Un dermatologue bisontin alerte sur les dangers du "blackout tattoo"…

Publié le 30/01/2022 - 18:10
Mis à jour le 30/01/2022 - 18:10

Le Dr Hervé Van Landuyt, dermatologue et attaché au CHU Minjoz au « plateau technique laser » à Besançon, met en garde ce mois de janvier 2022 contre les dangers liés au tatouage appelé « blackout tattoo » qui consiste a se recouvrir une partie du corps d’encre noire…

 © asfoder
© asfoder

Devenue populaire grâce notamment aux réseaux sociaux, cette nouvelle tendance tatouage n’est pas sans danger, tient à alerte le dermatologue Hervé Van Landuyt. 

  • Souvent utilisé pour recouvrir d’anciens tatouages, le "blackout tattoo" laisse, selon lui, passer une importante quantité d’encre dans le sang, le système lymphatique et les ganglions.

"Selon le Women's Health Magazine, les recherches montrent également que le corps métabolise une petite partie du pigment de tatouage, qui peut ainsi se dissoudre dans l'eau et être transporté dans les ganglions lymphatiques, ce qui peut provoquer un durcissement des tissus. Cela pourra facilement être considéré comme une tumeur cancéreuse", prévient le dermatologue.

Des agents possiblement "cancérigènes"

Hervé Van Landuyt indique également que ce type de tatouage est généralement constitué d'encres à base de carbone. Il apporte toutefois une nuance : "il est possible que l'encre noire contienne également des hydrocarbures aromatiques polycycliques et du benzo (a) pyrène (BaP), suspectés d'être des agents cancérigènes". 

"Plus le volume d'encre dans votre corps est élevé, plus vos chances de subir les conséquences négatives de cette substance nocive sont grandes…", Hervé Van Landuyt.

En outre, certaines encres de tatouage peuvent également "contenir des ingrédients nocifs", prévient-il (tels que le cobalt et l'étain au chromate). "Ces derniers ne devraient pas être présents dans votre corps. Autrement dit, plus le volume d'encre dans votre corps est élevé, plus vos chances de subir les conséquences négatives de cette substance nocive sont grandes… ", alerte le dermatologue. 

Des perturbations sur les analyses IRM

Les analyses réalisées par imagerie par résonance magnétique (IRM) pourraient, elles aussi, être perturbées : "L'encre noire contient de l'oxyde de fer, il sera donc difficile pour un scanner IRM de fonctionner et de produire une numérisation précise. La zone avec une peau tatouée de noir de jais peut également gonfler ou être chaude comme une brûlure lorsqu'elle est numérisée par IRM", explique-t-il. 

Un suivi de la peau "impossible"

Hervé Van Landuyt s’inquiète également du suivi de la peau des personnes présentant cette sorte de tatouage. Selon lui, le dépistage des cancers est ensuite "difficile voire impossible". 

Pas de traitement ablatif

"On ne peut faire un "dé-tatouage" circulaire dans le cadre d‘une même séance (risque syndrome des loges). Cela implique des mois de traitement par laser et un cout très important. Ce traitement sera encore plus difficile s’il s’agit d’un tatouage de recouvrement sur d’anciens tatouages", explique le dermatologue.

  • Pour conclure, le dermatologue met une nouvelle fois en garde "tatouez le "blackout tattoo " n’est pas recommandé par les dermatologues laseristes.  Il existe des risques pour votre santé". 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

L’Assemblée vote l' "accès direct " des patients à des infirmiers : " un retour au XIXe siècle " selon des médecins à Besançon

L'Assemblée nationale a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi l'ouverture d'un "accès direct" des patients aux infirmiers en pratique avancée (IPA), l'une des mesures d'une proposition de loi sur l'accès aux soins vivement critiquée notamment par le collectif Médecin pour demain à Besançon.

L’œil de la Diet : la galette de riz, est-elle si bonne pour la santé ?

CONTRIBUTION • On la croyait bonne, quoiqu'un peu "polystyrèné", on la croyait top pour la santé et la perte de poids, on la croyait efficace... Ce mois de janvier 2023, Valentine Caput, diététicienne à Besançon, nous parle de la galette de riz, ce trophée de l’innovation à la sauce… supercherie.

Hiver très doux : Atmo Bourgogne Franche-Comté commence déjà ses prélèvements polliniques dans l’air !

En raison d’un hiver particulièrement doux, certains arbres ont déjà démarré leur période de pollinisation en Bourgogne-Franche-Comté. Les premiers prélèvements pollinique ont donc démarré plus tôt que d’habitude pour Atmo BFC, avec la remise en service des capteurs le lundi 9 janvier dernier. Les premiers résultats sont attendus pour ce vendredi 20 janvier.

En BFC, les chutes des personnes âgées représentent près de 8.000 hospitalisations et 600 décès par an

L’Agence Régionale de Santé, le Pôle de gérontologie et d’innovation (PGI) Bourgogne-Franche-Comté et la Carsat sont mobilisés dans le plan antichute des personnes âgées, lancé officiellement à l’échelle régionale, ce jeudi 12 janvier 2023 à Dijon.

Médecins libéraux : la grève continue en cette " semaine du burn out "

La grève des médecins portée par le collectif Médecins pour Demain continue, selon un communiqué du 9 janvier 2023, sous la forme d'une grève de la PDSA (permanence des soins ou grève des gardes), dont on a moins parlé que la fermeture des cabinets. Elle dure depuis le début du mois de décembre 2022 et sollicite les services de l'Etat dans des processus de réquisition quotidiens.

Les arrêts maladie Covid sans jour de carence prolongés jusqu’à fin 2023

Les salariés positifs à la Covid-19 et qui ne peuvent pas télétravailler peuvent bénéficier d'arrêts maladie indemnisés sans vérification des conditions d'ouverture de droits et sans délai de carence. Les indemnités journalières pour ces salariés ainsi que pour les agents publics malades de la Covid-19 sont versées dès le premier jour d'arrêt et jusqu'au 31 décembre 2023 au plus tard.

Bourgogne Franche-Comté : le Covid se replie, la grippe et la bronchiolite restent en phase épidémique

Si le Covid, la grippe et les bronchiolites amorcent un ralentissement dans la région en cette première semaine de l'année 2023, le niveau de circulation de ces virus reste élevé. Dans un communiqué du 6 janvier, l'ARS Bourgogne Franche-Comté appelle la population à contribuer à réduire la pression sur le système de santé, "avec les gestes simples de la vie quotidienne et la vaccination".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.14
couvert
le 27/01 à 18h00
Vent
3.13 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
77 %