à ses clients partenaires, présents sur les secteurs de la maroquinerie et de l’horlogerie. L’entreprise familiale a vu son effectif passé de 300 à 1 000 collaborateurs en 9 années, pour un CA de 60 millions d’euros.

Présidentielle 2022 : la Cour des comptes veut faire entendre sa voix avant la présidentielle

Inédites dans leur format - une quinzaine de pages - ces notes se veulent "synthétiques et pédagogiques", et s'inscrivent dans la stratégie de "modernisation" de la Cour, a défendu son premier président Pierre Moscovici, lors d'une présentation à la presse. La Cour veut ainsi se positionner "en amont des grands débats démocratiques", à six mois des élections présidentielle et législatives.

Rachat de Flowbird (ex-Parkeon) : la maire de Besançon à la rencontre des salariés bisontins

Pour la cinquième fois en moins de 20 ans, la société française Flowbird (ex-Parkeon) va être rachetée pour plusieurs millions d'euros. A Besançon, il s'agit du premier employeur privé. Les salariés, inquiets, ne savent pas encore les conditions de ce rachat. Ils se sont rassemblés une nouvelle fois devant l'entreprise ce jeudi matin. La maire Anne Vignot a rencontré les représentants syndicaux.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.53
peu nuageux
le 28/10 à 12h00
Vent
0.91 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
10 %

Sondage