Alerte Témoin

Une simulation du Modem pour sauver Camponovo Besançon

Publié le 27/07/2012 - 16:54
Mis à jour le 24/05/2016 - 10:04

Dans un communiqué, les Modem Julie Baverel et Philippe Gonon présicent leurs pensées pour sauver "Campo". Ils estiment que la Ville doit se positionner immédiatement comme "le déclencheur d’une reprise dynamique et opérationnelle" au risque de perdre "sa seule bibliothèque scolaire et universitaire". Pour le parti centriste, le mois d'août s'annonce crucial. Le Modem préconise notamment une  une dissociation murs - fonds de commerce et s'en explique. 

dsc_8825.jpg
Une manifestation de soutien le 30 mai 2012 dans les rues de Besançon © carvy

plan de sauvetage

"Si aucun repreneur sérieux ne se positionne en aout, l’entreprise sera au bord du dépôt de bilan" estiment les deux élus Modem de Besançon en se posant la question de savoir si ce n'est pas finalement ce que cherche peut-être le repreneur “mystere de Pontarlier ” qui attend que la valeur du fonds soit proche de zéro.

"A Dijon, les salariés ont été licenciés, la librairie est vide de tout livre et ses portes sont  fermées désormais. C’est cela que l’on cherche à Besancon ? Je ne peux un seul instant envisager qu’un esprit machiavélique ait pensé à préparer la venue de la FNAC sur l’ilot Pasteur...

 Simulation de reprise 

Le Modem propose pour la poursuite de l'activité de la librairie basé sur une dissociation murs/fonds de commerce"Avocats et notaires de la place pourront monter ce dossier en quelques jours".

1. Portage des murs par une SEM (société d'économie mixte) 

 Une des SEM opérant sur le territoire de la ville rachète les murs (1500 m2 environ)  pour une valeur d’un million d’euros ( soit 666 euros le m2) , avec la garantie ville et CAGB. 1 million d’euros   prêté à 3.2 % sur 10 ans représente pour la SEM un remboursement annuel  de 119 000 euros

La SEM loue à la société d’exploitation du fonds Camponovo les bâtiments pour un loyer annuel (équivalent au remboursement du prêt) de 120 000 € HT , soit 10 000 euros par mois.

"A supposer par malheur que Camponovo ne puisse poursuivre son activité, la SEM aura dans son portefeuille un bâtiment remarquablement placé et qu’elle pourra , soit revendre avec une plus value, soit loué au prix de marché. Le marché du tertiaire sur Besancon est variable bien sur selon les secteurs mais on peut estimer à minima le coût de la location d’un m2 mensuel à 12.50 € HT , ce qui devrait représenter un loyer de 18 750 € HT par mois . Les finances publiques, que ce soit en capital ou en rendement, seront largement préservées".

2. Rachat du fonds de commerce par une sodex

Une société d’exploitation (société commerciale, SCIC...) sera constituée pour la gestion du fonds de commerce estimé à 550 000 € ( et sans doute moins chaque jour) et négocié à la moitié de sa valeur.

Cette SODEX sera dotée d’un capital de 500 000 euros répartis comme suit :

  •     150 000  € des salariés ( 3 200 euros par salarié)
  •     150 000 € de la ville
  •     100 000 € de la CAGB
  •     50 000 € de la région
  •     50 000 € du département

Ce demi-million d' euros constituerait en fait selon le Modem une trésorerie permettant de racheter le fonds,  réamorcer le rachat de livres, payer les premiers salaires, etc. 

"La principale difficulté réside dans la recherche d’un libraire-gestionnaire : existe il en interne, doit on aller le chercher à l’extérieur de Camponovo ? C’est la seule variable , mais o combien importante, pour l’avenir de la société. Pour le reste, ce montage ne devrait pas poser de véritables difficultés et le prix est faible pour nos collectivités toutes soucieuses de sauver cet élément du patrimoine culturel et universitaire bisontin".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

camponovo

Un restaurant à la place de Camponovo côté Grande Rue

Alors que Liberty Gym vient d'ouvrir ses portes rue Jean-Jacques Rousseau à l'arrière des  anciens locaux de l'ex librairie Camponovo, un restaurant d'une chaine nationale devrait s'installer dans les 200 m² du rez-de-chaussée et du premier étage donnant sur l'angle de la Grande rue à Besançon. Ouverture espérée avant la rentrée 2018.

Début du chantier de l’ex-librairie Camponovo

Le chantier de transformation de l’ex-librairie Camponovo à Besançon va démarrer cette semaine. Inoccupés depuis fin 2012, les 1.800 m2 de surface vont être transformés et devraient notamment laisser la place à un magasin bio.

