Suisse : perpétuité pour l'auteur d'un quadruple meurtre

Publié le 16/03/2018 - 13:00
Mis à jour le 16/03/2018 - 14:23

Un Suisse de 34 ans a été condamné ce vendredi 16 mars 2018 à la prison à perpétuité pour avoir égorgé quatre personnes et violé un adolescent de 13 ans, avant d’incendier leur maison fin 2015 dans le nord de la Suisse.

L'assassin, qui n'avait pas d'antécédent judiciaire avant ce crime sordide, avait été arrêté en mai 2016 alors qu'il se préparait apparemment à repasser à l'acte dans une autre ville. Etudiant raté, ancien entraîneur d'une équipe de football junior, il vivait chez sa mère à quelques centaines de mètres du lieu du crime.

Le 21 décembre 2015 à Rupperswil (canton d'Argovie, nord), les corps de Carla Schauer-Freiburghaus, 48 ans, de ses deux fils âgés de 13 et 19 ans, et de la petite amie de ce dernier, 21 ans, avaient été découverts, ligotés et égorgés dans les décombres de la villa familiale, ravagée par un incendie.

L'accusé "a pris l'autoroute de l'horreur" selon le président du tribunal

L'assassin, qui avait fait des repérages sur ses victimes, avait attendu le départ du partenaire de la mère de famille pour pénétrer dans la maison sous un faux prétexte. Il avait ensuite forcé la mère à aller retirer de l'argent pendant qu'il gardait les jeunes gens en otage. Avant d'égorger les quatre victimes à l'aide d'un couteau qui n'a jamais été retrouvé, il avait violé le plus jeune garçon. "Je suis pédophile", a-t-il reconnu pendant son procès.

Après avoir mis le feu à la maison, il était tranquillement rentré chez lui et avait fait une promenade avec sa mère et ses chiens. Lors de son arrestation, les enquêteurs avaient retrouvé chez lui un sac à dos contenant une arme et du matériel pour ligoter. Il avait en outre espionné les allées et venues de deux familles à Berne et Soleure (nord), ce qui laisse penser qu'il s'apprêtait peut-être à répéter son plan macabre.

L'accusé "a pris l'autoroute de l'horreur", a déclaré vendredi le président du tribunal lors de l'énoncé du jugement, cité par l'agence de presse suisse ATS. Le prévenu a agi "de sang-froid, de manière primitive sans pitié ni empathie", a-t-il ajouté.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.36
légère pluie
le 22/05 à 3h00
Vent
4.46 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
96 %