Vivien Desgrange produit de la spiruline paysanne à 5 minutes de Besançon

Publié le 20/09/2022 - 18:31
Mis à jour le 22/09/2022 - 16:40

Aux Bassins fermiers, situés à Fontain, Vivien Desgrange produit de la spiruline paysanne qu'il commercialise directement à la ferme, en ligne ou dans certains commerces du Grand Besançon.

Présentée comme « le meilleur aliment pour l’avenir » par l’OMS, la spiruline est « l’aliment idéal et le plus complet de demain » selon l’UNESCO. Très souvent confondue avec une algue, elle est en réalité une cyanobactérie c’est-à-dire une bactérie qui fonctionne comme une plante grâce à la photosynthèse. Elle pousse naturellement dans les lacs d’eau chaude en Inde, Afrique, Mexique ou encore au Pérou.

Oui mais voilà, en France, la majeure partie de la spiruline consommée est produite à l’étranger des des fermes industrielles avec une traçabilité quasiment nulle. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation encourage donc à consommer des produits locaux et issus de filières courtes. Alors pour préserver les qualités de la spiruline, des spiruliniers se sont mis à cultiver un peu partout en France ce superaliment. C’est le cas de Vivien Desgrange, « Bisontin depuis toujours » et producteur de spiruline paysanne à Fontain aux Bassins fermiers.

Une activité saisonnière pour respecter le cycle naturel de la spiruline

On l’utilise comme complément alimentaire pour ses propriétés antioxydants, ses protéines, vitamines, minéraux et oligoéléments ou encore pour lutter contre les carences en fer. « Elle permet de remettre à niveau ses besoins en fer notamment pour les femmes », elle est aussi très appréciée des végétariens et vegans « pour les vitamines comme la B12, la vitamine que l’on ne trouve que dans la viande ET dans la spiruline » nous explique le producteur des Bassins fermiers.

La culture de la spiruline est une « une activité saisonnière que l’on commence vers mars/avril jusqu’à début octobre environ ». Vivien Desgrange respecte ainsi le cycle naturel de la spiruline en concentrant sa production sur la belle saison et en privilégiant la vente le reste du temps. Le spirulinier a d’ailleurs déjà prévu de quoi s’occuper cet hivers puisqu’il compte « doubler la capacité de production en passant à 600 m2 de bassin pour que l’objectif soit d’arriver à entre 500 et 600kg de spiruline sèche par an ». 

À terme, Vivien Desgrange aimerait également permettre de faire de ses bassins fermiers un rendez-vous bien-être en mettant une partie de son hangar aménagé à disposition d’intervenants extérieurs pour y proposer des cours de yoga, sophrologie ou encore des ateliers de permaculture etc. 

Pour découvrir, les Bassins Fermiers, rendez-vous ce week-end à la ferme, dans le cadre des portes ouvertes. Au programme, visites et dégustations gratuites de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Infos +

Où trouver les produits des Bassins Fermiers : 

  • Vente à la ferme 
  • Vente sur le site internet : https://lesbassinsfermiers.fr
  • Vente dans les distributeurs/revendeurs du Grand Besançon : Place du local (Besançon), Ô Comtois gourmand (Pirey), Lulu mec et le lapin (Besançon), Biomonde Malouvière (Saône), Fruitière de Fontain.

Prix :
Cure d’essais : 1 sachet (100g) : 18€
Pour une cure complète d’environ 3 mois, comptez 3 sachets pour 50€.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Dépistage du cancer du sein : « 40 % des cancers peuvent être évités » selon le docteur Rymzhanova-Coste

Sur la période 2020 - 2021, le taux de participation au dépistage du cancer du sein s’élevait à 52,7 % en Bourgogne-Franche-Comté. Des chiffres plus élevés qu’à l’échelle nationale, mais toujours insuffisants selon le docteur Raouchan Rymzhanova-Coste, médecin directeur du centre de coordination du dépistage des cancers de la région, situé rue Paul Bert à Besançon.

Hôpital public : une action spéciale ce mercredi autour de « La mère et l’enfant » devant le CHU de Besançon

Le syndicat Sud Santé Sociaux du CHU de Besançon organise une action mercredi 28 septembre à 11h30 en soutien autour de la statue de « La mère et l’enfant » sur le parvis de l’établissement hospitalier. Objectif : soutenir l’hôpital public dont le CHU bisontin qui manque aujourd’hui de 300 infirmières et 150 aides-soignant(e)s, dénonce le syndicat dans un communiqué.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.66
ciel dégagé
le 05/10 à 15h00
Vent
5 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
58 %

Sondage