Suisse : perpétuité pour l'auteur d'un quadruple meurtre

Publié le 16/03/2018 - 13:00
Mis à jour le 16/03/2018 - 14:23

Un Suisse de 34 ans a été condamné ce vendredi 16 mars 2018 à la prison à perpétuité pour avoir égorgé quatre personnes et violé un adolescent de 13 ans, avant d'incendier leur maison fin 2015 dans le nord de la Suisse.

PUBLICITÉ

L'assassin, qui n'avait pas d'antécédent judiciaire avant ce crime sordide, avait été arrêté en mai 2016 alors qu'il se préparait apparemment à repasser à l'acte dans une autre ville. Etudiant raté, ancien entraîneur d'une équipe de football junior, il vivait chez sa mère à quelques centaines de mètres du lieu du crime.

Le 21 décembre 2015 à Rupperswil (canton d'Argovie, nord), les corps de Carla Schauer-Freiburghaus, 48 ans, de ses deux fils âgés de 13 et 19 ans, et de la petite amie de ce dernier, 21 ans, avaient été découverts, ligotés et égorgés dans les décombres de la villa familiale, ravagée par un incendie.

L'accusé "a pris l'autoroute de l'horreur" selon le président du tribunal

L'assassin, qui avait fait des repérages sur ses victimes, avait attendu le départ du partenaire de la mère de famille pour pénétrer dans la maison sous un faux prétexte. Il avait ensuite forcé la mère à aller retirer de l'argent pendant qu'il gardait les jeunes gens en otage. Avant d'égorger les quatre victimes à l'aide d'un couteau qui n'a jamais été retrouvé, il avait violé le plus jeune garçon. "Je suis pédophile", a-t-il reconnu pendant son procès.

Après avoir mis le feu à la maison, il était tranquillement rentré chez lui et avait fait une promenade avec sa mère et ses chiens. Lors de son arrestation, les enquêteurs avaient retrouvé chez lui un sac à dos contenant une arme et du matériel pour ligoter. Il avait en outre espionné les allées et venues de deux familles à Berne et Soleure (nord), ce qui laisse penser qu'il s'apprêtait peut-être à répéter son plan macabre.

L'accusé "a pris l'autoroute de l'horreur", a déclaré vendredi le président du tribunal lors de l'énoncé du jugement, cité par l'agence de presse suisse ATS. Le prévenu a agi "de sang-froid, de manière primitive sans pitié ni empathie", a-t-il ajouté.

 

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.46
nuageux
le 23/10 à 0h00
Vent
1.53 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
95 %

Sondage