Valls et Sapin réaffirment l'objectif d'un déficit au-dessous de 3% du PIB en 2017

Publié le 26/02/2015 - 09:01
Mis à jour le 26/02/2015 - 09:01

Le Premier ministre Manuel Valls et le ministre des Finances Michel Sapin ont réaffirmé mercredi l'objectif de réduire le déficit public de la France au-dessous de 3% du PIB en 2017, après le nouveau délai de deux ans accordé à Paris par la Commission européenne.

valls_najat_vallau_temis-052.jpg
©damien poirier

"L'objectif est donc bien de passer sous la barre des 3% en 2017, à notre rythme et en privilégiant toujours nos priorités: l'éducation, le soutien aux entreprises, la transition écologique et par ailleurs des mesures pour la sécurité de nos concitoyens", a précisé le Premier ministre. Il a par ailleurs assuré que la France était "en train de se bouger"."L'objectif que je poursuis est bien de réformer le pays, non pas parce que les autorités européennes nous y obligeraient" mais "parce qu'il en va de l'avenir du pays", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Interrogé sur le délai octroyé par Bruxelles, il a souligné que c'était "conforme à la trajectoire de finances publiques que nous nous sommes fixée (...) qui a d'ailleurs été validée par le Parlement l'année dernière".

"Le message est clair (...) : la France est en train de se bouger grâce à l'action du gouvernement"

Et sur le programme de réformes structurelles attendues par le commissaire européen Pierre Moscovici, M. Valls a répondu qu'il ne voyait là "aucune contradiction avec les orientations que j'ai données à mon gouvernement". Réformer, "nous le faisons à notre rythme, avec nos priorités, avec la volonté de protéger bien sûr ceux qui sont le plus en difficultés(...) et de libérer les énergies de ce pays, parce que comme cela, nous serons en 2015 au rendez-vous de la croissance". "C'est la raison pour laquelle nous avons adopté le texte de loi sur la croissance et l'activité, c'est aussi la raison pour laquelle nous nous sommes réunis ici à Matignon avec les partenaires sociaux dans le but d'améliorer les conditions du dialogue, de le simplifier et le rendre plus efficace (...) et c'est la raison pour laquelle nous engageons un agenda social particulièrement ambitieux", a-t-il poursuivi, s'exprimant à l'issue d'une réunion avec syndicats et patronat sur ce thème. "Le message est clair (...): l'effort de réformes, l'effort de changement, l'effort de mouvement, la France est en train de se bouger grâce à l'action du gouvernement", a-t-il souligné.

Michel Sapin se félicite que la France ne soit pas sanctionnée

Michel Sapin a de son côté rappelé dans un communiqué que revenir sous les 3% était l'objectif "fixé dans la loi de finances pour 2015 et la loi de programmation pluriannuelle des finances publiques". Il a observé "la convergence des analyses" entre Paris et Bruxelles, "fruit d'un dialogue approfondi et confiant" et s'est félicité que la France ne fasse pas l'objet de sanctions. Il a rappelé que l'effort budgétaire structurel, c'est-à-dire provenant de la seule volonté politique sans intervention de la conjoncture, attendu à 0,5 point de PIB (environ 10 milliards d'euros) en 2015 par Bruxelles serait "respecté".

M. Sapin a aussi évoqué une possible reprise économique sous l'effet de la bonne conjoncture extérieure. "Avec un euro dont la valeur est aujourd'hui adaptée, avec des taux d'intérêts historiquement très bas, un pétrole dont le prix a considérablement baissé et un objectif de réduction des déficits réaliste, la France connaît un environnement économique positif susceptible de soutenir le retour de la croissance", a-t-il déclaré.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

L’opticien Atol s’installe pour la première fois dans le Grand Besançon !

PUBLI-INFO • Depuis mercredi 7 octobre 2020, un nouvel opticien s'est installé sur la zone commerciale Valentin sur une surface de 180 m2 : il s'agit d'Atol, mon opticien. Cette enseigne n'existait pas encore dans le Grand Besançon. Bertrand Andriot et son équipe vous accueillent et vous conseillent pour habiller vos yeux selon vos besoins et vos envies.

« France Relance » : quelles sont les premières entreprises retenues en Bourgogne-Franche-Comté ?

30 projets d'investissement productif • En visite ce jeudi 15 octobre 2020 à Dijon dans le cadre  du déploiement de "France Relance", Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance a salué les 30 premières entreprises de Bourgogne-Franche-Comté  lauréates du "Fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires". Les 30 projets représentent 20 millions d’euros de subventions d’État pour un total de 115 millions d’euros d’investissements dans la région.

L’aménagement des échéances fiscales et sociales pour les entreprises affectées par la crise sanitaire

Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes Publics, et Alain Griset, ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, ont échangé mardi 13 octobre 2020 avec les acteurs économiques sur les différents dispositifs de soutien aux entreprises, notamment en matière d’échéances fiscales et sociales.

IP-IP, une nouvelle coop digitale des entrepreneur.es du numérique en Bourgogne Franche-Comté

Les Coopératives d’Activité et d’Emploi (CAE) de Bourgogne Franche-Comté lancent une nouvelle filière pour accompagner les porteurs de projets et les entrepreneur.es du secteur du numérique régional dans un cadre coopératif et sécurisant. Créer un collectif d’entrepreneur.es numériques réunis sous un label commun, c’est le pari des CAE de Bourgogne - Franche-Comté concrétisé par la naissance de la Coop digitale IP-IP. Avec pour objectif de leur permettre de faire "plus vite, plus fort, plus grand"...

Un label pour payer les producteur "au juste prix" en Bourgogne Franche-Comté

En visite à la "Boucherie Comtoise" de Pouilley-les-Vignes, la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, a annoncé la création début 2021 d'un label consommateur pour valoriser les produits qui rémunèrent "au juste prix" les producteurs locaux ...

Jusqu’à 1000 euros de primes Covid attribuées par le conseil départemental du Territoire de Belfort

Le Département du Territoire de Belfort a connu, en cette année 2020, une crise sanitaire inédite et inattendue. Le président du conseil départemental du Territoire de Belfort, Florian Bouquet, a choisi d’attribuer des primes exceptionnelles aux agents ayant œuvré pendant le confinement. L’attribution de ces primes a été votée à l’unanimité à l’occasion de la séance publique du conseil départemental de mercredi 14 septembre 2020.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.36
couvert
le 20/10 à 18h00
Vent
1.75 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
70 %

Sondage