Une mutuelle pour les personnes défavorisées lancée par des ex-salariés de DIM et d'une fonderie en Bourgogne

Publié le 30/07/2014 - 13:37
Mis à jour le 30/07/2014 - 13:40

D’anciens salariés de DIM et de la Fonderie d’Autun (Saône-et-Loire), fermée en 2002, ont créé une association favorisant l’accès à une assurance santé complémentaire, qui propose des tarifs attractifs aux personnes défavorisées, a-t-on appris mercredi 30 juillet 2014 auprès de l’association.

 ©
©

L'Association Inter-Entreprises locales d'Entraide sociale (Ailes) est née d'un projet initié en 2007 par d'anciens salariés de la Fonderie d'Autun et de DIM, qui se sont regroupés pour bénéficier de prestations sociales garantissant des tarifs compétitifs.

Leurs deux mutuelles sont tombées d'accord pour proposer, depuis début juillet, une offre commune caractérisée par des tarifs "de 15 à 25% moins chers que ce qui est généralement proposé", selon le président de l'association, Frédéric Besacier. "Elle garantit de bons niveaux de remboursements à tous ses adhérents", a-t-il déclaré, précisant : "Tout le monde aujourd'hui doit être convenablement couvert et il n'est pas question de vendre des prestations au rabais".

Les cotisations mensuelles varient de 25 euros à 115 euros

Cette offre réunit quatre niveaux de garanties d'assurance santé dont les coûts sont définis selon l'âge des adhérents et les prestations choisies. Les cotisations mensuelles varient de 25 euros à 115 euros, pour la formule la plus complète.

Ailes s'adresse à tous "mais surtout aux étudiants, aux retraités à faibles revenus et aux personnes défavorisées socialement", a expliqué Jérémy Pons, conseiller chez Mutuelles de France Plus, partenaire de Ailes.

Cette offre de tarifs préférentiels est une spécificité: "c'est à la fois technique grâce à la loi des grands nombres mais c'est aussi l'aspect social de notre mutuelle", a-t-il dit, ajoutant que Ailes est la seule association "aussi sociale" avec laquelle est associée Mutuelles de France Plus.

Dans les locaux de l'association à Autun, Françoise, 59 ans, a expliqué sa situation : "Mon mari sera bientôt à la retraite et avec 1.420 euros de revenus par mois pour nous deux, on ne pourra pas payer les 237 euros pour bénéficier de notre mutuelle actuelle", tandis que Ailes lui a estimé une cotisation comprise "entre 170 et 200 euros" pour des prestations équivalentes."Il est indispensable d'avoir une mutuelle, c'est une obligation, à notre âge", a-t-elle assuré.

Près d'un mois après son lancement, ce sont principalement des retraités qui se sont adressés à Ailes, selon M. Pons, qui prévoit que prochainement des demandeurs d'emploi pourraient pousser la porte de l'association. "Le bouche à oreille est en train de se lancer", a-t-il observé.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Look, nouvelle collection, arrivée du printemps… Quoi de 9 chez IZAC ?

QUOI DE 9 ? • Pour la troisième année consécutive, Julie, Benjamin et Lucas se tiennent à votre disposition pour vous habiller, au quotidien mais aussi pour vos évènements festifs, printaniers et estivaux. À l’occasion de l’arrivée de la nouvelle collection, ils vous présentent une sélection de quatre tenues.

Découvrez le nouveau parcours client de la Cour des Matériaux de Leroy Merlin Besançon !

QUOI DE NEUF ? • L’équipe de Leroy Merlin à Besançon est fière de vous annoncer l'ouverture tant attendue de son tout nouvel espace dédié aux matériaux chez Leroy Merlin. Après de longs mois de travail et de réflexion, Leroy Merlin est ravi de vous présenter ce nouveau chapitre de son histoire.

Digital Surf recrute, soyez aux avant-postes de l’analyse microscopique

PUBLI-INFO • Envie de travailler pour la NASA ou pour la Silicon Valley ? C’est possible à Besançon au sein de Digital Surf, une pépite de l’industrie et de la recherche scientifique mondiale. Découvrez ici le produit qui porte son succès, les postes à pourvoir et postulez pour intégrer les équipes du leader mondial du logiciel de l’analyse des surfaces microscopiques.

Les commerçants de Besançon invités à participer à une nouvelle animation au centre-ville

L’Union des commerçants de Besançon (UCB) lance un nouveau projet d’animation dédié à la (re)découverte du centre-ville baptisé "Bonjour". Pour cette première édition qui aura lieu le 1er juin 2024, l’initiative est gratuite et ouverte à tous les commerçants du centre-ville de Besançon, adhérents ou non adhérents à l’UCB. 

La Ville de Besançon veut développer de nouveaux lieux culturels

Lors du prochain conseil municipal qui se tiendra ce jeudi 4 avril 2024 à Besançon, les élus seront notamment appelés à débattre du souhait de réhabiliter deux sites bisontins pour en faire des lieux d’accueil culturels. Il s’agit de la grande halle du site des Prés-de-Vaux et du hangar aux manoeuvres de la Citadelle. 

Effondrement rue de Vesoul : les commerçants demandent une aide exceptionnelle au Département du Doubs

Suite à l’effondrement d’une partie de la rue de Vesoul à Besançon le 25 février dernier, les commerçants ont vu leur chiffre d’affaires dégringoler… Un collectif a même été créé sous l’impulsion de Vincent Morel, gérant du magasin indépendant Bazarland. Ce mois d’avril 2024, il lance un appel au Département du Doubs…

La Ville de Besançon avance un budget “robuste” pour 2024

Alors que l’État français doit actuellement faire face à une crise des finances publiques, la Ville de Besançon assure de son côté conserver un modèle "robuste" de gestion financière comme l’a détaillé ce mercredi 3 avril en conférence de presse Anthony Poulin l’adjoint en charge des finances de la Ville de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 23.19
couvert
le 13/04 à 15h00
Vent
2 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
51 %