Six mois après, qu'en est-il du dispositif "Où est Angela ?"

Publié le 26/06/2023 - 18:03
Mis à jour le 29/06/2023 - 10:41

Lancé le 25 novembre 2022 pour lutter contre le harcèlement de rue, le dispositif "Où est Angela ?" a désormais six mois. L'occasion de faire un point avec Didier Roulin, chargé de mission dans la lutte contre les discriminations et les droits des femmes pour la Ville de Besançon.

"Nous savons qu'il y a eu quelques cas limités dans les transports en commun mais nous n'avons pas encore de retour des commerçants", explique Didier Roulin, en charge du dispositif. Du côté des forces de l'ordre, même constat, pas de retour spécifique n'ont été notés suite au dispositif.

Avec une quarantaine de commerçants et des structures comme les bibliothèques universitaires ou encore certains services municipaux adhérents, comment expliquer le peu de signalements ? Didier Roulin nous précise avoir "conscience"  de la nécessité de relancer le dispositif lors d'une nouvelle campagne de communication. Cette dernière devait être mise en place en fin d'année.

Comment fonctionne le dispositif ?

Lorsqu'une personne se sent en danger dans la rue, elle peut se rendre dans un commerce où figure le logo (apposé sur la vitrine) "Ici, vous pouvez demander Angela". Elle sera ensuite reçue et mise en sécurité.

Le commerçant pourra lui proposer : soit de passer par une porte dérobée, soit d'appeler un proche ou un taxi soit de contacter les forces de l'ordre en fonction de la situation.

Infos +

La Ville de Besançon rappelle qu’il est encore temps de s’engager dans ce dispositif. Les commerçants (commerce de proximité, pharmacie, bar, boîte de nuit, transport…) intéressés sont invités à prendre contact par téléphone au 03 81 87 84 77 ou par mail à didier.roulin@besancon.fr pour s’inscrire.

Rappel des numéros d'urgence  : 15 (SAMU), 17 (police secours), 18 (pompiers), général (112), 3919 (contre les violences conjugales)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Ancienne maternité La Mère et l’Enfant à Besançon : des architectes s’élèvent contre sa démolition

Alors que l’anciennne maternité La mère et l’enfant située sur le site de l'hôpital Saint-Jacques à Besançon va être démoli à partir du 25 mai 2024, des architectes et membres de la Maison de l’architecture de Franche-Comté s’élèvent contre sa disparition dans un communiqué du vendredi 24 mai. Il considère que ce bâtiment comme remarquable.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.63
ciel dégagé
le 25/05 à 9h00
Vent
2.15 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
66 %