la sécurisation de l'emploi au cœur de la politique de l'emploi

Publié le 07/03/2013 - 01:08
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:31

Le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi a été presenté en Conseil des ministres. Il transpose dans la loi l'Accord national interprofessionnel (ANI), signé le 11 janvier dernier.

 Sécurité et flexibilité assurées pour les salariés et les employeurs

Dans sa globalité, le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi permet à la fois aux entreprises de s'adapter au contexte économique actuel, tout en assurant le mieux possible aux salariés de garder leur emploi et leur salaire. De leur côté, les salariés reçoivent diverses contre-parties. L'accord est structuré en quatre axes distincts.

LA LUTTE CONTRE LA PRÉCARITÉ DES SALARIÉS

Effet d'une situation économique instable et des politiques de l'emploi menées par les précédents gouvernements de droite, la précarité des salariés s'est fortement développée ces dernières années. Face à celà, le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi offre plusieurs solutions dans le but de réduire ces problèmes :

  • Le renchérissement du coût des CDD, afin d'encourager l'embauche des jeunes en CDI via des cotisations réduites.
  • Un meilleur encadrement du temps partiel : un minimum de 24h par semaine, le recours aux avenants temporaires, etc.

LA SÉCURISATION DU PARCOURS PROFESSIONNEL POUR LES SALARIÉS

Etant donné les efforts consentis par les syndicats, de nouveaux droits seront ouverts aux salariés :

  • la généralisation de la couverture complémentaire santé ;
  • les droits en matière de chômage deviennent rechargeables ;
  • la portabilité des droits à la formation professionnelle devient universelle et valable toute la carrière ;
  • un nouvel effort pour le logement des salariés : ce sont 300 millions d'euros qui seront investis dans une offre de logements temporaires ;
  • l'instauration d'une période de mobilité volontaire sécurisée dans les entreprises de plus de 300 salariés.

UN DIALOGUE SOCIAL ADAPTÉ AUX MUTATIONS ÉCONOMIQUES

Afin de permettre aux entreprises de s'adapter aux évolutions économiques tout en préservant leurs salariés, différentes mesures assureront un dialogue social sain dans chaque entreprise.

  • Les négociations des accords de maintien de l'emploi rendues possibles : en cas de graves difficultés, l'entreprise pourra négocier un accord de maintien de l'emploi pour une période de deux ans maximum. En retour, il est prévu un partage du bénéfice économique une fois l'accord arrivé à son terme. Si l'accord n'a pas été respecté, des sanctions pourront alors être demandées. Pour la signature d'un accord de maintien de l'emploi, l'accord individuel du salarié est, bien entendu, impérativement requis.
  • Les procédures relatives au licenciement économique vont évoluer : avant un plan social, il pourra soit il y avoir un accord majoritaire valant plan social, soit par l'accord des services du ministère du Travail. L'Etat est donc rétabli dans son rôle d'arbitre, qu'il n'avait plus depuis 1986.
  • A titre expérimental, il est également rendu possible de recourir au contrat de travail intermittant.

 DES SALARIÉS INVESTIS DANS LES CHOIX STRATÉGIQUES DE LEUR ENTREPRISE

Les entreprises, ce sont certes des employeurs, mais également des salariés, les deux devant travailler de concert pour assurer le bon fonctionnement de l'entreprise. A ce titre, les salariés doivent pouvoir s'investir dans le futur de leur entreprise.

Ainsi, le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi prévoit divers outils permettant aux salariés d'avoir leur mot à dire.

  • Une base de données dans chaque entreprise rassemblera diverses données existantes et sera mise à jour régulièrement. Les institutions représentatives du personnel ainsi que les délégués syndicaux y auront accès.
  • Le débat sera favorisé avec les représentants du personnel.
  • L'amélioration des obligations d'information du Comité d'entreprise en cas de cession d'entreprise : il sera alors consulté sur différents points, comme la recherche d'un repreneur, et pourra émettre un avis.
  • Des salariés prenant part à la stratégie de leur entreprise : dans les entreprises de plus de 5000 salariés en France, ces derniers seront associés à l'organe définissant la stratégie de l'entreprise.
  • La négociation sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences sera étendue à de nouveaux sujets (orientations du plan de formation, utilisation des différents contrats de travail).
  • Des sous-traitants mieux informés : afin de leur permettre d'envisager l'avenir avec plus de sûreté, les sous-traitants seront tenus au courant des différentes évolutions de l'entreprise.

Un accord historique allant dans le sens du dialogue social

Cet accord a été le fruit d'une grande conférence sociale ; une majorité d'organisations syndicales est parvenue à s'entendre et un accord a pu être soumis au gouvernement. Comme l'a expliqué le président de la République le 11 janvier dernier :

[L'accord] constitue un succès du dialogue social, qui honore l'ensemble des partenaires, car tous ont participé jusqu'au bout à l'ensemble du processus. La pertinence de la méthode engagée par la Conférence sociale est ainsi confirmée.

