Salon du chiot à Besançon : la Ville "pas favorable à ce type d'événement"

Publié le 28/02/2024 - 17:28
Mis à jour le 29/02/2024 - 14:26

AJOUT RÉACTION VILLE • Ce week-end à Micropolis se tiendra le Salon du chiot, qui proposera la vente de chiots et de chatons. Un événement qualifié de "foire à la souffrance" par les associations engagées dans la défense du bien-être animal qui dénoncent l’organisation d’un tel salon et demande son annulation. Une pétition a été lancée en ligne...

 © congerdesign via Pixabay
© congerdesign via Pixabay

Un rassemblement et un happening se dérouleront samedi 2 mars à 14h00 devant Micropolis Besançon.

L’association canine territoriale de Franche-Comté dit avoir envoyé un courrier à la maire de Besançon, Anne Vignot pour lui demander d'annuler le salon du chiot prévu ce mardi 2 mars 2024 à Micropolis et qui proposerait à la vente "200 chiots de plusieurs races à la mode". Elle pointe du doigt un "salon mercantile, où le bien-être animal n’est pas la première priorité. Sans parler des achats « coup de cœur » qui favorisent ensuite les abandons".

Comme principaux arguments l’association avance, un "manque d’éthique cynophile régnant dans ce type de rendez-vous" mais aussi des techniques de vente jugées illégales par l’association. 

Elle rappelle que depuis le 1er octobre 2022, les acquéreurs d’un chien ou chat doivent s’engager par écrit en signant un certificat d'engagement et de connaissance des besoins spécifiques de l'espèce. L’association précise : "La section 5 de l’article L214-8 du code Rural et de la pêche maritime précise : "la cession de l'animal ne peut intervenir moins de sept jours après la délivrance du certificat au cessionnaire »". L’association s’interroge alors, "comment les badauds, achetant un chien sur un coup de cœur déraisonné, pourraient-ils avoir signé un tel document 7 jours avant leur visite ?" 

Une "foire à la souffrance"

Le passé judiciaire de l’organisateur est également mentionné. L’homme aurait, selon l’association, été poursuivi "pour faux et usage de faux, pratique illicite de la médecine vétérinaire, importation illégale au regard de l'âge et de la vaccination d'animaux, tromperie sur la qualité". Ce que ne manque pas de souligner l'association Humanimo sur sa page Facebook : « un trafiquant de chiens organise un salon du chiot à Micropolis Besançon". Humanimo appelle d'ailleurs à envoyer des mails "courtois" à Micropolis, le Département du Doubs, la Ville de Besançon et le conseil régional de BFC pour mettre un terme à "cette foire à la souffrance".  

L’association a même créé un événement Facebook appelant à un rassemblement devant Micropolis le jour du salon. "Ce n’est pas au salon du chiot que l’on décide d’adopter et d’élever un animal, que l’on peut réfléchir à l’engagement que cela représente. Un chiot n’est pas une peluche ! Un chaton n’est pas une marchandise. N’achetez pas, adoptez !" conclut l’association Humanimo sur son événement Facebook.

Réaction de la Ville de Besançon

Ce jeudi 29 février 2024, la Ville de Besançon a précisé sur sa page Facebook qu’elle n’était pas favorable à la tenue de ce type d’événement et a rappelé que Micropolis "étant une société d'économie mixte", elle ne pouvait intervenir sur la programmation. 

La municipalité a précisé que lors du conseil d’administration de Micropolis, où siègent quatre élus de la Ville, "cet évènement ne figurait pas dans le programme". Elle encourage enfin "pour toutes les personnes qui souhaitent adopter" de se rapprocher "de la SPA ou des refuges" animaliers.  

Dès l’automne prochain, une journée "consacrée au bien-être animal" devrait être organisée à Besançon. 

Allez + loin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Il y a 80 ans, les femmes obtenaient le droit de vote : l’hommage d’Aline Chassagne à Besançon

Il y a 80 ans, le 21 avril 1944, les femmes obtenaient le droit de vote en France. Aline Chassagne, adjointe à la maire de Besançon en charge de la culture et du patrimoine historique, a rendu hommage, samedi matin rue Gisèle Halimi, à celles qui se sont battues pour avoir ce droit. Elle a également appelé à "retourner aux urnes".

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.23
couvert
le 23/04 à 21h00
Vent
0.46 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
70 %