Sarkozy : de "l'hyper-président à l'hypo-président" dans la presse

Publié le 04/02/2015 - 09:37
Mis à jour le 04/02/2015 - 09:37

L'UMP a opté pour "le ni ni" (ni FN, ni PS) à la législative du Doubs contre l'avis de son président, qui souhaitait faire barrage au FN, ce qui fait passer Nicolas Sarkozy de "l'hyper-président à l'hypo-président", estime la presse. 

dsc_6606.jpg
Nicolas Sarkozy en meeting à Besançon © carvy
PUBLICITÉ

Pour Jean-Marcel Bouguereau (La République des Pyrénées), « Sarkozy est passé de « l’hyper-président à l’hypo-président ». Celui « qui promettait de revenir en sauveur de la France n’a même pas réussi à s’imposer à l’UMP », ironise-t-il. « On reconnaissait à Nicolas Sarkozy des ressources inépuisables pour changer de posture et de tactique au gré des événements », rappelle Yves Harté dans Sud-Ouest. « Mais jamais il ne s’était essayé à cet art de la synthèse, dans lequel François Hollande resta longtemps sans rival », s’amuse-t-il.

« Le ni ni ? Il masque un vide doctrinal »

Cécile Cornudet dans Les Echos estime qu’en choisissant « une position suffisamment tranchée et suffisamment à gauche pour enkyster  Nicolas Sarkozy à droite… ou pour le pousser à la faute », Alain Juppé a envoyé un « message implicite : le président de l’UMP ne tient pas ses troupes. » Même Yves Thréard du  Figaro en arrive à la conclusion que « si la droite française n’est pas la plus bête du monde, elle est la plus difficile à comprendre… » « Le ni ni ? Il masque un vide doctrinal, ciment d’une synthèse impossible : le non-choix a détrôné le bon choix », s’agace Rémi Godeau dans L’Opinion . 

« L’effet Sarkozy s’est noyé dans les eaux du Doubs »

De son côté, Thierry Borsa dans Le Parisien juge que la défaite de l’UMP dès le premier tour « montre  qu’il n’y a pas eu « d’effet Sarko » auprès des électeurs de droite. » « Décidément, l’ancien président, qui faisait du rassemblement de sa famille la priorité de son retour, n’est pas au bout de ses peines », ajoute-t-il.

Dans L’Alsace, Raymond Couraud fait chorus : « l’effet Sarkozy s’est noyé dans les eaux du Doubs. Ceux qui espéraient voir le parti s’aligner en ordre de bataille derrière l’ancien président de la République en sont pour leurs frais ».

« Nicolas Sarkozy faisait un peu pitié hier dans son numéro de grand écart et de trapèze volant »

Dans La Montagne-Centre France, Jacques Camus se demande : « qui c’est le patron ? » Il rappelle que « la motion de +synthèse+ préférée par Nicolas Sarkozy n’a obtenu que 19 voix contre 22 ». « Revenu à la hâte pour remettre l’UMP sur les rails, il  ne contrôle visiblement plus la situation, à la manière d’un conducteur énervé sur le verglas », souligne  Jean-Claude Souléry (La Dépêche du Midi ). 

Dans La Nouvelle République, Denis Daumin trouve que « cramponné à la barre de ce bateau ivre, Nicolas Sarkozy faisait un peu pitié hier dans son numéro de grand écart et de trapèze volant, pour étouffer les divisions de l’équipage et la mutinerie qui couve ». 

« Le golden boy à qui tout réussissait s’est affiché comme un tacticien à la remorque de ses troupes », constate  Philippe Waucampt (Le Républicain lorrain). « A viser la synthèse d’un parti ébranlé, Nicolas Sarkozy a pris le risque de faire… synthétique. Et de finir par ressembler à ce qu’il déteste par-dessus tout : à un certain François Hollande », conclut-il.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le ministère du Travail a publié dimanche 28 juillet 2019 au Journal officiel le décret mettant en oeuvre la réforme vaste et controversée de l'assurance chômage annoncée le 18 juin. Ce texte de six articles comprend surtout une annexe de 190 pages qui constitue le nouveau règlement de l'assurance chômage. Par ailleurs, une expérimentation est prévue en Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire "d'un journal de la recherche d'emploi" tenu par les chômeurs.  

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a assuré l'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort de son "engagement total pour garantir la pérennité du site industriel", marqué par un plan de suppression d'un millier d'emplois, dans un courrier obtenu ce vendredi 26 juillet 2019 par l'AFP.

La PMA pour toutes commence à voir le jour…

La PMA pour toutes commence à voir le jour…

Au terme d'une longue gestation, l'accouchement débute ce mercredi 24 juillet 2019 avant le faire-part de naissance dans quelques mois : la première grande réforme sociétale du quinquennat Macron, l'extension de la PMA à toutes les femmes, est présentée en Conseil des ministres avant son examen à l'Assemblée à la rentrée.

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Après des débats musclés, l'Assemblée s'apprête à voter ce mardi 23 juillet vers 16h15 la ratification du controversé traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta), "positif" pour l'économie française selon ses défenseurs, mais porteur de "risques" environnementaux et sanitaires d'après ses opposants.

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

A la veille du vote à l'Assemblée nationale sur le traité de libre-échange UE-Canada (Ceta), Nicolas Hulot a exhorté lundi 22 juillet 2019  les parlementaires à voter contre cet accord qui risque à ses yeux d'ouvrir la porte à des substances dangereuses via un abaissement des normes sanitaires.

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

"Liste Utinam" • Le régionaliste a tenu une conférence de presse jeudi 18 juillet 2019 afin de faire connaître sa candidature officielle pour l'élection municipale de mars 2020à Besançon. Jean-Philippe Allenbach dit avoir déjà au moins une vingtaine de noms sur sa liste et dévoile les propositions que les autres candidats " ne pourront pas lui prendre". 

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.08
couvert
le 17/08 à 15h00
Vent
1.78 m/s
Pression
1013.32 hPa
Humidité
74 %

Sondage