Il s'agissait d'un pari audacieux de la part du gouvernement que de réunir autour d'une même table un nombre important d'organisations syndicales. Seuls les objectifs de cette conférence avaient été fixés en septembre par le document d'orientation fourni par Michel Sapin, ministre du Travail. Ce dernier a par ailleurs déclaré :

Cet accord est un bel et grand accord.

Dans les grandes lignes, ce projet de loi permet :

  • aux entreprises de s'adapter au contexte économique, tout en assurant leur emploi aux salariés
  • l'amélioration de la qualité des emplois et de conditions de travail des salariés
  • d'encourager les embauches, en rassurant les entreprises.
Gilles Lorimier
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Les aides à l’achat d’un vélo prolongées jusqu’en 2027

Vélo classique, à assistance électrique ou encore cargo… Tous sont éligibles au bonus vélo dont la prolongation vient d'être étendue jusqu'en 2027 par le gouvernement. Alors qu'il ne concernait jusque-là que les vélos neufs, le bonus vélo s’ouvre à présent aussi aux vélos d’occasion. On fait le point avec le site du service-public sur les aides disponibles pour l’achat d’un vélo électrique.

Nouveau sursis pour les Galeries Lafayette de Besançon et Belfort

C’est un petit ouf de soulagement pour les 26 magasins Galeries Lafayette, dont ceux de Besançon et Belfort, exploités par l’homme d’affaires Michel Ohayon. Le plan de continuation d'activité des points de vente a reçu le soutien de son principal créancier, qui n’est autre que le groupe Galeries Lafayette, juste avant son examen final au tribunal de commerce de Bordeaux, indique l’AFP ce mercredi 21 février. La décision du tribunal de commerce de Bordeaux a été mise en délibéré au 20 mars 2024.

J’ai testé pour vous le soin personnalisé signé LB Beauty à Besançon

Alors que la fraîcheur de l'hiver est de retour, je me suis rendue à l'institut LB Beauty ouvert depuis 4 ans dans le quartier des Chaprais à Besançon mardi 20 février 2024, pour un instant de bien-être, relaxant et pour prendre soin de ma peau. J'ai testé pour vous le "soin personnalisé" signé Ludivine Bonnet.

Nouvelle action coup de poing des éleveurs laitiers haut-saônois contre Lactalis

Une action d’interception d’un camion de lait Lactalis a eu lieu mardi soir en Haute-Saône près de Vesoul. Les éleveurs s’estimant "floué" par la société, demandent "une rémunération décente des producteurs". Le lait du camion devant initialement servir à la fabrication de fromage a été repris et sera utiliser pour l’alimentation des veaux. 

Open Business : les prochains rendez-vous de la CCI Saône-Doubs pour répondre aux défis et enjeux de demain

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Saône-Doubs a présenté mardi 20 février 2024 les trois nouvelles thématiques de son cycle de conférences baptisé Open Business. Au programme cette année, des rencontres autour des thèmes de l’intelligence artificielle, du vieillissement de la population et de la performance dans l’entreprise et le sport à Besançon, Vesoul et bientôt Montbéliard. 

“Coiffure Michel Delgrande” devient “Le 83 coiffure” au centre-ville de Besançon

Loïc, coiffeur depuis 24 ans dans le salon Michel Delgrande, situé au 83 rue des Granges à Besançon, a eu envie de nouveauté. Jeudi 15 février 2024, après environ 34 ans sous le nom de son fondateur, le salon a finalement changé d’identité pour devenir "le 83 coiffure". Pour autant, cette nouveauté ne tend pas à oublier le passé…

En immersion dans le plus vaste chantier privé à Besançon…

Depuis quelques mois, les travaux ont démarré dans l’ancienne institution Saint-Jean du quartier Saint-Claude à Besançon dans le cadre du projet immobilier comptant 245 logements, dont 80 en rénovation, porté par le groupe SMCI : le Domaine Hugo. En ce moment, un parking souterrain de type silo de 240 places est en cours de construction… Fabrice Jeannot, président du groupe SMCI et Patrick Collard, directeur technique du groupe nous en parlent.

Bruno Le Maire abaisse à 1% la prévision de croissance 2024 et annonce 10 milliards d’euros d’économies

Le gouvernement français a nettement revu à la baisse son estimation de croissance pour 2024, de 1,4% à désormais 1%, a annoncé dimanche 18 février 2024 Bruno Le Maire, dévoilant des économies "immédiates" de 10 milliards d'euros sur les dépenses de l'Etat pour tenir les ambitions budgétaires.

Autoroutes : une hausse moyenne des prix de 3% en 2024

Les tarifs des péages sont revus chaque année au 1er février. Le ministère des Transports avait annoncé en novembre 2023 une augmentation inférieure à 3 % en moyenne en 2024, après 4,75 % en 2023 et 2 % en 2022. Plusieurs arrêtés publiés au Journal officiel du 31 janvier confirment une hausse autour de 3 % sur les principaux réseaux autoroutiers, selon service-public.fr.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.95
couvert
le 25/02 à 12h00
Vent
4.23 m/s
Pression
1003 hPa
Humidité
53 %