Campo : remerciements des salariés licenciés

C’est par un communiqué de remerciements que les 39 salariés licenciés de la librairie Camponovo ont souhaité s’adresser aux personnes qui les ont soutenues tout au long du conflit qui les a opposés à leur propriétaire Jean-Jacques Schaer.

Campo fermo !

On dit une école qui ferme c'est une prison qui ouvre et une librairie qui s'en va c'est quoi ?

La dernière page de Camponovo se referme

Sans grande surprise, la nouvelle est tombée ce lundi matin à 11h : la librairie Camponovo du centre-ville  est en liquidation judiciaire. A la sortie du  tribunal de commerce de Besançon, plusieurs employés  étaient partagés entre soulagement et colère. Les 39 salariés de la librairie vont être licenciés d'ici 15 jours. 

Camponovo en redressement judiciaire : réaction d’une déléguée du personnel

Toujours l’attente. Les délégués du personnel et le patron de Camponovo Jacques Schaer arrivé avec un nouveau plan, étaient convoqués ce lundi matin au tribunal de commerce de Besançon. Le président a placé la librairie en redressement judiciaire avec une période d’observation de six mois. En attendant les salaires du mois de septembre n’ont toujours pas été versés. Ecoutez la réaction de Florence Galiana, déléguée du personnel et qui représente les 39 salariés de la librairie bisontine.

Les salariés de Camponovo attendent leurs salaires…

Les payes du mois de septembre ne sont toujours pas tombées. Un mois après la fermeture de la librairie de Besançon et dans l’attente d’un dépôt de bilan, les délégués soutenus par le personnel ont déposé une requête devant le tribunal de commerce pour non paiement des salaires. Ils ont également alerté l’inspection du travail et le parquet de Besançon.

Culture

Les warm-up du BBRBU pendant le mois d’août 2020 à Besançon !

Publi-info • Afin de sensibiliser le grand public à la situation des bars, restaurants et discothèques de Besançon en cette période de crise du Covid-19, l'association Bars Boîtes Resto de Besac Réunis (BBRBU) organise, en partenariat avec l'Union des commerçants de Besançon et Grand Besançon Métropole, quatre week-ends d'animations place Granvelle au mois d'août 2020…

Le No Logo Festival dévoile les premiers noms de son édition 2021 pour « se projeter dans l’avenir »…

L’équipe d’organisation du No Logo Festival confirme ce vendredi des nouveaux noms pour l’affiche de l’édition 2021. "Une manière de se projeter dans l’avenir à quelques jours de la fin de la campagne de soutien «Tous Unis pour Écrire la Suite» lancée le 9 juin dernier", précise l'équipe.

Le festival Les Petites Fugues propose une programmation « resserrée » en novembre 2020

L’Agence Livre & Lecture Bourgogne-Franche-Comté organise chaque année le festival littéraire itinérant Les Petites Fuguesproposant deux semaines de rencontres littéraires dans toute la région. Elaboré dans le contexte de crise sanitaire de la Covid-19, le festival se réinvente cette année autour d’une programmation resserrée du 16 au 28 novembre 2020...

Besançon : le festival du BBRBU, prévu début septembre 2020, est reporté

L'association des Bars Boîtes et Restos de Besac Unis (BBRBU) prévoyait la création d'un festival en plein centre-ville de Besançon les 4, 5 et 6 septembre prochains pour permettre à l’ensemble des établissements adhérents de "générer d’urgence la trésorerie". Malheureusement, La Rêv'olution du BBRBU est reportée ultérieurement suite à une décision prise en préfecture le 21 juillet.

« Concerts debouts » : plus de 1.500 structures signent une lettre ouverte au gouvernement

Depuis le 17 mars dernier, les festivals, les salles de concerts et de spectacles sont toujours fermés au public. Aujourd'hui, personne ne sait quand ils pourront rouvrir, le gouvernement reste vague sur ce sujet. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont menacés. 1.500 structures et artistes ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander "des perspectives claires et cohérentes en vue de la réouverture des salles de concerts".

Une philosophe et un metteur en scène francs-comtois publient un biface consacré au marquis de Jouffroy d’Abbans…

Julien Lopez, metteur en scène pour la compagnie La Gouaille et Véronique Febvre-Charlot, historienne pour la compagnie Passeurs d'histoires, ont concilié leur passion et métier respectifs pour éditer un livre biface (historique d'un côté, pièce de théâtre de l'autre) consacré à l'histoire tumultueuse du marquis de Jouffroy d'Abbans. Pour la première fois, une pièce de théâtre sur le marquis est publiée… Sortie prévue en septembre 2020. Rencontre.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     11.6
    peu nuageux
    le 05/08 à 0h00
    Vent
    1.52 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    96 %

    Sondage