Une nouvelle version de l'application de traçage StopCovid lancée le 22 octobre

Publié le 12/10/2020 - 14:19
Mis à jour le 15/10/2020 - 16:55

Une nouvelle version de StopCovid, l'application française de traçage des malades du coronavirus, sera lancée le 22 octobre, après l'échec relatif de sa première mouture, a annoncé ce lundi 12 octobre 2020 le Premier ministre Jean Castex sur Franceinfo.

 ©
©

StopCovid, sous sa forme actuelle, a été installée plus de 2,6 millions de fois depuis début juin, soit bien moins que les applications britanniques et allemandes, téléchargées respectivement 16 et 18 millions de fois. Selon des chiffres gouvernementaux la semaine passée, seulement 7.969 personnes s'y sont déclarées comme étant positives, et 472 notifications ont été envoyées à de potentiels cas contacts.

Et le Premier ministre lui-même avait admis sur un plateau de télévision fin septembre ne pas avoir téléchargé l'application, plaidant a posteriori "l'honnêteté". "J'ai pris un portable sécurisé, donc je n'ai pas téléchargé téléCovid (sic)", a-t-il déclaré lundi, reconnaissant que l'application n'avait "pas eu les effets escomptés".

"Le gouvernement, le président de la République, ont demandé à travailler sur une nouvelle version qui sera officiellement lancée le 22 octobre et donc à ce moment-là je la téléchargerai", a-t-il ajouté.

Le secrétaire d'Etat chargé du numérique Cédric O avait admis la semaine passée devant le Sénat que l'application marchait "mal". "Si nous voulons relancer l'application, nous avons besoin de trouver des relais et des alliés. (...) Si les professions médicales estiment que c'est utile, alors elles doivent le dire", avait-il insisté, notant "le manque de confiance" dont souffre la parole politique.

Une nouvelle société doit remplacer fin octobre le français CapGemini qui travaillait jusqu'alors gratuitement comme chef de projet. Elle sera désignée via une procédure d'appel d'offres, et le plafond mensuel de dépenses liées à l'application augmentera, de 100.000 euros aujourd'hui à "probablement autour de 200.000 euros", a indiqué Cédric O.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : entre progression de l’épidémie et poursuite de la vaccination…

La persistance d’une progression de l’épidémie dans notre région en dépit des mesures de protection mises en place et alors que la campagne de vaccination se poursuit est "un signal d’alerte", prévient l'ARS Bourgogne Franche-Comté ce 16 avril 2021. Elle rappelle l'importance de "ne pas céder au découragement" et de "rester mobilisés" en respectant les gestes barrières.

Vaccination : des créneaux réservés pour certains professionnels de plus de 55 ans

Dès ce week-end • Jean Castex a annoncé ce jeudi 15 avril que des centres de vaccination allaient ouvrir dès samedi des "créneaux dédiés" pour les enseignants et professionnels de la petite enfance de plus de 55 ans, mais aussi les policiers, gendarmes, surveillants pénitentiaires et autres professions particulièrement exposées au Covid-19.

Écoles, terrasses, musées : Macron maintient son calendrier de réouverture

Emmanuel Macron a indiqué, jeudi 15 avril au soir, à une quinzaine de maires, qu'il comptait toujours rouvrir les musées et les terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", selon plusieurs participants à cette visioconférence. Des réouvertures territorialisées pourraient-être envisagées.

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100.000 morts

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l'Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines. Dans la région, 4.438 décès ont été enregistrés depuis le 20 mars 2020. En moyenne, sur les sept derniers jours, 15 personnes meurent chaque jour de la Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté.

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.98
nuageux
le 19/04 à 21h00
Vent
0.66 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
97 %

Sondage