Un procès pour blanchiment lié à l'acquisition d'un château en Bourgogne...

Publié le 08/11/2022 - 08:23
Mis à jour le 08/11/2022 - 11:00

Le procès du financement obscur de l'achat du château de La Rochepot, joyau de la Bourgogne, s'est ouvert lundi 7 novembre 2022 à Nancy où sept personnes, dont quatre Ukrainiens, vont devoir s'expliquer durant deux semaines sur un montage financier particulièrement opaque.

 © Château de La Rochepot/Facebook
© Château de La Rochepot/Facebook

La présidente, Brigitte Roux, a commencé par rappeler le contexte international dans lequel se tient ce procès, demandant aux différentes parties de "laisser à l'extérieur de la salle d'audience toute autre préoccupation" pour se concentrer "sur le droit", même si chacun a "en tête les événements" actuels en Ukraine.

Les sept prévenus, parmi lesquels quatre Ukrainiens, une avocate française et un ressortissant moldave, sont accusés de blanchiment en bande organisée pour avoir en 2015 acheté le château, l'hôtel du village de Côte-d'Or et une Rolls Royce, pour plus de 3 millions d'euros, avec des fonds provenant d'une escroquerie commise en 2015 en Ukraine, selon l'accusation.

12 millions d'euros

Le principal prévenu, Dmitri Malinovsky, gilet gris sans manche,  fines lunettes, cheveux teints et gominés, aurait soutiré plus de 12 millions d'euros à une société de fertilisants (Dreymoor) dont le siège est à Singapour et dont l'actionnaire majoritaire est un ressortissant russe. La société s'est constituée partie civile. M. Malinovsky s'était ensuite fait passer pour mort en Ukraine, et vivait en France "sous de fausses identités".

D'après les faits reprochés lus par la présidente, les fonds pour l'achat du château ont été mis à disposition par une des prévenues, Olga Kalina, ex-maîtresse de Dmitri Malinovsky, qui a ensuite été remboursée sur son compte en Suisse par cinq sociétés offshore disposant de comptes bancaires en Lettonie et en Estonie.  Ce qui est contesté par l'avocat d'Olga Kalina, Me Stéphane Bonifassi.

Me Charlotte Plantin, qui défend la société Dreymoor, affirme quant à elle avoir "reconstitué" le circuit de blanchiment d'une partie de l'argent, qui établit un lien entre les fonds de son client et ceux utilisés pour acheter le château.

Avec l'argent de la caisse du château

Premier prévenu interrogé, Alexandru Arman, ressortissant moldave arrivé en France en janvier 2015, a expliqué à la cour avoir travaillé comme chauffeur pour Dmitri Malinovsky, sans contrat de travail et payé en liquide. Il ne connaissait son patron que sous le prénom "Rodolphe". Ce qu'a nié M. Malinovsky, qui a affirmé s'être présenté comme "Dmitri" dès l'embauche de M. Arman en mai 2015.

M. Arman est ensuite devenu gérant en 2016 de la SARL qui s'occupait de l'exploitation touristique du château: pour lui, c'est M. Malinovsky qui lui donnait des "instructions" via un téléphone dédié, et lui demandait de payer des dépenses personnelles - dont des notes d'hôtels et de restaurants de luxe où il se rendait avec Olga Kalina, alors sa maîtresse - avec l'argent de la caisse du château.

Des allégations niées par le principal prévenu, qui s'est toujours défendu d'être le propriétaire des lieux.

Infos +

Saisi par la justice en 2018, le château de La Rochepot est depuis fermé et vide : les meubles ont été vendus l'an dernier lors d'une vente aux enchères à Beaune. Un "crève-coeur" pour les habitants de cette commune de Côte d'Or, qui voyaient défiler quelque 30.000 touristes par an grâce au château.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Statue de Victor Hugo vandalisée : l’un des auteurs explique que " la couleur de peau n’était pas respectée "

Ce vendredi 25 novembre, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a convié la presse à la bibliothèque du palais de justice, suite aux dégradations commises ces derniers jours sur les statues de Victor Hugo et de "L’homme et l’enfant" pour évoquer l’interpellation de deux suspects.

Un ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon confesse des " gestes déplacés " envers une jeune femme

Aujourd’hui âgé de 81 ans et en retraite, Mgr Jean-Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg, ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon, a reconnu avoir eu des "gestes déplacés" envers une jeune femme majeure en 1985. Une enquête est ouverte par la justice pénale et la justice canonique.

Blanchiment lié à l’acquisition d’un château : l’accusé nie s’être fait passer pour mort

Une arrivée "rocambolesque" en France et une mémoire parfois sélective : le principal prévenu dans l'affaire de blanchiment liée à l'achat du château de la Rochepot, en Côte-d'Or, s'est expliqué durant la deuxième journée d'audience, tentant de se défausser sur ses co-prévenus et de brouiller les pistes, mardi 8 novembre à Nancy.

Besançon : Christine Bouquin réagit à l’interpellation de l’ex-directeur de l’Adat

Lundi 17 octobre, Daniel Benazeraf, ancien directeur de l'Agence départementale d’appui aux territoires (Adat), son ex-épouse et la secrétaire comptable de l’agence ont été interpellés après dix mois d’enquête par la police judiciaire de Besançon. 127.000 € de fonds publics ont été détournés. Deux jours après, ce mercredi, la présidente de l’Adat et du Département du Doubs Christine Bouquin a tenu a réagir par voie de communiqué de presse.

Besançon : 127.000 € de fonds publics détournés, l’ex-directeur de l’Adat encourt 7 ans de prison

Le procureur de la république de Besançon est revenu, lors d’une conférence de presse ce mardi 18 octobre, sur la récente arrestation de l’ancien directeur de l’Agence départementale d’appui aux territoires (Adat) dans le cadre d’une enquête préliminaire de détournement de fonds public et d’abus de confiance. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.06
nuageux
le 02/12 à 9h00
Vent
1.64 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
87 %