YPSTÉ et Somewhere : deux bisontins se retrouvent autour du thé, du café et de l'écoresponsabilité

Publié le 24/09/2022 - 18:55
Mis à jour le 07/11/2022 - 10:15

Nicolas Girard, 26 ans, fondateur d'YPSTÉ, est un passionné de thé. Pour Ophélie Braillard, 31 ans, propriétaire de Somewhere, torréfaction artisanale située rue des Tamaris à Besançon, c'est le café. Fin 2020, les deux bisontins, désormais amis, ont décidé de s'associer lors de la génèse de leurs deux projets. Tous deux sont unis par un même engagement : l'écoresponsabilité.

Nicolas Girard, 26 ans, est le fondateur de la maison de thé YPSTÉ. Lors de la génèse de son projet fin 2020, le bisontin s'est associé à Ophélie Braillard, 31 ans, elle aussi bisontine et propriétaire de Somewhere, rue des Tamaris à Besançon. C'est à cette adresse, où se situe la première torréfaction artisanale de café de spécialité de la ville, que les deux amis proposent ensemble leurs produits. Une rencontre qui allie passion et complémentarité.

YPSTÉ, du thé écoresponsable "au prix juste"

S'il y a bien une notion qui compte aux yeux de Nicolas Girard, c'est l'écoresponsabilité. Une prise de conscience survenue très tôt chez le jeune homme : "Dans la vie de tous les jours, je n'ai pas de voiture. C'est un choix personnel. Donc tout naturellement, en fondant YPSTÉ, il me paraissait important d'avoir un processus le plus écologique possible. Qu'à l'arrivée, le consommateur reçoive un bon produit, de qualité, au prix juste. Je voulais apporter, à mon échelle, une toute nouvelle vision de l'entreprise et de la démarche éco-responsable."

Fervent défenseur du commerce équitable, Nicolas Girard s'approvisionne directement auprès de coopératives locales de producteurs indépendants : "On les rétribue de manière juste, tout en garantissant au consommateur une traçabilité et une fraîcheur optimale." L'organisme de certification Ecocert France a par ailleurs délivré à YPSTÉ la licence et le certificat de conformité des produits issus de l'agriculture biologique.

Nicolas Girard explique que ses thés d'origine sont "soigneusement choisis pour leur qualité et leur rareté", dont certains sont des grands crus médaillés.

"Nos thés d'origine sont conditionnés de façon artisanale, à la main, sur notre site de Besançon. Nous proposons des thés reconnus dans des concours internationaux. Nous avons essayés plus de 600 échantillons pour proposer le meilleur produit possible. L'idée, c'est aussi d'avoir un réseau propre, indépendant et autonome." - Nicolas Girard, fondateur d'YPSTÉ

Autre petite fierté pour le jeune entrepreneur : les étiquettes d'YPSTÉ, réalisées par un bisontin, Steeven Rysak.

Somwehere, des cafés "uniques, qui respectent la nature et l'humain"

"Complémentarité", c'est le mot utilisé par Ophélie Braillard pour évoquer sa relation avec Nicolas Girard. Alors que le jeune homme est le seul à proposer des thés dans une démarche écoresponsable à Besançon et ses alentours, la fondatrice de Somewhere est quant à elle l'une des seules femmes de France à gérer une torréfaction artisanale. "On doit être une dizaine dans tout le pays !" plaisante-t-elle.

Contrairement à YPSTÉ, qui vise principalement le marché professionnel, local comme national (même si les particuliers peuvent tout à fait se procurer du thé en ligne ou directement chez Somewhere), Ophélie Braillard a fait le choix de posséder un magasin physique : "J'avais la volonté d'avoir un lieu ouvert où les gens puissent venir. La torréfaction de café, c'est visuel. J'aime montrer et faire de la pédagogie. Mon travail, c'est de proposer des cafés uniques, qui respectent la nature et l'humain."

"Je cherchais quelqu'un pour faire du thé. Et puis avec Nicolas, nous partageons les mêmes valeurs sur l'écoresponsabilité. Ce côté homme-femme, thé et café, c'est très complémentaire. La passion s'est nouée avec l'amitié." - Ophélie Braillard, propriétaire de Somewhere

Pour conclure, les deux collaborateurs tiennent à mettre en avant un propos, cher à leurs yeux : "Si nos deux entreprises peuvent motiver d'autres personnes à se lancer et à faire confiance au futur, tout le monde sera gagnant. Créer une dynamique de relocalisation made in France pour un avenir plus joyeux et soutenir à son échelle ce genre de démarche, c'est là le plus important."

Allez + loin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Amancey : la remise des prix du concours des prairies fleuries aura lieu le 3 décembre

Les prairies fleuries sont des herbages non semés, riches en espèces, qui sont fauchés ou pâturés à destination de l’alimentation du bétail. Le concours des prairies fleuries récompense le meilleur équilibre agro-écologique des prairies. La cérémonie aura lieu le samedi 3 décembre à partir de 9 h 45 à la fruitière du Pays de Courbet - Zone artisanale du Grand Bois - à Amancey.

Action des Jeunes Écologistes de Franche-Comté en forêt de Chaux concernant la COP 27

Le dimanche 6 novembre 2022, Les Jeunes Écologistes de Franche-Comté se sont retrouvés au cœur de la forêt de Chaux de Dole pour exprimer leur mécontentement face à l’organisation de la COP 27 sous sa forme actuelle et afin de dénoncer la décision du gouvernement relative au vote du  projet de loi de finances pour 2023 qui encourage la privatisation de l’ONF. 

Grand Besançon : le ruisseau de la Mouillère fait l’objet d’une étude de restauration

L'avenir du ruisseau de la Mouillère, situé près de l'avenue Foch à Besançon, sera débattu ce mercredi 9 novembre par les élus de Grand Besançon Métropole en conseil communautaire. La veille, en amont, la présidente Anne Vignot et le conseiller communautaire Gilles Ory ont présenté ce projet à la presse.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.36
légère pluie
le 28/11 à 6h00
Vent
1.4 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
97 %