Tram : Jean-Louis Fousseret menace Mireille Péquignot de poursuites

Publié le 03/10/2011 - 18:38
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:46

Mis en cause par l’élue représentant le Nouveau Centre au conseil municipal de Besançon par rapport au choix du constructeur du futur tramway, le président du Grand Besançon menace Mireille Péquignot de poursuite.  Dans un communiqué elle s’était interrogée sur le versement d’éventuelles commissions.

 ©
©

La lettre adressée par Jean-Louis Fousseret à Mireille Péquignot :

« J’ai lu avec attention dans la presse, puisque, à ce jour, vous n’avez pas encore eu l’élégance de me la communiquer, votre lettre m’accusant d’être un VRP de luxe pour le groupe européen CAF.

Refusant la polémique stérile, je me suis interrogé sur la nécessité de vous répondre publiquement.

Cependant, les inexactitudes, les mensonges et de graves insinuations m’obligent à vous répondre point par point.

Tout d’abord, je ne suis le VRP de personne, si ce n’est de notre ville, et de notre région, et spécialement auprès du monde économique. Je le fais et je continuerai à le faire avec enthousiasme car il est de mon devoir d’être l’ambassadeur de notre région et sa capitale, et si je me suis rendu en Espagne, c’est uniquement pour négocier les conditions avantageuses pour les finances de Besançon et de notre agglomération.

Vous m’accusez d’acheter des tramways espagnols de préférence aux tramways Alstom.

Dois-je vous rappeler que les marchés publics de ce type sont soumis à une procédure d’appels d’offres au niveau européen, qui répond à un strict ordonnancement juridique soumis au contrôle du juge.

Madame, en ce qui me concerne, je respecte la loi, et j’ai choisi CAF après avis unanime de la Commission d’Appels d’Offres

Le non-respect des règles aurait été immédiatement sanctionné par les magistrats saisis par les autres candidats au marché et non retenus.

Par ailleurs, révisez vos chiffres, vous qui êtes toujours prête à dénigrer la Franche-Comté, il n’y a pas 40 % de chômage dans le Grand Besançon, heureusement.

En outre, permettez-moi de vous rappeler, car vous semblez l’ignorer, que les tramways du Grand Besançon seront construits par des ouvriers français, à Bagnères-de-Bigorre, Alstom construisant les siens à La Rochelle, vous le voyez.

La Rochelle, Besançon ou Bagnères-de-Bigorre, c’est la France, Madame.

Vous parlez de campagne de communication offerte à CAF par le Grand Besançon.

La réalité est inverse puisque, par exemple, c’est CAF qui vient d’offrir au Grand Besançon la maquette grandeur nature de notre tramway, qui va permettre aux futurs utilisateurs d’initier d’éventuelles modifications.

Coût de cette maquette : environ 400 000 €uros.

Qui fait un cadeau à qui ?

D’autre part, affirmer que CAF n’a pas d’expérience, alors que cette société vieille de 100 ans construit depuis longtemps des tramways, des métros et des trains à grande vitesse, c’est faire preuve de beaucoup d’ignorance ou de malhonnêteté intellectuelle.

Alstom vend dans le monde entier -et c’est très bien aussi- et équipe par exemple le métro de Madrid et de  Barcelone, en Espagne !!!

On ne peut vouloir exporter et d’autre part fermer les frontières.

Par ailleurs, c’est bien mal me connaître que de penser que je ne défendrais pas les intérêts de l’industrie franc-comtoise.

En effet, j’ai proposé à CAF d’équiper les trams avec des moteurs d’Alstom et de faire ainsi travailler l’industrie franc-comtoise. A cet égard, une délégation de CAF viendra prochainement en Franche-Comté pour étudier d’éventuelles collaborations.

Pour terminer, vous faites allusion à, je cite, « des commissions auraient-elles été perçues ».

Ces allégations sont très graves, et je vous demande désormais de mesurer vos propos.

Si tel n’était pas le cas, je me verrais dans l’obligation de demander à la justice de notre pays de vous rappeler les règles qui protègent la probité et l’honneur de chacun ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.91
légère pluie
le 23/02 à 21h00
Vent
4.35 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
86 %