Santé: ces logiciels qui bousculent la pratique de la médecine

Publié le 07/05/2010 - 15:28
Mis à jour le 07/05/2010 - 15:28

Covalia, une jeune entreprise de Besançon primée jeudi à Paris pour son caractère innovant, est pionnière dans le développement de la télémédecine en Franche-Comté.

La télémédecine, discipline en plein essor, a trouvé en Franche-Comté une terre de prédilection. Le jeune patron de Covalia, Eric Garcia, qui vient de décrocher un prix national des technologies numériques (catégorie innovation) fait partie, avec le professeur Moulin du CHU de Besançon, des quelques personnes qui poussent au développement du travail à distance dans le domaine de la santé.
 
Covalia et ses 15 salariés, créée en 2007 par transfert de technologies de l'Université de Franche-Comté, a mis au point plusieurs logiciels qui font sauter les distances et améliorent le sort des patients. C'est le cas avec Covotem, en matière de neurologie, qui permet à un urgentiste en présence d'une victime d'un AVC (accident vasculaire cérébral) d'échanger en direct avec un neurologue expert du CHU de Besançon à partir de l'un des dix boxes dont sont équipés les services d’urgence de Franche-Comté.
 
Grâce au logiciel de Covalia, le dialogue s'instaure entre les deux médecins par écrans interposés avec à disposition tous les résultats de radios, scanner ou IRM effectués au préalable sur le patient. A noter que les images ont le même rendu sur une console de radiologue.
 
« Pour prendre une décision, le médecin expert consulté a besoin de voir le patient et son imagerie. C'est seulement dans ces conditions qu’il pourra, en cas d'AVC, prendre la décision très rapidement d'une trombolyse par exemple. Une erreur de diagnostic à ce stade peut être fatale. Ce système a déjà sauvé des vies », explique Eric Garcia en précisant que ce dispositif unique au monde va bien au-delà de la visio-conférence traditionnelle pratiquée depuis une quinzaine d'années. Sur les 4500 AVC dénombrés par an Franche-Comté, 3000 donnent lieu à une expertise par Covotem.
 
Trois avantages essentiels sont procurés par cette technologie imaginée à partir d'un besoin métier: on efface les distances, on travaille avec toutes les données sous les yeux et on conserve l'expertise. Le logiciel Covotem a déjà trouvé preneurs en Franche-Comté et dans plusieurs autres régions. Eric Garcia, fort de cette première réussite en neurologie va s’attaquer à d’autres secteurs de la médecine. Mais le succès ne sera au rendez-vous que si les médecins concernés s’organisent comme l’ont fait les neurologues.
 
En cancérologie, il a déjà mis en place un logiciel permettant la réunion de concertation pluridisciplinaire rendue obligatoire dans le cadre du plan cancer. « L’idéal est de mettre au point un outil par spécialité », précise-t-il en escomptant sur la nouvelle loi qui a acté la reconnaissance de la télémédecine.
 
Pour la dermatologie, le jeune chef d’entreprise également mis au point un outil. Il s’agit d’une mallette de télédermatologie qui permet le suivi des plaies chroniques. Quatre malades de la région Baume-les-Dames bénéficient de cet outil à la disposition d’une infirmière qui, après avoir fait des photos, peut échanger avec le centre des plaies du CHU de Besançon. Le déplacement systématique des patients n’est plus nécessaire.
 
L’ancien universitaire, ex maître de conférences en informatique, vit désormais dans un autre monde. «J'aurai du mal à retourner à mon ancienne vie. Quand on est universitaire ou chercheur, on ne finit pas les choses. Aujourd'hui, je vais jusqu'au bout d'un projet et c'est gratifiant surtout dans le domaine de la santé».
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.63
légère pluie
le 05/03 à 12h00
Vent
3.89 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
81 %