Alerte Témoin

Risque "très élevé" d'allergie pour le nord Franche-Comté

Publié le 25/06/2017 - 15:03
Mis à jour le 17/04/2019 - 10:13

Avec les fortes chaleurs de ces derniers jours, le risque allergique est toujours en niveau 5 "très élevé" jusqu'au 29 juin 2017 sur le sud Franche-Comté. Le nord de la région est, lui, en niveau 4.

img_2572.jpg
© Hélène Loget
PUBLICITÉ

Atmo Franche-Comté, en charge de la surveillance de la qualité de l'air, constate une augmentation du risque allergique pour les graminées, les urticacées, châtaigniers et les plantains. 

Les précautions à prendre

Chez les personnes allergiques, les pollens peuvent provoquer des conjonctivites,  de l’asthme, le nez qui coule, des éternuements... Dans ces circonstances, il  leur est recommandé de suivre leurs traitements ou de consulter leur médecin.

Pour limiter les risques :

  • Aérez votre logement tôt le matin ou en soirée, fermez les fenêtres le reste de la journée, évitez les promenades dans les champs ou les herbes hautes par temps sec et ensoleillé, surtout en milieu ou fin de journée             
  • Portez des lunettes de soleil afin de protéger vos yeux des pollens              
  • En voiture, roulez vitres fermées, notamment en campagne, évitez de mettre à sécher le linge dehors ;
  • Ne tondez pas votre gazon vous-même 
  • Rincez  vos cheveux avant  de  vous coucher afin d’éviter le transfert des pollens accumulés en journée sur l’oreiller.

Qu'est-ce qu'Atmo Franche-Comté ?

ATMO Franche-Comté, en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), le réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) et le  Réseau des Allergologues de Franche-comTé (RAFT), surveille les pollens en FrancheComté. Cette surveillance permet :

  • Aux médecins francs-comtois de mieux diagnostiquer une allergie chez les patients venus les  consulter ;
  • Aux personnes allergiques de limiter les effets de l’allergie en prenant un  traitement préventif au début  du pic pollinique.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Coronavirus : l’hôpital Nord-Franche-Comté dénonce une fausse vidéo circulant sur les réseaux sociaux

Depuis ce jeudi 27 février 220 en fin d’après-midi, une vidéo circule sur les réseaux sociaux indiquant "de fausses informations relatives au coronavirus à l’HNFC", souligne la Direction qui dément officiellement les messages contenus dans la vidéo, à savoir la mise en quarantaine de l’Hôpital.

L’intersyndicale des retraités interpelle les candidats à l’élection municipale de Besançon

L'intersyndicale (Solidaires retraité.es, FSU, FO-retraités.e, CGT-retraité.es, FGR-FP, LSR ) a adressé une lettre aux candidats à l'élection municipale 2020 en date du 19 février 2020. Dans cette dernière, elle souhaite "attirer l'attention sur la situation particulière des retraités".

Tab’Agir : des formations en tabacologie pour les professionnels de santé en Franche-Comté

Tab’agir accompagne les Bourguignons dans leur démarche d’arrêt, depuis sa création en 2003. Depuis mai 2019, Tab’agir compte une nouvelle antenne à Besançon et a déjà formé 29 professionnels de santé du Jura et du sud de la Haute-Saône. Objectifs pour développer le réseau en Franche-Comté : former des professionnels de santé à l'accompagnement à l’aide à l’arrêt du tabac au sein des maisons de santé et des cabinets libéraux.

Cancers pédiatriques dans le Haut-Jura : un gaz naturel radioactif dans la ligne de mire de l’enquête

L’Agence Régionale de Santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté a été informée en juillet 2019 d’un nombre élevé de cancers touchant des enfants au sein de la population résidant sur des communes du Haut-Jura. Sur la base de ce signalement, elle a saisi Santé publique France pour engager une expertise épidémiologique et rechercher d’éventuels facteurs locaux explicatifs. Les recherches sur les expositions environnementales se tournent actuellement vers le radon, un gaz naturel radioactif cancérogène...

Plan national maladies rares : les CHU de Besançon et de Dijon réunis pour créer une plateforme d’expertise

À l’été 2019, le ministère des Solidarités et de la Santé lançait un appel à projet national pour la mise en place de plateformes d’expertise des maladies rares. Cette démarche s’inscrit dans la cadre du troisième plan national maladies rares. Fort de l’expertise de son Centre de génétique, dirigé par le Pr Laurence Faivre, le CHU Dijon Bourgogne a répondu à cette sollicitation en partenariat avec le CHU de Besançon, nous informe-t-on dans un communiqué du 20 février. En ce début d’année 2020, les deux établissements ont appris qu’ils étaient sélectionnés aux côtés d’une dizaine d’autres hôpitaux sur ce projet.

Leucémie : les équipes bisontines de l’institut RIGHT sollicitées pour faire avancer la recherche

"Transformer le pronostic des leucémies dans les 10 ans à venir", tel est le défi lancé aux chercheurs. Les équipes bisontines de l’institut RIGHT (UMR1098) participeront au tout nouvel institut national de recherche partenariale OPALE que l’État vient de créer à cet effet, apprend-on ce mardi 18 février 2020.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.27
couvert
le 29/02 à 9h00
Vent
9.27 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
62 %

Sondage