TGV Rhin-Rhône : « Les Francs-Comtois ne sont pas encore dans le film qui se tourne… »

Publié le 18/10/2011 - 13:39
Mis à jour le 17/04/2019 - 13:58

Les 4e rencontres de la grande vitesse ont été l’occasion, récemment à Besançon, de tracer des perspectives de développement liées à l’arrivée du TGV en décembre. Parmi les intervenants, le sociologue Jean Viard qui ne pratique pas la langue de bois.

photo_macommune_1318938165.JPG
Le sociologue marseillais Jean Viard au pied de la Citadelle de Besançon où a vécu son grand-père. Lui-même est né à Metz. ©carvy
PUBLICITÉ

« Avoir un TGV, c’est un plus, la toile TGV c’est comme la toile numérique, il faut l’avoir sinon on est en dehors du film, mais ça ne suffit pas. Les Francs-Comtois doivent se dire qu’ils ont des atouts, mais qu’ils ne sont pas encore dans le film qui se tourne avec le TGV ». Le constat du sociologue et enseignant, que nous avons interrogé en marge du colloque, se veut porteur d’espoir même s’il est dérangeant.

« Pour l’instant, Besançon n’est pas au niveau des autres métropoles. Elle ne doit évidemment pas se contenter de rester comme elle est. Sinon le TGV ne fera que passer dans la région avec un effet tunnel assuré. La capitale régionale a des cartes à jouer, ce n’est pas trop tard, mais elle doit s’inscrire dans un imaginaire qui peut se raconter aux autres, ce qui compte c’est comment l’autre vous voit », explique Jean Viard, persuadé que Besançon, et la Franche-Comté avec elle, se complait dans une confortable culture provinciale.

« Il ne suffit pas de dire qu’on est bien »

D’où la mise en garde de l’universitaire : « Il ne suffit pas de dire qu’on est bien. Attention, car le TGV accentue la concurrence. Il peut habiller une région comme il peut la déshabiller. Avoir le TGV, c’est aussi aller plus vite ailleurs, voir plus facilement un cardiologue à Lyon ou à Strasbourg, par exemple ».

Mais Jean Viard est également force de proposition. Il incite Besançon et sa région à trouver des « totems » bien visibles de l’extérieur. « Pourquoi Besançon ne deviendrait-elle pas la capitale du temps ? Si j’étais aménageur je ferai une université du temps…», préconise-t-il.

« Il faut trouver quelque chose dans l’art de vivre et l’art d’éduquer, il faut rechercher une école d’excellence. Quelle est l’université attire aujourd’hui les jeunes à Besançon ? Il faut trouver des totems qu’on voit de loin. Comme Metz l’a fait avec son nouveau musée. Aujourd’hui je ne vois pas de totems en Franche-Comté. Pourquoi pas un truc décalé comme le premier musée chinois de France. Je dis n’importe quoi, mais quelque chose dans cet ordre d’idée », poursuit le sociologue.

« Là où se développe le tourisme se développe l’économie »

Le futur FRAC de Besançon conçu par le Japonais Kengo Kuma ne remplit-il pas cette fonction ? « C’est bien, mais tout le monde fait la même chose aujourd’hui », rétorque Jean Viard.

« Marie-Guite Dufay est dynamique, mais elle ne doit pas se contenter de dire on est au centre. C’est une vision du temps passé car il n’y a rien au milieu d’un rond-point. Les gens ne viendront pas en Franche-Comté parce qu’il y a un TGV. La proximité du travail est un enjeu secondaire, c’est la carte du tourisme qui restructure l’économie. C’est la clé du développement, là où se développe le tourisme se développe l’économie. Un train ça déplace d’abord des promeneurs. Seulement 20 % des emplois fabriquent des objets, il faut arrêter de voir la société par la production, les entreprises sont mobiles, on se développe grâce au mode de vie », martèle Jean Viard, également impliqué dans la vie politique marseillaise.

« Le pluralisme oblige à discuter »

Le caractère politiquement « monocolore » des collectivités franc-comtoises ne facilite pas les choses. « Ce n’est pas forcément un atout. Le pluralisme oblige à discuter », estime-t-il en invitant les décideurs comtois à prendre une décision claire non sans suggérer des pistes. « Il faudra bien convenir un jour ce qu’on veut faire de cette région. Soit on joue une carte Besançon-Jura avec la vieille chaîne des compétences de l’axe alpin jurassien avec une population extrêmement compétente, soit on joue l’alliance avec Belfort-Montbéliard mais là il faut aller jusqu’à Mulhouse, soit on joue Besançon-Dijon avec, pourquoi pas, la création d’un pôle métropolitain. Quant à la Haute-Saône, il faut la laisser à la nature. Pourquoi vouloir peupler un territoire dépeuplé ? L’idée qu’il doit y avoir des hommes partout n’est pas une bonne idée. Les gens vont où ils ont envie d’aller ».

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.34
légère pluie
le 21/10 à 3h00
Vent
2.96 m/s
Pression
1013.94 hPa
Humidité
96 %

Sondage