Une trentaine d'infirmier.eres de bloc opératoire manifeste au CHU de Besançon

Publié le 07/11/2019 - 10:51
Mis à jour le 07/11/2019 - 11:53

Suite à l’appel à la grève nationale de l’Union syndicale des associations d’infirmie.eres de bloc opératoire diplômé.es d’Etat (Unaibode) dont le Syndicat national des infirmiers de bloc opératoire (Snibo), une trentaine d’infirmier.eres de bloc opératoire (Ibode) s’est rassemblée jeudi 7 novembre 2019 sur le parvis du CHU de Besançon. Pourquoi les Ibode sont-ils en grève ? Réponses…

Les infirmier.eres de bloc opératoire sont les assistants du chirurgien. Leur travail consiste à réaliser au quotidien "des actes d'une particulière technicité et sont les garants de la sécurité et de l'hygiène dans les blocs opératoires" est-il rappelé dans un communiqué de presse.

Depuis quatre ans, les Ibode disent subir "les incohérences du ministère de la Santé qui organise un flou volontaire sur les problématiques soulevées par les responsables des syndicats Unaibode et Snibo". Durant cette période, les Ibode ont vu deux reports et un recours en Conseil d'État de leurs actes exclusifs, pourtant reconnus par le décret du Premier ministre du 27 janvier 2015.

Face à ces incohérences, "vécues comme un profond manque de respect envers les professionnels des blocs opératoires", la mobilisation des Ibode devenait "inéluctable" précise Anne, infirmière de bloc opératoire diplômée d'État.

Les Ibode dénoncent également la mesure 8 du plan pour sauver les urgences, présenté par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, visant à autoriser de suturer et de pratiquer des immobilisations comme les plâtres. Cela a été vécu "comme par un affront supplémentaire par les Ibode". Selon eux, la ministre autorise ainsi "la pratique d'actes spécifiquement dédiés à des spécialistes qui ont une formation spécifique."

Les revendications :

  • "L'application pleine et entière du décret d'actes (Décret 2015-74 du 27 janvier 2015). Cette exclusivité d'exercice est une preuve supplémentaire de la compétence et de l'expertise des Ibode dans la pratique de la suture et dans la réalisation de l'immobilisation de fracture. Le pacte de "refondation des urgences" présenté par la ministre de la Santé, prévoyant la mise en place de protocoles de coopération est une atteinte à notre champ de compétence." 
  • "Une prime spécifique suite à l'obtention de nos actes exclusifs." 
  • "Des grilles indiciaires décentes dans les établissements privés et publics (une reconnaissance indiciaire à Bac + 5) et le dégel du point d'indice des fonctionnaires."
  • "Une nouvelle bonification indiciaire de 30 points : les Ibode sont les seuls acteurs du bloc opératoire à ne pas percevoir la NBI. Notre fonction comporte l'exercice d'une responsabilité particulière et d'une haute technicité majorée par nos actes exclusifs." 
  • "La reprise active de la réingénierie de notre formation (entamée depuis plus de 10 ans, arrêtée depuis un an)."
  • "Un véritable plan de formation (École d'Ibode ou VAE) des Infirmier.eres en soins généraux (IDE) en fonction dans les blocs opératoires dans les établissements de santé publics et privés." 
  • "Une reconnaissance de la pénibilité de notre profession et de la dégradation des conditions de travail dans les blocs opératoires."
  • "Les étudiants infirmiers de bloc opératoire revendiquent l'homogénéisation de la prise en charge de la formation Ibode, la suppression des 2 ans d'exercice infirmier pour accéder à la formation Ibode."

Infos +

  • Un rassemblement d'infirmier.eres de bloc opératoire est prévu à 14 heures ce jeudi devant l'ARS, 3 avenue Louise Michel à Besançon.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Un collectif régional de médecins volontaires pour réduire le temps d’attente d’un certificat de décès

Le collectif porté par l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecin Libéral en Bourgogne-Franche-Comté est opérationnel depuis le début de l’année 2024. Il permet une voie de recours en cas d’absence de solution pour établir un certificat de décès. 

Mauvais goût de l’eau au centre ville de Besançon : des analyses “temporairement renforcées”

Suite à un incident technique survenu lundi soir sur la station de production d’eau de Chenecey Buillon, les équipes d’astreinte du service de l’eau ont dû modifier les conditions de production et distribution de l’eau alimentant le centre-ville de Besançon

Prévention solaire des dermatologues francs-comtois : “Où que tu sois, du soleil méfie-toi !”

Avec la météo et les températures actuelles, le premier réflexe que l’on a le matin n’est surement pas celui de s’appliquer de la crème solaire avant de partir travailler. Et pourtant… les dermatologues de Franche-Comté, Caroline Biver-Dalle et Hervé Van Landuyt associés à la Ville de Besançon ont rappelé au cours d’une conférence de presse mardi 11 juin 2024 les dangers liés à l’exposition solaire qui ne surviennent pas uniquement lors d’une séance de bronzage...

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.11
légère pluie
le 21/06 à 21h00
Vent
2.46 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
90 %