Remplacer la place de la Révolution par la place Charles Quint : la proposition du MFC rejetée

Publié le 13/05/2024 - 14:01
Mis à jour le 13/05/2024 - 14:22

Fin 2023, la Ville de Besançon a mis en place des ”Ateliers citoyens” permettant aux Bisontin(e)s de faire des propositions sur tout sujet concernant la vie locale. Celles ayant obtenu le plus de suffrages, lors d'un vote en ligne du 15 mai au 5 juin, feront alors l'objet d'un vote en conseil municipal. Mais la proposition du Mouvement Franche-Comté est jugée irrecevable.

Profitant de cette occasion, le Mouvement Franche-Comté a alors immédiatement fait la proposition culturelle de remplacer la ”place de la Révolution” par la ”place Charles Quint” car trouvant ”complètement surréaliste qu'il n'y ait  pas aujourd'hui dans Besançon une seule rue, ni place, au nom de ce grand bienfaiteur de la ville”, précise Jean-Philippe Allenbach, président du MFC.

”Mieux faire connaître l'histoire de la ville"

Or, le Mouvement Franche-Comté vient d’être informé par la Ville que sa proposition était irrecevable car elle ne porterait pas sur ”des dépenses d’investissement”, rapporte le président du Mouvement. Mais pour lui, "ce n'est pas parce qu'une dépense est modeste (simples frais de fabrication et de pose d'une plaque) qu'elle ne constitue pas pour autant un investissement, en l'occurrence culturel car visant à mieux faire connaître l'histoire de la ville et à mettre en valeur tous ceux qui ont directement contribué à sa beauté actuelle et notamment celle de certains de ses bâtiments.” 

Une ”censure”

Pour Jean-Philippe Allenbach, il s’agit d’une "censure municipale” par rapport à la proposition du MFC, qui lui paraît d'autant plus étonnante que vouloir changer le nom des rues ”est précisément une des spécificités de ce "wokisme" dont Madame Vignot a publiquement dit apprécier l’idéologie”, écrit-il dans un communiqué, en faisant référence à une interview sur France 3 le 22 novembre 2023. Et d’ajouter : ”C'est d'ailleurs dans cet esprit wokiste qu'elle n'a pas hésité à donner des noms de rues de Besançon à Hannah Arendt, Assia Djebar et Wangari Muta Maathai, trois femmes, certes honorables, mais qui n'ont rien à voir avec Besançon et auxquelles notre ville ne doit rien... Tandis qu'elle doit tant à Charles Quint qui a tant fait pour elle !”, conclut-il.

1 Commentaire

En septembre 2016 un article sur le site Atlantico commençait comme ceci : Notre pays est malade de son Histoire. Malade de ne pas la connaître, de ne pas la transmettre, d’être sans cesse tenté de la réécrire pour l’instrumentaliser ; malade, surtout, d’y renoncer par lâcheté et refus de se confronter aux minorités. L’Éducation nationale, dans sa fuite en avant multiculturaliste, multiplie les réformes qui privent nos enfants des repères les plus élémentaires sur l’Histoire de France. Quant aux élites qui nous gouvernent, elles sont prêtes à sacrifier l’amour du drapeau, la Marseillaise et la laïcité sur l’autel du « vivre ensemble »… Extrait de "Désintégration française" de Dimitri Casali, aux éditions JC Lattès (1/2). Mais l'inverse est vrai, l'Histoire de France n'est faite que de mythes ! Vercingétorix d'une Gaule unie formant une seule nation selon les valeurs nationaliste d'un Napoléon III essayant d'assoir sa légitimité. le lieu même où se situe Alésia. Puis viendra Jeanne d'Arc, la poule au pot de ce bon Henri IV (ce qui dit en passant ne nous concerne en aucun lieu, nous Franc-Comtois puisque la Franche-Comté attendra encore 68 ans pour devenir française) le mythe de la France résistante du Général de Gaulle, j'en passe et des meilleurs.... Par contre entre les deux bouts de la lorgnette l'Histoire de nos régions et plus particulièrement de Franche-Comté est mise totalement sous le tapis. Alors grand merci à Monsieur Allenbach et son Mouvement Franche-Comté qui ne font que nous rafraichir la mémoire et nous ouvrir les yeux sur ce que fut le passé glorieux de notre région étouffé entre le jacobinisme exacerbé des "élites" Parisiennes et le wokisme ridicule des néo-bobos urbains de province !
Publié le 14 mai à 10h31 par Hugo de Raincourt • Membre

Un commentaire

  • irakundus12@gmail.com dit :

    En septembre 2016 un article sur le site Atlantico commençait comme ceci : Notre pays est malade de son Histoire. Malade de ne pas la connaître, de ne pas la transmettre, d’être sans cesse tenté de la réécrire pour l’instrumentaliser ; malade, surtout, d’y renoncer par lâcheté et refus de se confronter aux minorités. L’Éducation nationale, dans sa fuite en avant multiculturaliste, multiplie les réformes qui privent nos enfants des repères les plus élémentaires sur l’Histoire de France. Quant aux élites qui nous gouvernent, elles sont prêtes à sacrifier l’amour du drapeau, la Marseillaise et la laïcité sur l’autel du « vivre ensemble »… Extrait de “Désintégration française” de Dimitri Casali, aux éditions JC Lattès (1/2). Mais l’inverse est vrai, l’Histoire de France n’est faite que de mythes ! Vercingétorix d’une Gaule unie formant une seule nation selon les valeurs nationaliste d’un Napoléon III essayant d’assoir sa légitimité. le lieu même où se situe Alésia. Puis viendra Jeanne d’Arc, la poule au pot de ce bon Henri IV (ce qui dit en passant ne nous concerne en aucun lieu, nous Franc-Comtois puisque la Franche-Comté attendra encore 68 ans pour devenir française) le mythe de la France résistante du Général de Gaulle, j’en passe et des meilleurs…. Par contre entre les deux bouts de la lorgnette l’Histoire de nos régions et plus particulièrement de Franche-Comté est mise totalement sous le tapis. Alors grand merci à Monsieur Allenbach et son Mouvement Franche-Comté qui ne font que nous rafraichir la mémoire et nous ouvrir les yeux sur ce que fut le passé glorieux de notre région étouffé entre le jacobinisme exacerbé des “élites” Parisiennes et le wokisme ridicule des néo-bobos urbains de province !

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Législatives 2024 : trouvez les candidats dans votre circonscription en Franche-Comté

Voici la liste de toutes les candidates et de tous les candidats à la députation lors des élections législatives anticipées qui se tiendront les dimanche 30 juin et 7 juillet suite à la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République au vu de la victoire du Rassemblement national en France le 9 juin dernier.

27 écoles “ont fait, font ou feront l’objet de désamiantage” à Besançon

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.32
légère pluie
le 19/06 à 21h00
Vent
0.7 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
86 %