Réseau éducation sans frontière : "le Préfet est le premier responsable local, c'est une évidence"

Publié le 19/10/2013 - 14:10
Mis à jour le 19/10/2013 - 14:17

Dans un communiqué de ce samedi 19 octobre, le Réseau éducation sans frontière (RESF) s'exprime sur la responsabilité de l'Etat et de Stéphane Fratacci, Préfet du Doubs au sujet des conditions d'expulsion de Leonarda.

 ©
©

"Serviteurs, mais de quoi ?

Dans une émouvante quasi- unanimité, les sommités politiques locales des deux bords (Alauzet, Dufay, Jeannerot, Fousseret, Pelissard) ont pris la parole dans l'affaire Dibrani. Principalement pour voler au secours du préfet du Doubs, Stéphane Fratacci. 

Selon l'un, il n'était pas au courant. Pour tous, c'est un excellent serviteur de l'Etat. Il en est même une, Madame Dufay, pour trouver "malsain" de rappeler son "passé" de Secrétaire général d'Eric Besson au "Ministère de l'immigration et de l'identité nationale". Car cela en fait, nous dit-on, "l’un des meilleurs connaisseurs des règles concernant les étrangers en situation irrégulière sur le territoire". 

Osons tout de même rappeler que l'invention de ce ministère par Sarkozy déclencha en son temps, à Gauche, un torrent de condamnations sans appel et d'abondants rappels de Vichy, à juste titre. Et qu'il restera pour les historiens de la Vème République le marqueur le plus évident de la lepennisation des esprits dans notre pays jusqu'au sommet de l'Etat, sous un président dont la muse principale était un ancien de "Minute".

Pour nous, le rappel, n'est nullement malsain. Mais gênant et troublant, oui. C'est même un excellent révélateur d'une désastreuse continuité en matière de politique migratoire entre l'actuel et le précédent gouvernement. Et le fait que "l'affaire Léonarda" se soit déroulée dans le Doubs ne peut que renforcer notre conviction. 

Que Stéphane Fratacci ait été à la manoeuvre ou non dans cette affaire importe peu. Préfet, il est en est le premier responsable local, c'est une évidence. Mais local seulement. 

Pour nous, le "chapeau", dans cette affaire, doit être porté au plus au niveau. Celui qui a choisi de poursuivre la criminalisation des migrants, de stigmatiser, parmi eux, les Roms, de se défendre avec énergie de "toute baisse du nombre des expulsions" (Valls, le jour même de l'expulsion des Dibrani).

Si des fonctionnaires (PAF, police, gendarmerie, préfets ?) peuvent croire aujourd'hui en France qu'il est simplement envisageable d'aller capturer une gamine rom dont les parents sont sans papiers dans son bus de sortie scolaire, c'est qu'on les a conditionnés pendant des années à le faire, qu'ils doivent faire du chiffre. C'est ainsi qu'ils "servent l'Etat". Mais quel Etat ? C'est la question que doit poser l'affaire Léonarda.  

RESF, composé de nombreux fonctionnaires de l'Education Nationale, choisi pour sa part de servir le droit de tous les enfants à l'éducation.
Et appelle d'ores et déjà à un rassemblement lundi 21 octobre à 17 h place Pasteur à Besançon, quelque soit la décision prise ce week end."

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Quatre députés du Doubs signent une tribune en faveur d’une « fin de vie libre »

Les Jeunes avec Macron (JAM) de Bourgogne-Franche-Comté ont rédigé ce mois de janvier 2022 une tribune afin de ramener dans le débat national la question du choix de la fin de vie. Fannette Charvier, Eric Alauzet, Denis Sommer et Frédéric Barbier, députés du Doubs, ont co-signé cette dernière.

A Besançon, le portrait d’Emmanuel Macron goudronné pour ses bilans climatique et social

Pendant que Emmanuel Macron inaugurait la présidence française de l’Union européenne ce mercredi 19 janvier, des activistes d’Action non-violente COP21 ont souillé des portraits officiels du président pour dénoncer son bilan climatique et social. Ils pointent "le sabotage climatique" du quinquennat d'Emmanuel Macron et appellent à la mobilisation.

Fermeture du pont de la République aux voitures : une idée « absurde » pour les élus de Besançon maintenant

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé le 7 janvier dernier la fermeture du pont de la République à la circulation des voitures au printemps-été 2022. Une décision qualifiée d'"absurde" dans une lettre ouverte du 19 janvier écrite par Claude Varet, conseillère municipale de Besançon maintenant, qui appelle la maire à y renoncer en l'invitant à lancer "un grand chantier visant l’étude de toutes les mobilités."
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -1.06
partiellement nuageux
le 21/01 à 0h00
Vent
1.99 m/s
Pression
1032 hPa
Humidité
100 %

Sondage