Studiomaton, photos-call... Cette mode qui envahit les cocktails professionnels et les soirées privées...

Publié le 26/07/2017 - 09:16
Mis à jour le 08/08/2017 - 12:27

Ils vous prennent en photos seul-e ou en groupes, déguisé-e-s ou non, avec vos collègues, vos amis ou votre famille, vous gardez toujours un souvenir, vous pouvez le partager sur les réseaux sociaux... Le photo-call a le vent en poupe ces dernières années dans tous les événements ! Pour en parler et expliquer ce phénomène, Rémi Clémencin, créateur du Studiomaton en Franche-Comté, répond à nos questions...

maCommune.info : Depuis quand existe le Studiomaton ?

Rémi : "Après plusieurs mois de mise au point, entièrement conçue et fabriquée par nos soins, la première « selfie-machine » à vu le jour en janvier 2014."

mC : Comment as-tu eu l'idée de créer ce dispositif ?

Rémi : "Durant mes études aux Beaux-Arts, je travaillais déjà à des installations événementielles du type « baraques foraines multimédia ». Studiomaton est en quelque sorte la concrétisation de cela, la combinaison de nos différentes compétences : la photographie de studio (forcément), le design graphique, la décoration, les nouvelles technologies, le web et l’événementiel… Nous avions à cœur de créer un dispositif automatisé au design original offrant un rendu photographique proche de notre travail en studio."

mC : Depuis sa création, savez-vous combien d'événements vous avez "animé" avec le Studiomaton ?

Rémi : "Nous avons à notre actif environ 200 événements dans toute la France et en Suisse romande, soit des dizaines de milliers de clichés !"

mC : Il me semble que grâce au succès, vous avez dû fabriquer plusieurs machines pour être à plusieurs endroits aux mêmes moments. Combien de Studiomaton existent actuellement ?

Rémi : "Trois machines, sur le même modèle original : design vintage inspiré des amplis de guitare, gainées de skaï noir et perchées sur leur pied chromé. Nous proposons un large choix de toiles de fond et d’accessoires thématiques pour répondre à toutes sortes de demandes. Comme chaque événement est unique, nous mettons un point d’honneur à ce que l’expérience Studiomaton le soit également."

mC : D'après toi, pourquoi le Studiomaton et autres photobooth ont-ils autant de succès ?

Rémi : "Une animation photo booth de qualité procure des heures d’amusement, des centaines de sourires et autant de souvenirs d’un moment inoubliable. En complément du travail d’un photographe traditionnel, un photo booth fonctionne automatiquement sans contrainte, pendant un cocktail ou toute la soirée.

Parés d’accessoires, les invités se voient en direct sur l’écran de notre machine, ils ne sont pas intimidés et n’hésitent donc pas à se lâcher.  Il en résulte une galerie de portraits spontanés et originaux, estampillés aux couleurs de l’heureux événement et imprimés instantanément.

Les clichés sont ensuite mis en ligne sur le net avec accès privé. Les invités sont toujours ravis d’emporter un souvenir instantané de l’événement et les organisateurs de savoir que des dizaines de ces portraits s’affichent fièrement sur un mur, un frigo ou dans un bureau… "

mC : Est-ce un dispositif qui plaît particulièrement au jeune public "accro" aux smartphones et aux selfies ou à public plus large ?

Rémi : "L’animation Studiomaton séduit tout le monde, du plus jeune au plus âgé. La convivialité de l’animation a même tendance à les rapprocher pour immortaliser les rapports entre générations, que ce soit au sein d’une famille, entre élèves et professeurs ou entre apprentis et grands patrons !"

mC : Peux-tu nous donner des exemples d'événements auxquels le Studiomaton a participé ?

Rémi : "Outre les mariages de toutes tailles dans les plus beaux endroits de la région, des châteaux Bourguignons aux palaces Suisses, nous intervenons régulièrement pour les institutions (universités, régions, départements, municipalités, offices de tourisme, CCIs, syndicats…) les PME locales et multinationales (Maty, Swatch, Martini, Breguet, Leroy Merlin, SNCF, Urgo, Amora, Décathlon, Galeries Lafayette, …) dans le cadre de soirées privées ou d’événements publics : festivals (Fimu, Montreux, Paléo, Détonation), salons, expositions, manifestations sportives…

Chaque année, nous apportons notre soutien à des causes et des associations en participant à leurs événements (Octobre Rose, Restos du Cœur, Rotary, TEDx)"

mC : L'activité Studiomaton n'est pas la seule dans le cadre de ton travail. A quoi correspond cette activité ?

Rémi : "Nous restons bien sûr au service de nos clients pour répondre à leurs besoins en terme de photographie, vidéo, design graphique et web, ce depuis les 35 ans d’existence de notre agence de création : Bermuda Studio."

mC : Quels sont les critères idéaux pour faire venir Studiomaton à un événement ?

Rémi : "De la bonne humeur et une prise de courant suffisent !"

Infos +

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Violences policières, article 24, formation des forces de l’ordre… Entretien avec Emmanuelle Cordier, policière à Besançon

Après les attentats de 2015 suite auxquels les Françaises et le Français embrassaient les forces de l'ordre, qu'est-ce qui a changé dans leurs relations ? Y a-t-il des brebis galeuses au sein de la police ? Pour ou contre l'article 24 de la proposition de loi de "sécurité globale" ? Nous avons rencontré Emmanuelle Cordier, déléguée interdépartementale unité SGP Police du Doubs à Besançon pour en parler.

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Missions et enjeux de la 7e brigade blindée de l’armée de Terre. On en parle avec le général Pierre-Yves Rondeau

Envoyés en mission pour 3 à 6 mois à travers le monde (Mali, Côte d'Ivoire, Liban…), les militaires de la 7e brigade blindée, subordonnée à la 1re division dont l'État-major est à Besançon, rentreront en France début 2021 en permission avant de reprendre une année d'entraînement. Le général de brigade Pierre-Yves Rondeau nous parle des missions de ces militaires et des prochains enjeux.

Sondage – En ce moment, soutenez-vous les forces de l’ordre ?

En plein débat sur l'article 24 de la proposition de loi dite de "sécurité globale", des images d'actes de violences de la part de policiers en service ont été rendues publiques ces dernières semaines (évacuation d'un camp de migrants, affaire Michel Zecler, manifestations...). Si certains critiquent les forces de l'ordre et leur hiérarchie, d'autres les défendent et évoquent un "surmenage". Et vous, soutenez-vous les forces de l'ordre malgré l'actualité ? C'est notre sondage de la semaine.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.82
légère pluie
le 04/12 à 12h00
Vent
2.6 m/s
Pression
989 hPa
Humidité
97 %

Sondage