Yaourts et produits laitiers: l'association CLCV demande des recettes moins sucrées

Publié le 02/10/2021 - 08:30
Mis à jour le 28/09/2021 - 17:27

L’association de défense des consommateurs et des usagers CLCV a demandé cette semaine aux industriels d’« améliorer leurs recettes » de yaourts et desserts à base de lait qui « contiennent des teneurs en sucres parfois élevées », selon une étude publiée mardi.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

"La CLCV appelle les industriels et les distributeurs à améliorer leurs recettes en réduisant au maximum la quantité de sucre ajouté et l'utilisation d'additifs et d'arômes", explique-t-elle après avoir passé au peigne fin "les emballages de 264 yaourts et desserts frais aromatisés", relevés en mars 2021 dans 9 enseignes de la grande distribution française.

L'association a étudié à chaque fois "leur composition, leur profil nutritionnel, la quantité de fruits et l'origine du lait" et estime que ces yaourts et desserts frais "sont à consommer de façon occasionnelle car ils contiennent des teneurs en sucres parfois élevées".

Elle cible notamment les crèmes, mousses et flans "qui contiennent l'équivalent de quatre morceaux de sucre pour un pot de 125g et qui sont majoritairement notés C ou D (90 %) sur l'échelle NutriScore".

"Huit produits étudiés sur dix contiennent des arômes, principalement naturels et sept produits sur dix contiennent au moins un additif, principalement des épaississants et des gélifiants", ajoute-t-elle, alors que "pour toutes les catégories de produits étudiés, à l'exception des yaourts végétaux, il existe des recettes sans additif et sans arôme", preuve que cela est possible.

En outre, l'association pointe la présence parfois trompeuse de beaux fruits brillants sur les pots de yaourts... ne contenant en moyenne que 8 % de fruits. "Dans un produit sur 10, il n'y a même aucune trace de fruits", regrette-t-elle, proposant l'instauration "d'un seuil minimal de fruit pour qu'il puisse être mis en avant sur l'emballage".

Enfin, si le lait d'origine animale "est en grande majorité français", dans 86 % des yaourts et 70 % des desserts, la provenance du lait d'origine végétale (soja, amande, coco...) "reste inconnue dans 65 % des cas", dénonce la CLCV, demandant plus de transparence en la matière.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.32
couvert
le 27/02 à 12h00
Vent
4.07 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
79 %